Se connecter avec nous

Afrique

Henri C. OYIMA et Akim M. DAOUDA classés parmi les 100 personnalités les plus influentes de l’Afrique

Publié

sur

Deux gabonais figurent en bonne place dans le classement des 100 personnalités les plus influentes du continent africain. Il s’agit de Henri Claude OYIMA, patron du Groupe BGFI et d’Akim Mohamed DAOUDA, directeur du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS). La reconnaissance internationale pour deux travailleurs acharnés, sélectionnés sur la base, non pas du chiffre d’affaires ou de la richesse, non pas du parcours académique ou des diplômes, mais des réalisations sur les 12 derniers mois, de l’impact social et environnemental et, pour de nombreux self made men, qui signent le réveil du continent, précise “Financial Afrique”.

Banner

Né le 4 décembre 1956 à Franceville (capitale provinciale du Haut-Ogooué), le PDG de BGFI Holding Corporation SA, Henri Claude OYIMA cumule avec les fonctions de président du Conseil d’administration de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC). Homme de défis qui nourrit le rêve de l’explosion de l’entrepreneuriat gabonais, aujourd’hui âgé de 66 ans, il a été porté mi-2022 à la tête de la Confédération patronale gabonaise (CPG) depuis rebaptisée Fédération des entrepreneurs gabonais (FEG).

Formé en finance aux USA, à l’Université de Washington, il obtient ses diplômes de Bachelor en sciences d’administration et un Master en banque. Il intègre Citibank New York en 1982 puis rejoint le groupe BGFI (alors Paribas Gabon ) en 1983. Deux ans plus tard, il est appelé au Gabon pour être nommé directeur général adjoint et responsable de l’agence de Port Gentil. La banque présente dans 11 pays, projette de s’introduire en Bourse à la BVMAC dans ce qui doit être un grand événement de le finance africaine.

Lire aussi  Gabon: H-C OYIMA persuadé de la réussite d’une gouvernance privée à la CNSS & CNAMGS

Akim Mohamed DAOUDA, quant à lui, ci-devant directeur général du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS). C’est lui, l’homme derrière la commercialisation de 90 millions de crédits carbone. C’est un financier à la personnalité plutôt discrète qui prépare chaque prise de parole publique avec la plus grande minutie. Très effacé devant les médias, il dirige ses équipes dans un style typique anglo-saxon. Akim Mohamed DAOUDA a une volonté affirmée de «ne pas personnifier» l’institution qu’il représente. En 2021, l’Institut Choiseul le classe 3ème parmi les 100 jeunes leaders africains.

Akim Mohamed DAOUDA est diplômé de l’Université de Westminster à Londres, de Skema Business School à Nice et de l’Université de Concordia à Montréal. À 40 ans seulement, il est également Président du Conseil d’administration de l’Union gabonaise de banque, membre du conseil consultatif de la communauté des Young Global Leaders et du conseil de direction du centre d’études africaines de l’Université de Harvard.

Avec près de 2 milliards de dollars d’actifs sous gestion, le FGIS qui est devenu en juin 2022 le premier fonds souverain africain à rejoindre la net zero asset owner alliance créée par les Nations Unies, a pour ambition d’atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles sur son portefeuille d’ici 2050. Et de fixer des objectifs intermédiaires tous les cinq ans et de présenter un rapport de suivi annuel. Il faut souligner que le Gabon qui présente 88% de son territoire couvert de forêts, a absorbé 187 millions de tonnes de CO2 entre 2010 et 2018.

Lire aussi  CPG : Henri-Claude OYIMA dévoile ses 8 vice-présidents

Dans ses projets à venir, le FGIS envisage de lancer une obligation verte souveraine entre 100 et 200 millions de dollars. Le produit de l’opération permettra de financer la construction de centrales hydroélectriques dans le pays. En décembre 2022, la Façade maritime du champ triomphal (FMCT), filiale du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et Africa Bright Development, filiale de la banque d’affaires indépendante Africa Bright Group, ont noué un partenariat pour la construction de deux bâtiments éco-responsables sur le site de la Baie des Rois, centre-ville maritime de la capitale gabonaise.

MEZ

Afrique

CEEAC: OBIANG NGUEMA donne “un an” au CTRI pour restaurer l’ordre constitutionnel

Publié

sur

Conséquence prévisible du coup d’État du mercredi 30 août dernier, le Gabon est suspendu de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Cette décision a été prise lundi 04 septembre 2023, par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de cette instance sous-régionale réunie à Malabo (Guinée Équatoriale). Une rencontre qui a vu la présence d’Abdou ABARRY, Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU et chef de l’Unoca.

Banner

Réagissant le 31 août dernier, le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto Da PIEDAD VERISSIMO, avait rappelé que le coup de force des Forces de défense et de sécurité gabonaises violait le Traité de l’organisation. Conformément à l’article 7.3 du Règlement intérieur, Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO a hérité de la présidence de l’organisation qui était assurée par Ali BONGO avant le coup d’État.

Au lendemain de cette réunion extraordinaire, le président centrafricain Faustin-Archange TOUADERA, president en exercice de la CEEAC, est arrivé ce mardi 05 septembre à Libreville pour évaluer la situation sur place. Selon un post sur X (ex-Twitter) signé du vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro NGUEMA OBIANG MANGUE, la Conférence des chefs d’État et de gouvernement a décidé de «suspendre, avec effet immédiat, la participation de la République gabonaise de toutes les activités de la Communauté, jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel».

Lire aussi  Gabon: H-C OYIMA persuadé de la réussite d’une gouvernance privée à la CNSS & CNAMGS

À l’initiative du Président équato-guinéen, Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, le Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (Copax) a donné au Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), «un délai d’un an a été accordé pour réactiver le processus politique en vue d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel».

MEZ

Continuer La Lecture

Afrique

Réunion de l’UA & les Communautés
économiques régionales: Ali BONGO au Kenya ce 15 juillet

Publié

sur

Ali BONGO ONDIMBA se déplace sur Nairobi au Kenya du 15 au 16 juillet 2023. Le Président de la République y prendra part à la 5ème Réunion semestrielle de coordination entre l’Union Africaine, les Communautés économiques régionales et les Mécanismes régionaux, qui se tiendra à Nairobi, au Kenya. L’ordre du jour de ces assises, qui verront également la participation d’autres Chefs d’Etat et de Gouvernement, représentant le Bureau de la Conférence de l’Union africaine, des présidents des Communautés économiques régionales et des Mécanismes régionaux, portera notamment sur l’état d’avancement de l’intégration continentale en Afrique.

Banner

L’intervention d’Ali BONGO ONDIMBA, à cette occasion, portera sur deux points essentiels. Premièrement, le Président de la République fera un point sur les avancées accomplies à ce jour en matière d’intégration régionale en Afrique Centrale. Puis, dans un second temps, le Chef de l’Etat abordera la coopération inter-communautés économiques régionales, spécifiquement sur la coopération en matière de sécurité maritime entre la CEEAC et la CEDEAO.

Cette Rencontre semestrielle permettra de promouvoir la coopération entre les
Etats, de renforcer la stabilité économique et de contribuer au progrès, au développement et à l’intégration économique du Continent. Pour rappel, le Chef de l’État gabonais en sa qualité de
président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Lire aussi  Gabon: OYIMA va à la rencontre du secteur privé

MEZ

Continuer La Lecture

Afrique

Présidence de la 79e AG de l’ONU: la CEEAC soutient la candidature du camerounais Philémon YANG

Publié

sur

Au terme de la 23e session ordinaire du sommet des Chefs d’États de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) de nombreuses décisions ont émergé. Parmi celles-ci, la conférence a entériné son soutien à la candidature du diplomate, par ailleurs ancien Premier ministre camerounais Philémon Yunji YANG, à la présidence de la 79e Assemblée générale des Nations unies en 2024 , introduite par la République du Cameroun. C’est l’une des grandes conclusions du récent sommet de cette institution sous régionale tenue à Libreville le 1er juillet 2023. Les Chefs d’États ont, en effet, pris l’engagement solennel d’en faire la candidature unique de l’Afrique centrale. Appelant par la même à l’appui des autres pays africains afin que cette candidature soit portée par l’Union africaine (UA). La conférence appelle, de fait, à la solidarité de la communauté et de ses États membres.

Banner

MEZ

Lire aussi  CPG : Henri-Claude OYIMA dévoile ses 8 vice-présidents
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.