Se connecter avec nous
Banner

Faits Divers

Libreville : après l’éboulement du PK8, la saga se poursuit à la cité Mébiame

Publié

sur

Moins d’une semaine après l’éboulement qui a causé la mort de 7 personnes au pk8, dans le 6ème arrondissement de Libreville, un effondrement a, de nouveau, eu lieu dans ce quartier dans la nuit du 26 au 27 octobre 2022. Cette fois, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. Cependant, la pluie qui s’est abattue a causé de nouveaux dégâts, notamment à la cité Mébiame où une maison a été détruite. C’est un peu plus d’une dizaine de familles qui se retrouvent à la belle étoile, s’interrogeant sur les voies et moyens de remédier à cette situation. Quant aux populations du quartier derrière le marché banane, elles expriment leur amertume, s’estimant « oubliées » par les pouvoirs publics. «Le Chef de l’Etat est venu faire quoi ? Constater les morts et repartir vivre sa vie ? Il a donné des instructions. Qu’est – ce qu’on fait ? Faut – il qu’on meurt tous pour qu’ils voient que ce n’est pas une affaire de famille endeuillée uniquement mais bien de plusieurs centaines qui sont en danger de mort permanente », s’est lamenté Ezéchiel, étudiant et riverain de la zone accidentée, selon des propos recueillis par nos confrères de “Gabon Media Time”. A la Cité Mébiame, un quartier tout aussi enclavé, c’est Dieudonné Éric, un compatriote et père de famille, qui a vu sa maison à moitié détruite sous la pression des eaux. Autant dire que l’on est passé près du pire. Pour l’heure, ces nombreux sinistrés ont besoin d’une assistance et appellent les services compétents de l’Etat à agir dans les meilleurs délais.

Lire aussi  Libreville: le centre de rééducation Mot à mot menacé d'un éboulement de terrain

Faits Divers

Lambaréné: pris en flagrant délit de vi*l sur sa cousine de 5 ans

Publié

sur

Pris en flagrant délit de viol sur cousine âgée de 5 ans ce mardi 31 janvier 2023, J.B.B, gabonais âgé de 16 ans séjourne depuis lors à la prison centrale de Lambaréné. L’adolescent y aurait reconnu les faits ce 3 février. «On ne crache pas dans la main qui nous nourrit» à ton coutume de dire. Mais c’est un avis que ne partagerait vraisemblablement pas le jeune garçon. En effet accueilli par son oncle après le décès de sa mère, le jeune pubert aurait décidé de témoigner sa reconnaissance en abusant sexuellement de sa cousine L.M.B.D. âgée de seulement 5 ans. Les faits, qui ne seraient pas inédits à en croire le médecin ayant examinée la petite fille, se seraient déroulés dans la maison familiale. Fort d’avoir été pris sur le fait par sa tante, le jeune homme aurait reconnu ses torts face au juge d’instruction devant lequel il comparaissait ce jeudi. D’après des sources proches de la famille, rien ne laissait transparaître un tel comportement de la part du jeune homme.

Lire aussi  Gabon: À Bendje, les pirogues ont remplacé les véhicules à cause des inondations
Continuer La Lecture

Faits Divers

Libreville: les m*urt*iers du boutiquier d’Acaé rattrapés par la PJ

Publié

sur

La police judiciaire (PJ) a finalement appréhendé les trois meurtriers d’Amadou DIOP, ressortissant sénégalais de 36 ans qui tenait une petite échoppe au quartier Acae, dans le 5e arrondissement de Libreville. Les 3 indélicats répondent aux noms de Dan MAMBOUNDOU, alias Flameur, (gabonais) 30 ans, Olivier ABOUI AKOUÉ alias Richi (gabonais), 26 ans et Bruno NGOLEINE, 33 ans (togolais) 33 ans. Un 4e élément a été interpellé avec la bande du nom de Koami SODJINE (togolais). Les faits remontent au mercredi 11 janvier dernier. Après avoir sauvagement assassiné le boutiquier, les trois lascars ont pris la fuite. Mais leur cavale n’aura duré que 3 semaines. Face aux enquêteurs de la PJ, ainsi que le rapporte “Médias 241”, les meurtriers reconnaissent et expliquent qu’il ne s’agirait pas d’un assassinat prémédité, mais plutôt d’un braquage qui aurait mal tourné : « Le jour du crime, nous étions venus simplement pour braquer le boutiquier, on voulait prendre la recette du jour et partir. Sauf que devant la forte résistance opposée par le boutiquier, ont sera obligé de le ligoter avant de le poignarder ». Au moment où nous mettions sous presse, les trois malfaiteurs étaient encore aux mains de la PJ. En attendant de passer devant le procureur avant d’être déférés à la prison centrale de Libreville.

MEZ

Lire aussi  Drame du PK8: les victimes bientôt relogées à Nzeng-Ayong et Bikele?
Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: il encaisse un coup de machette pour un regard “de travers”

Publié

sur

Elvan NDONG, jeune gabonais de 22 ans, a sauvagement agressé Wilfried BIVIGOU BIVIGOU, son collègue, à la machette. Les faits, rapportés par “L’Union”, se sont déroulés mercredi 25 janvier dernier au district de Makouké (province du Moyen-Ogooué), sur le site des installations de l’entreprise Bance et frères, sous-traitant dans les plantations d’Olam. Wilfried BIVIGOU BIVIGOU qui s’en est sorti avec une grosse entaille sur le bras gauche a été immédiatement conduit dans l’unité sanitaire la plus proche. Tout serait parti d’un simple échange de regard. Elvan NDONG n’aurait pas apprécié que son collègue de travail le zieute de travers. À la fin de la journée, tous les employés embarquent à bord des véhicules de transport pour regagner leurs domiciles. Elvan NDONG et Wilfried BIVIGOU BIVIGOU sont assis l’un face à l’autre. C’est là que tout aurait dégénéré. N’appréciant pas le regard de son collègue sur lui, l’agresseur se serait armé d’une machette qui ne serait pas la sienne et aurait frappé son protagoniste qui a tout juste le réflexe de se protéger le visage. Elvan NDONG a été maîtrise in extremis par les autres collègues qui ne s’expliquent pas jusque-là, ce qui a pu conduire à cette escalade de violence.

MEZ

Lire aussi  Libreville: le centre de rééducation Mot à mot menacé d'un éboulement de terrain
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.