Se connecter avec nous

Politique

Ali BONGO boucle sa campagne devant 40 mille personnes

Publié

sur

Démarrée en fanfare, et menée 11 jours durant sur un rythme tonitruant, c’est devant 40 000 personnes massées au boulevard Bessieux, dans le 3e arrondissement de Libreville, qu’Ali BONGO a bouclé, ce vendredi 25 août 2023, sa campagne électorale comptant pour la présidentielle de l’année éponyme. Une clôture en apothéose marqué par un discours très offensif, signe de l’assurance du candidat PDG quant à sa réélection. Dans une ambiance survoltée, le Président de la République est monté sur l’estrade affrétée pour en circonstance telle une une rockstar.

Banner

«Aujourd’hui, nous voici réunis pour une ultime étape. L’ultime étape d’une
campagne qui sera victorieuse. Car c’est une Victoire. Une victoire nette. Franche. Incontestable qui nous attend !», a lancé à ses troupes un Ali BONGO ONDIMBA serein, en pleine débauche d’énergie. Sous les
ovations et les cris de joie de la foule acquise à sa cause, le Président de la République qui brigue un troisième mandat, a promis « une victoire nette et franche. A la présidentielle, aux élections locales et
législatives».

Rappellant à la gouverne de ses contempteurs de l’opposition que la politique est un débat d’idées et qu’une élection se gagne dans les urnes et non par les armes, le Chef de l’État est revenu sur les propos très controversés tenus par un candidat à la présidentielle et son principal soutien qui font polémique ces derniers jours au Gabon. Aussi, a-t-il prévenu: «Demain, vous et moi, et tous les patriotes de notre pays, (…) nous allons dire à ces intrigants que jamais nous ne les laisserons vendre notre pays, ni mettre en danger son avenir et la sécurité de nos enfants!».

Lire aussi  Le vice-président Indien en quête d'opportunités d'affaires au Gabon

Pour Ali BONGO, les ambitions politiques, quoique légitimes, ne donnent nullement le droit à quiconque de menacer la paix sociale et le vivre ensemble Gabonais. « Ces gens-là,depuis plus de trente ans, sont nourris par notre pays et par l’État. Certains, pendant des années, ont même accepté d’être des membres de gouvernement, des collaborateurs de notre République. Et maintenant ils voudraient dire: allons déstabiliser, détruire ce pays. Non, nous ne les laisserons pas faire!», a mis en garde le Chef de l’État. Et de marteler: «Nous allons battre les peurs! Nous allons battre la haine!». Avant de rassurer: «moi président, moi votre candidat, le Gabon demeurera un exemple de paix pour l’Afrique et pour le monde».

Le Président de la République a vivement exhorté les Gabonais à voter à chacun des trois scrutins; à savoir, la présidentielle, les locales et les législatives:«Aucun d’entre eux n’est à négliger»,(…) «Vos députés en particulier. Ils sont la Représentation nationale. Ils sont votre voix! Ils sont issus du même territoire que vous. Souvent, dès que vous avez un problème, c’est à eux que vous vous adressez en premier». (…) «Le choix de votre député sera très important». Ali BONGO ONDIMBA a ainsi coupé court aux appels au boycott: «N’écoutez donc pas les appels au boycott de certains qui veulent vous priver de votre choix, vous faire croire que votre Représentation nationale ne compte pas».

Lire aussi  21e sommet des chefs d'État et gouvernement de la CEEAC: OSSOUKA RAPONDA rend compte à ABO

Le Chef de l’Etat a clos son allocution circonstancielle, en mettant les Gabonais face à leurs responsabilités et face à l’histoire: «demain,
c’est entre vos mains que se trouvera le destin de notre Pays. Tout comme vous avez confiance en moi, j’ai confiance en vous. Je sais que vous ferez le bon choix, le meilleur choix».

EZM

Politique

Gabon en France: TASSYLA DOUMBENENY prône la réconciliation et la diplomatie économique 

Publié

sur

Depuis sa nomination le 22 janvier 2024, en qualité d’ambassadeur, haut représentant du Gabon près la République française, Marie-Edith TASSYLA DOUMBENENY, c’est ce 16 avril 2024, qu’elle a été officiellement installée dans ses nouvelles fonctions. Rassurant les gabonais de France, du Portugal, d’Andorre et de Monaco de l’amélioration du service public au sein de la représentation gabonaise, l’ambassadrice a indiqué qu’elle oeuvrera à la la réconciliation et à l’amélioration de la diplomatie économique. 

Banner

Pour Marie-Edith TASSYLA DOUMBENENY, le «coup de libération du 30 août 2023», a fait souffler au Gabon un vent nouveau. Lequel doit être marqué de certaines valeurs, améliorations et changements. Des changements que envisagé apporter avec ses collaborateurs, pour optimiser le rayonnement du Gabon en France. 

En effet, a-t-elle déclaré, «un nouveau vent souffle sur le 26 bis, avenue Raphaël (…) c’est le vent de la réconciliation, du dialogue, de l’écoute et du respect entre compatriotes». Non sans inviter ses derniers «à davantage marquer votre présence en France par le développement de vos activités dans tous les domaines». Car énonçant ses ambitions, l’ambassadrice a insisté sur sa volonté de «faire de la diplomatie économique, [son] cheval de bataille».

Lire aussi  OSSOUKA RAPONDA et NZEGHO DIEKO evoquent la complémentarité entre le gouvernement et le PDG

Le cap est fixé, et Marie-Edith TASSYLA DOUMBENENY détient désormais les cartes pour faire aboutir ses ambitions. Notamment de renforcer et redynamiser les liens séculaires entre le Gabon et la France , d’offrir aux gabonais, un service public de qualité et de promouvoir l’image du Gabon en France. 

Continuer La Lecture

Politique

Dialogue national inclusif: Alassane OUATTARA souhaite “plein succès “au Gabon 

Publié

sur

A l’occasion de la visite de travail en Côte d’Ivoire, le Président de la Transition gabonais, Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA s’est entretenu avec le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Dramane OUATTARA. Au coeur de leur entretien ce 11 avril 2024, le deux hommes ont apprécié le déroulement du Dialogue national inclusif et envisagé le renforcement et la consolidation de la coopération bilatérale.

Banner

En effet, en cours au Gabon, le dialogue inclusif qui doit permettre de fixer le cadre pour un retour à «la normalité constitutionnelle», est observé de part et d’autre du continent. Pour le Président Ivoirien qui suit avec un grand intérêt l’évolution de la Transition au Gabon, il reste disposé à accompagner le processus engagé par le Général de transition qu’il suit avec un grand intérêt. Alassane OUATTARA a, à cet effet, souhaité un plein succès au déroulement du dialogue national pour l’intérêt du peuple gabonais. 

En outre, les deux présidents se sont félicité de la qualité des relations d’amitié et de fraternité qui unissent Libreville et Abidjan depuis 1966. Ils ont également émis le vœu d’œuvrer à la redynamisation et la diversification de leur coopération notamment dans les domaines agricole, minier et énergétiques entre autres.

Lire aussi  21e sommet des chefs d'État et gouvernement de la CEEAC: OSSOUKA RAPONDA rend compte à ABO
Continuer La Lecture

Politique

Gabon /Dialogue national: la sonnette d’alarme de Dieudonné MINLAMA MINTOGO

Publié

sur

Cet ancien Candidat à l’élection Présidentielle d’août 2016 au Gabon, tient à faire entendre sa part de vérité, au lendemain de la cérémonie d’ouverture du Dialogue National Inclusif, du 03 Avril 2024 à Libreville. Ci-dessous sa déclaration in extenso.

Banner

«Initialement prévus pour démarrer le 03 avril, les travaux du Dialogue National Inclusif débuteront finalement dans sa phase effective le 06 Avril prochain. Malgré quelques couacs, dus éventuellement à l’impréparation, je tiens à féliciter les différents intervenants qui ont animé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.

Mes félicitations vont d’abord à l’endroit du Président de la Transition, qui s’est engagé à doter le pays d’une nouvelle Constitution et des textes de Loi devant favoriser l’organisation des élections libres et transparentes.

Je félicite aussi l’archevêque de Libreville, qui, à travers ce dialogue rêve «d’un Gabon digne d’envie».

Et enfin mes félicitations sont adressées au Président TOUADERA, Président en exercice de la CEMAC et facilitateur de la CEEAC, qui a tenu à exprimer au monde entier «la soif de démocratie du peuple gabonais» mais aussi à fixer le cap de la Transition, qui doit respecter la durée fixée (24 mois) et se terminer par un retour à l’ordre Constitutionnel, non sans rappeler que «l’homme qui détient le Pouvoir ne doit pas être jugé par ses paroles mais pas ses actes».

Lire aussi  Le vice-président Indien en quête d'opportunités d'affaires au Gabon

Ces différentes interventions peuvent susciter l’espoir à première vue, mais l’histoire de l’humanité nous enseigne que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.

Aussi, il me paraît difficile, d’aboutir à l’avènement d’un «Gabon digne d’envie» et à l’organisation «des élections libres et transparentes», si nous ne prenons pas le courage de:

  1. Dessiner les contours d’une Commission Vérité, Justice, Pardon et Réconciliation chargée de solder notre lourd passif d’injustice, de violence, d’exclusion, de peurs, d’abus et d’indemniser les victimes ;
  2. Définir de façon objective et courageuse le rôle des forces défense et de sécurité dans notre dispositif Démocratique.

J’invite les organisateurs de ce dialogue à réfléchir sur ces deux aspects au risque d’organiser un dialogue de plus.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.