Se connecter avec nous

Economie

Gabon /Mise en place d’une BPI: la proposition d’OYIMA pour favoriser le financement des entreprises

Publié

sur

Le 10 novembre 2022, à l’occasion de l’ouverture des journées de l’industriel, le Président – directeur général (PDG) de la Banque gabonaise et française d’investissement (BGFI) et, par ailleurs, président de la Fédération des entreprises gabonaises (FEG), Henri – Claude OYIMA, face aux difficultés que rencontrent les entreprises pour trouver des moyens de financement pour le développement des activités, a proposé la création d’une banque populaire d’investissement (BPI) au Gabon. En effet, le banquier estime que l’actuel dispositif prudentiel des banques commerciales ne favorise guère l’obtention d’un crédit à long terme qui, dans le secteur du commerce, est fixé à sept ans. Au-delà, c’est considéré comme du très long terme, d’où la nécessité de créer une BPI, capable de porter sur des projets plus longs et dont le privé pourrait être actionnaire. Cependant, cette proposition du Patron des patrons ne reçoit pas l’assentiment de tous. «On a fait l’expérience par le passé et ça n’a pas marché. Donc, refaire la même expérience pour enregistrer les mêmes résultats, je ne suis pas pour. Par contre, je suis partant pour que ce projet soit majoritairement porté par le secteur privé, l’Etat venant comme catalyseur», a confié Jean-Baptiste NGOLO ALINI, Directeur général de l’Economie, à nos confrères de “Le nouveau Gabon”. Des allégations balayées, d’un revers de la main, par Henri Claude OYIMA. «On peut créer une banque publique d’investissement, ce n’est pas un problème. Ce qui nous a gêné par le passé, ce n’est pas tant l’actionnaire. Mais c’est la gouvernance qui pose problème. Donc, on peut avoir une société d’Etat, avec une gouvernance privée, elle sera prospère», a – t – il souligné, persuadé qu’une telle banque serait la solution pour le financement des entreprises au Gabon, dans un contexte où ces dernières, notamment les petites et moyennes entreprises (PME) peinent à obtenir des crédits de la part des banques commerciales.

Lire aussi  Construction de la voie de contournement de l’aéroport de Libreville: BGFI promet une participation financière

Economie

Aéroport de Libreville: des scanners à rayons X, pour détecter des objets prohibés

Publié

sur

Porte d’entrée et de sortie des personnes, marchandises et biens, l’Aéroport de Libreville s’est récemment doté de matériels innovants pour améliorer le contrôle des bagages. Ainsi, en présence du ministre de l’Economie et des participations, Mays MOUISSI et du Directeur général des Douanes et des droits indirects (DGDDI), Hugues Modeste ONDJANGOU, le service des douanes de l’aéroport international de Libreville a été doté de nouveaux scanners de bagage à rayon X. 

Un matériel de pointe, capable de détecter les objets, les marchandises et produits prohibés tels que la drogue, les devises non déclarées, les armes,  les bombes improvisées, entre autres, sans nécessiter l’ouverture des bagages. Déterminants dans le cadre de la lutte de la sortie frauduleuse de métaux et pierres précieuses (ex. or et diamant) illégalement exploités sur notre territoire, cet équipement qui répond à la volonté des autorités de la Transition de moderniser les infrastructures douanières du Gabon, va également permettre de garantir une meilleure protection du territoire et un contrôle efficace des marchandises, mais aussi des personnes. 

Lire aussi  Gabon /Amélioration du reseau eau et électricité: BGFI octroie 100 milliards de Fcfa à la SEEG
Continuer La Lecture

Technologie

Afrique / Développement des TIC: le Gabon leader de la sous région 

Publié

sur

Publié fin juin 2024 par l’Union internationale des télécommunications (UIT), le rapport «Measuring digital development – ICT Development Index 2024», qui évalue les progrès enregistrés dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), dans 170 pays, a livré son classement. En Afrique, la Libye trône sur le podium, alors que le Gabon ferme la marche du top 10 continental. S’imposant ainsi comme le leader de la sous-région. 

Banner

En Afrique, 47 pays ont été évalués sur 10 indicateurs, dont le pourcentage des particuliers utilisant Internet, la pénétration de la téléphonie mobile à large bande mobile, le trafic Internet à large bande mobile, le prix des données mobiles et des services voix et le taux de possession de téléphones mobiles. Avant d’être notés sur une échelle allant de 0 à 100 points pour chacun des indicateurs. Zéro (0) étant l’absence totale de connectivité, et 100 points, la connectivité optimale, précise “Agence ecofin”.

Premier en Afrique centrale, le Gabon (10e d’Afrique) totalise une score de 74,7 points, suivis de loin par la Guinée équatoriale (30e d’Afrique) avec 44,8 points, le Cameroun (31e) avec 44,2 points, la République du Congo (41e)  avec 30,7 points et la Tchad (47e) avec 21,3 points. Pour le Gabon, c’est une évolution de + 1,8 point enregistrée entre 2023 et 2024. 

Lire aussi  Lambaréné: BGFI à son tour, victime des intempéries

Sur le plan continental, le Gabon est supplanté par la Libye avec un score de 88,1 points, le Maroc (86,8), les Seychelles (84,7 points), Maurice (84,2), l’Afrique du Sud (83,6), l’Algérie (80,9), le Botswana (78,7), la Tunisie (77,2) et l’Egypte (76,8). Le score moyen de l’Afrique s’établissant à 50,3 points, avec une hausse de 3,7 points par rapport à l’édition 2023 de l’indice grâce aux progressions réalisées par l’écrasante majorité des pays étudiés, rappelle “Agence ecofin”. 

Continuer La Lecture

Economie

Gabon : investisseurs marocains et OACI en audience chez OLIGUI NGUEMA

Publié

sur

Le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA s’est entretenu ce 16 juillet 2024 au Palais Rénovation avec un groupe d’investisseurs marocains conduit par Jawad YOUSSEF.

Banner

Leader au Maroc et en Afrique de l’ouest dans l’industrie de l’aviation civile, des carrières et des mines, ce groupe d’investisseurs souhaite investir dans notre pays en apportant leur expertise dans les domaines sus-mentionnés à travers des stages de formation organisés au Gabon et au Maroc au profit des gabonais, la transformation locale dans le secteur minier afin de créer de la valeur ajoutée et
développer ledit secteur dans notre pays.

Honorés d’avoir été reçus par le Chef de l’État, les investisseurs marocains entendent accompagner le Gabon dans l’essor de son développement socio-économique.

Par ailleurs, le Président de la Transition a reçu en audience Salvatore SCIACCHITANO, Président du Conseil de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). Cette rencontre a été l’occasion pour le Président du Conseil de l’OACI d’exprimer son appréciation des politiques adoptées par les autorités de la transition en vue de soutenir le développement du secteur de l’aviation au Gabon.

Le responsable de l’organisation internationale se dit prêt à accompagner le Gabon à travers la mise en place de mécanismes de renforcement des capacités de hautes technologies pour les professionnels dudit domaine, et également dans l’analyse des besoins et l’élaboration du schéma directeur dans la construction du nouvel aéroport de Libreville.

Lire aussi  Gabon: H-C OYIMA persuadé de la réussite d’une gouvernance privée à la CNSS & CNAMGS

Il est à noter que cette rencontre qui intervient après la 9e édition de la semaine de l’aviation de la région Afrique océan indien dénommée AFIWEEK 2024 à laquelle avait pris part à Libreville le Vice-Président de la Transition, témoigne de l’engagement du Chef de l’État dans le développement du secteur aérien.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.