Se connecter avec nous

Afrique

CEEAC: OBIANG NGUEMA donne “un an” au CTRI pour restaurer l’ordre constitutionnel

Publié

sur

Conséquence prévisible du coup d’État du mercredi 30 août dernier, le Gabon est suspendu de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Cette décision a été prise lundi 04 septembre 2023, par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de cette instance sous-régionale réunie à Malabo (Guinée Équatoriale). Une rencontre qui a vu la présence d’Abdou ABARRY, Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU et chef de l’Unoca.

Banner

Réagissant le 31 août dernier, le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto Da PIEDAD VERISSIMO, avait rappelé que le coup de force des Forces de défense et de sécurité gabonaises violait le Traité de l’organisation. Conformément à l’article 7.3 du Règlement intérieur, Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO a hérité de la présidence de l’organisation qui était assurée par Ali BONGO avant le coup d’État.

Au lendemain de cette réunion extraordinaire, le président centrafricain Faustin-Archange TOUADERA, president en exercice de la CEEAC, est arrivé ce mardi 05 septembre à Libreville pour évaluer la situation sur place. Selon un post sur X (ex-Twitter) signé du vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro NGUEMA OBIANG MANGUE, la Conférence des chefs d’État et de gouvernement a décidé de «suspendre, avec effet immédiat, la participation de la République gabonaise de toutes les activités de la Communauté, jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel».

Lire aussi  La CEEAC disponible pour accompagner la transition du Gabon

À l’initiative du Président équato-guinéen, Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, le Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (Copax) a donné au Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), «un délai d’un an a été accordé pour réactiver le processus politique en vue d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel».

MEZ

Afrique

Airtel Africa commence la construction de Nxtra by Airtel, le 1er centre de données d’Airtel au Nigeria

Publié

sur

Lagos, 13 mars 2024 : Airtel Africa, l’un des principaux fournisseurs de services de télécommunications et d’argent mobile présent dans 14 pays d’Afrique, a officiellement lancé la construction de son premier centre de données à Lagos, au Nigeria.

Banner

Nxtra by Airtel est en passe de devenir l’un des plus grands réseaux de centres de données en Afrique, avec des centres de données de grande capacité dans les grandes villes, situés stratégiquement dans les régions d’implantations d’Airtel Africa, complétant ses sites périphériques existants. Ce développement souligne l’engagement de l’entreprise à répondre aux besoins de gestion des données du continent en fournissant une capacité de centres de données fiable et durable pour servir l’économie numérique africaine en croissance rapide.

La cérémonie de lancement de la construction du nouveau centre de données, situé sur l’île Victoria de Lagos, a été présidée par le DG sortant du groupe Airtel Africa, Segun Ogunsanya, et par son successeur, Sunil Taldar. Elle a attiré d’importants dignitaires et des leaders de l’industrie, notamment le gouverneur de l’État de Lagos, M. Babajide Sanwo-Olu ; le ministre des Communications et de l’Économie numérique, Dr Bosun Tijani ; des responsables des ministères fédéraux et d’État et d’organismes paraétatiques, et des membres des assemblées nationales et d’État, entre autres.

Lire aussi  Situation sécuritaire en RDC: Ali BONGO annonce une contribution de 500 000$ en faveur du retour de la paix

S’exprimant lors de l’événement, Segun Ogunsanya, DG du groupe Airtel Africa, a déclaré que le projet Nxtra marque une étape importante dans le parcours de l’entreprise et constitue la pierre angulaire de la stratégie de croissance de l’organisation, avec un accent particulier sur le Nigeria, son plus grand marché.

« Nous sommes fermement convaincus que la création des centres de données Nxtra améliorera la souveraineté, la sécurité et la préservation des données sur le continent, reflétant notre engagement à faire du Nigeria une plaque tournante majeure pour l’accès aux services numériques alors que nous propulsons l’Afrique vers une ère numérique durable et inclusive », a-t-il dit.

M. Ogunsanya a ajouté : « Ce mégaprojet créera plus de 1 000 emplois. E,t plus important encore, une fois déployé et à pleine capacité, il créera plus de 250 emplois permanents pour les Nigérians tout en aidant les entreprises des secteurs de la fabrication, des services financiers et des soins de santé à déplacer leurs données et leur informatique vers des centres de données tiers comme le nôtre. En fin de compte, nous devons stocker les données et les contenus plus près de l’endroit où ils sont consommés. »

Le gouverneur de l’État de Lagos, M. Babajide Sanwo-Olu, a déclaré : « Le Nxtra Frontier n’est pas simplement la construction d’une installation, mais l’aube d’une nouvelle ère en matière de contrôle, de sécurité et de préservation des données dans toute l’Afrique. L’engagement d’Airtel envers les normes les plus élevées en matière de gestion des données, d’innovation technologique et d’infrastructure de réseau étendue est vraiment louable. Avec une capacité totale de 180 MW répartie dans 13 centres de données majeurs et plus de 48 centres de données périphériques, Nxtra est sur le point de redéfinir le stockage et l’accessibilité des données en Afrique. »

Lire aussi  Gabon: Yves Fernand MANFOUMBI rend hommage à la CEEAC 

S’exprimant également lors de la cérémonie, le ministre des Communications, de l’Innovation et de l’Économie numérique, Dr Bosun Tijani, a vanté les opportunités révolutionnaires à venir pour les entreprises et l’économie dans un avenir piloté par la connectivité via des centres de données tels que Nxtra et alimenté par des technologies telles que l’intelligence artificielle (IA), représentant l’avenir des entreprises. « Les données sont un moteur clé de notre économie. Non seulement nous devons connecter nos citoyens, mais nous devons également investir dans l’économie numérique, et grâce aux investissements que des entreprises comme Airtel ont réalisés dans notre économie, nous sommes pleinement en mesure de participer à l’économie numérique. »

Le centre de données Nxtra by Airtel à Lagos fournira 38 mégawatts de puissance totale et hébergera des racks haute densité qui intègrent les dernières meilleures pratiques de construction pour atteindre une efficacité d’utilisation de l’énergie (PUE) de 1,3. Il devrait être opérationnel d’ici le premier trimestre 2026.
Le centre de données de Lagos sera le premier des cinq centres de données hyperscale qui seront développés par Airtel Africa sur le continent.

Ensemble, ces centres de données offriront une solide capacité de 180 mégawatts, répartie dans 13 centres de données majeurs et plus de 48 centres de données périphériques. Associé au vaste réseau de fibre d’Airtel Africa, Nxtra propose des solutions intégrées sécurisées et évolutives aux hyper-scalers mondiaux, aux grandes entreprises africaines, aux startups, aux PME et aux gouvernements.

Lire aussi  Leader en la matière, le Gabon animera la promotion du Genre dans la Ceeac en 2023

Grâce à la capacité des centres de données disponibles localement, la vitesse d’accès aux services numériques s’améliorera et le coût de gestion des données sera réduit, contribuant ainsi à stimuler l’innovation, tout en soutenant une nouvelle génération de talents technologiques africains. En outre, Nxtra permetta aux clients de répondre aux exigences de souveraineté des données tout en permettant d’offrir davantage de services cloud locaux dans les pays où Airtel Africa opère.

Continuer La Lecture

Afrique

Airtel Kenya et ATC Kenya s’associent pour fournir une connectivité internet
à 50 écoles primaires au Kenya

Publié

sur

Nairobi, le 5 mars 2024 : Airtel Kenya et ATC Kenya ont annoncé [aujourd’hui] un partenariat de trois ans qui verra les deux entreprises fournir des services essentiels de connectivité Internet et d’éducation à 50 écoles primaires à travers le Kenya.

Banner

L’initiative débutera par un programme pilote impliquant 10 écoles. Le projet prévoit l’installation, la mise à niveau et la rénovation de laboratoires TIC et de classes dans les écoles, la fourniture de forfaits mensuels de données, de téléviseurs, d’ordinateurs portables et d’autres appareils numériques pour faciliter l’accès à l’Internet. 

S’exprimant lors du lancement du partenariat à l’école primaire Mihango à Embakasi, à Nairobi, le Directeur général d’Airtel Kenya, M. Ashish Malhotra, a déclaré que le projet faisait partie d’une initiative plus large d’Airtel visant à accélérer l’accès à l’apprentissage numérique dans les écoles primaires, en se concentrant sur les zones rurales et les communautés difficiles à atteindre.

«Nous pensons que l’accès à une éducation de qualité est un droit fondamental pour chaque enfant. Il est impératif de relever les défis qui entravent les possibilités d’apprentissage. C’est pourquoi nous nous engageons dans des partenariats afin de garantir que chaque enfant ait accès à une éducation essentielle qui le prépare à un avenir radieux. En outre, nous étendons notre réseau à travers le Kenya afin de fournir un internet rapide et fiable à ces écoles », a expliqué M. Malhotra.

Pour sa part, le DG d’ATC Kenya, M. George Odenyo, a souligné que le projet s’inscrivait dans la vision d’American Tower de construire un monde plus connecté : « Il nous permet de montrer comment nous pouvons tirer parti du programme Digital Communities d’ATC Kenya pour améliorer l’accès aux TIC et favoriser les partenariats avec les communautés au sein desquelles nous opérons. ATC Kenya travaille avec ses partenaires pour s’assurer que ses Communautés Numériques sont établies pour équiper les utilisateurs avec des espaces connectés qui utilisent la technologie pour l’équité numérique et l’alphabétisation, ainsi que pour l’amélioration des compétences professionnelles qui sont orientées vers l’amélioration de la vie des membres de la communauté».

Dans le cadre du programme pilote, les enseignants recevront une formation sur la manière d’utiliser la technologie pour l’enseignement. Des clubs TIC seront créés avec le soutien de bénévoles, et le matériel nécessaire sera fourni, entre autres activités, ce qui créera une plateforme numérique pour les apprenants afin d’améliorer l’apprentissage et l’accès à l’information. 

Cette collaboration entre Airtel Kenya et ATC Kenya souligne leur engagement à réduire la fracture numérique tout en autonomisant les communautés dans divers sous-secteurs tels que la santé, l’éducation, la sécurité, l’inclusion financière et la connectivité. La connectivité et l’accès à l’internet, ainsi que son adoption généralisée, ouvrent la voie à l’éducation, à l’avancement professionnel et à un meilleur accès aux services vitaux, améliorant ainsi la qualité de vie des communautés.

En 2021, Airtel Africa s’est associé à l’UNICEF pour connecter plus d’un million d’apprenants dans 14 pays d’Afrique à des ressources d’apprentissage en ligne d’ici à 2027. De son côté, American Tower, par le biais de son programme Digital Communities, a créé plus de 500 communautés numériques desservant plus de 600 000 personnes dans 16 pays au cours de la dernière décennie.

Lire aussi  Gabon: Yves Fernand MANFOUMBI rend hommage à la CEEAC 
Continuer La Lecture

Afrique

Réunion de l’UA & les Communautés
économiques régionales: Ali BONGO au Kenya ce 15 juillet

Publié

sur

Ali BONGO ONDIMBA se déplace sur Nairobi au Kenya du 15 au 16 juillet 2023. Le Président de la République y prendra part à la 5ème Réunion semestrielle de coordination entre l’Union Africaine, les Communautés économiques régionales et les Mécanismes régionaux, qui se tiendra à Nairobi, au Kenya. L’ordre du jour de ces assises, qui verront également la participation d’autres Chefs d’Etat et de Gouvernement, représentant le Bureau de la Conférence de l’Union africaine, des présidents des Communautés économiques régionales et des Mécanismes régionaux, portera notamment sur l’état d’avancement de l’intégration continentale en Afrique.

Banner

L’intervention d’Ali BONGO ONDIMBA, à cette occasion, portera sur deux points essentiels. Premièrement, le Président de la République fera un point sur les avancées accomplies à ce jour en matière d’intégration régionale en Afrique Centrale. Puis, dans un second temps, le Chef de l’Etat abordera la coopération inter-communautés économiques régionales, spécifiquement sur la coopération en matière de sécurité maritime entre la CEEAC et la CEDEAO.

Cette Rencontre semestrielle permettra de promouvoir la coopération entre les
Etats, de renforcer la stabilité économique et de contribuer au progrès, au développement et à l’intégration économique du Continent. Pour rappel, le Chef de l’État gabonais en sa qualité de
président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Lire aussi  Gabon: Yves Fernand MANFOUMBI rend hommage à la CEEAC 

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.