Se connecter avec nous
Banner

Société

Violences en milieu scolaire: Sylvia BONGO tire la sonnette d’alarme

Publié

sur

Le 11 novembre 2022, à l’auditorium de la présidence de la République s’est tenue la 3ème édition du prix Agathe OKOUMBA d’OKWATSEGUE, en faveur de la promotion de la femme, organisée par la Fondation Sylvia BONGO ONDIMBA pour la Famille (FSBO). Ce fut l’occasion pour la 1ère Dame du Gabon et présidente – fondatrice de l’institution de tirer la sonnette d’alarme quant aux fléaux qui gangrènent, lentement, le milieu scolaire gabonais. La cérémonie fut réhaussée par la présence du Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA ; du Premier Ministre, Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA ; des membres du Gouvernement, du corps diplomatique, des présidents d’institution, des responsables d’établissements scolaires et de la société civile, pour ne citer que ceux – là.

À l’entame de son propos, Sylvia BONGO ONDIMBA a rappelé certains actes de violence en milieu scolaire ayant défrayé la chronique aussi bien dans les médias que sur les réseaux sociaux, notamment le cas de ce jeune compatriote inscrit au CES d’Oloumi qui, s’étant autoproclamé chef de classe, s’est arrogé le droit de rouer de coups l’un de ses camarades, plus faible, qui avait refusé de se plier à l’une de ses injonctions. Autant de faits qui démontrent, pour le regretter, que les établissements scolaires deviennent des foyers de toute forme de violence qu’elle soit physique, morale, sexuelle ou psychologique, empêchant les élèves de s’épanouir, surtout les jeunes filles.

Lire aussi  Ali BONGO annonce le retour de la gratuité du transport scolaire

En effet, la Première Dame a révélé des chiffres alarmants. Alors que le Gabon est l’un des rares pays africains où le taux de scolarisation des filles est plus élevé que celui des garçons, ce dernier décroît dès que les filles atteignent 15 ans ; une situation qui résulte, entre autres, des grossesses précoces, frappant près de la moitié des filles âgées de 15 à 19 ans. 9% de ces grossesses ont pour auteurs des enseignants et des encadreurs et 20% seraient dues au phénomène dit des placements.

Sylvia BONGO ONDIMBA veut enjoindre les forces vives de la nation à élaborer des moyens, aussi bien préventifs que répressifs, pour mettre un terme à ces phénomènes qui menacent l’avenir de notre pays. « Il nous revient, de manière collective, de veiller à ce que l’école demeure le lieu par excellence d’apprentissage aussi bien du savoir – faire que du savoir – être, ainsi que des comportements sociaux positifs », a déclaré la Première Dame.

La Présidente de la FSBO a terminé son intervention en rendant un vibrant hommage aux associations qui œuvrent, souvent dans l’ombre, au sein des populations gabonaises, avec de faibles moyens mais une grande motivation. « Votre engagement est indispensable pour trouver des solutions concrètes et durables aux maux de notre société », a conclu Sylvia BONGO ONDIMBA !!!!

Société

Contournement de l’aéroport de Libreville: les familles réfractaires bientôt dégagées

Publié

sur

Suivant le plan de conduite des travaux de construction de la voie de contournement de l’aéroport de Libreville, les démolitions des maisons des familles réfractaires au déguerpissement devait commencer mardi 31 janvier 2023. Le motif avancé par ces familles, est l’indemnisation quelque peu vaille que vaille à laquelle elles ont eu droit. À titre illustratif, des propriétaires de maisons ayant dépensé 500 millions FCFA pour bâtir leurs biens, se sont retrouvés avec des enveloppes de 150 millions FCFA, soit un écart de 15% sur la valeur normale. “Ce sont des miettes qu’on nous donne”, s’est notamment plaint un membre du collectif des familles impactées par le projet auprès de nos confrères de La calotte.

Pour rappel, la phase de démolition des maisons construites sur le linéaire de la future voie de contournement de l’aéroport de Libreville, a commencé le 02 décembre 2022. Afin de décongestionner les voies d’accès à la zone nord de la capitale gabonaise. Le linéaire part d’Okala-Carrière Première pompe à Alibandeng et Kiliba. La mise en branle du projet était précédée de 3 préalables clés: paiement des indemnisations et les réclamations, déménagements, démolition des habitations. Or, déplore le collectif des familles impactées par le projet, l’ indemnisation n’aurait pas tenue compte de l’expertise estimatif de la valeur des maisons devant être détruites.

Lire aussi  Gabon /Un homme averti en vaut deux: BOUNDA BALONZI l’a bien compris!

Pour obtenir gain de cause, le collectif des familles impactées par le projet a engagé moult démarches. Expertise, contre-expertise, saisine des plus hautes autorités du pays. L’affaire a finalement atterri à la Cour constitutionnelle sollicitée pour arbitrage dans le bras de fer ainsi engagé entre les deux parties. Le collectif crie à la marginalisation de certaines familles impactées au détriment d’autres dont les dossiers d’indemnisation aurait bénéficié d’un traitement plus conséquent.

Ainsi accusée de flouer des familles de leurs biens et de ne pas respecter leurs droits, GSEZ justifie la clé des indemnisations en brandissant le tableau comparatif entre les compensations et les valeurs agréés par les expertises judiciaires. Voilà qui explique, selon GSEZ, l’écart de 15% décrié par les plaignants. Fort de cet argumentaire, GSEZ a donc lancé ses engins à l’assaut des dernières habitations devant être rasées sur le linéaire de la future voie de contournement de l’aéroport de Libreville.

MEZ

Continuer La Lecture

Société

Gabon: garant du fonctionnement du trafic ferroviaire, l’ARTF assure la qualité des travaux de réhabilitation de la voie

Publié

sur

Voilà un mois déjà que le trafic ferroviaire a été interrompu, après l’incident naturel survenu entre les gares d’Offoué et Booué allant du Km 333+022 au Km 334+090, dans la nuit du 23 au 24 décembre 2022. Depuis lors, une commission permanente de contrôle mise en place par l’Autorité de régulation du transport ferroviaire (ARTF), en charge d’évaluer la qualité des travaux de réhabilitation de la voie ferrée sur la zone sinistrée travaille aux côtés des équipes de la Societé d’exploitation du Transgabonais (Setrag).

Présentes à chacune des étapes des ouvrages à exécuter, les équipes de la Direction technique et exploitation ferroviaire de l’ARTF, composées d’experts ferroviaires, assurent les travaux d’inspection des finitions avant la livraison de la voie. En outre, conformément à l’ambition du bras séculier de l’État, de disposer au Gabon d’un chemin de fer plus “vert”, elles s’emploient à examiner aussi bien l’impact environnemental desdits ouvrages afin d’observer les modifications des conditions naturelles, que le système de transbordement mis en place par la Setrag et la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

Toujours en cours, alors que des essais avec des wagons vides ont déjà eu lieu, les travaux de réhabilitation de la voie ont enregistré une belle avancée. Et la commission permanente de l’ARTF assure que les opérations à effectuer sur le chantier à ce jour sont, le complément de ballast, le nivellement par bourrage mécanique pour atteindre la hauteur définitive de la voie déterminée par les études topographiques, l’ajout des matériaux et compactage sur la plateforme côté Ogooué afin de garantir la pérennité de la voie, puis, la poursuite de la pose de cages à gabion au pied des talus afin de garantir la sécurité de la voie contre la chute des matériaux du sol.

Lire aussi  Goc-gate: la FSBO recadre les accusations de Patrichi TANASA

Engagée à participer à l’essor d’un chemin fer plus performant, l’ARTF qui s’emploie à assurer le fonctionnement correct de l’activité ferroviaire, préconise, la mise en place d’une cellule, chargée d’analyser, évaluer et de suivre les travaux de réparation, dans le prolongement de la livraison définitive de la voie. Et pour en assurer l’efficacité, celle-ci comprendrait des éléments du ministère des Transports, des Travaux publics, de l’Équipement et des Infrastructures, chargé de la connexion des territoires ; de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires ; de la Direction générale de l’Environnement de la protection de la nature ; de la SETRAG ainsi que d’un cabinet technique indépendant ou laboratoire du bâtiment et des travaux publics (LBTPG) pour l’évaluation de la qualité et la conformité des travaux effectués.

Une démarche, qui rappelle la volonté de l’Autorité de régulation du transport ferroviaire, de mettre en œuvre les recommandations du Président de la République, qui souhaite que les chantiers engagés rencontrent désormais la satisfaction des populations gabonaises. Ayant à cœur de réaliser les objectifs clairement définis par les hautes autorités, la hiérarchie de l’ARTF emmenée par son Secrétaire exécutif, Patrice Aboubakar NENDJOT, ne ménage aucun effort pour garantir la qualité des travaux exécutés sur les lieux du sinistre allant du Km 333+022 au Km 334+090

Continuer La Lecture

Société

Au Gabon, 83% des femmes sont victimes de violences économiques

Publié

sur

En matière de réduction des inégalités hommes-femmes, le Gabon ne cesse de réaliser des avancées, tant sur l’aspect social que juridique. Après l’ouverture du centre d’accueil pour les victimes de violences, la loi prévoit désormais des sanctions contre les auteurs de harcèlement, même si celui-ci reste encore difficile à prouver à certains égards. En effet, au Gabon, où 83% des femmes sont victimes de violences économiques, salon un rapport de la Fondation Sylvia BONGO ONDIMBA (FSBO) intitulé “stratégie de promotion des droits de la femme et de réduction des inégalités hommes-femmes ”, le harcèlement est puni d’un emprisonnement de deux ans au plus et d’une amende de 5 millions de FCFA au plus

Lire aussi  18e sommet de la Francophonie: Ali BONGO réitère son engagement à l'égalité des genres
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.