Se connecter avec nous

Société

Gabon: la zone de Nkok se dote d’une cellule HSE

Publié

sur

Le 3 mai 2023, l’Administrateur directeur général de Nkok, Anne NKENE, le Directeur Gabon d’Arise IIP & d’Arise IS, Igor SIMARD, ont procédé à l’inauguration des bureaux de SAFER, une cellule consultative d’environnement, hygiène et sécurité (EHS), spécialement dédiée aux professionnels travaillant au sein de la Zone d’Investissement Spécial de Nkok (ZIS). En présence des entreprises déjà implantées. Entre autres missions dévolues au service SAFER, veiller à ce que tous les lieux de travail soient sains et sûrs pour tous les employés, les partenaires, et les visiteurs. Ce qui traduit la volonté politique des plus hautes autorités de la GSEZ de Nkok qui ont à cœur de se conformer aux normes internationales en la matière.

Banner

Pour l »Administrateur directeur général de l’autorité administrative de Nkok, Anne NKENE : «Il faut d’abord savoir que la zone économique spéciale de Nkok regroupe en son sein, l’ensemble des administrations qui les accompagnent au quotidien. Ils sont regroupés autour de l’Autorité administrative qui joue le rôle de pouvoir de veiller au respect des dispositions en ce qui concerne la sécurité, la santé, l’environnement et l’hygiène au sein de cet espace économique. Nous évoluons assez bien en termes de sensibilisation, de contrôle et en ce qui concerne toute la partie des sanctions. Aujourd’hui GSEZ vient de renforcer davantage ses dispositifs qui vont permettre aux opérateurs de cet espace économique de pouvoir s’arimer davantage à ces exigences qui sont des exigences environnementales, sociales, et en ce qui concerne l’hygiène et la sécurité au travail. Donc SAFER est véritablement un outil en plus, pour les opérateurs pour qu’ils puissent se conformer davantage, puisqu’ils le font déjà pour la plupart.« 

Lire aussi  Après la phase test en 09/2022, African Elephant exportera ces contreplaqués dès ce mois d'octobre

Le Directeur Pays Arise, IIP et IS, Igor SIMARD se réjouit, lui, de ce que, «l’outil SAFER va renforcer l’accompagnement des dispositifs déjà présents dans la zone de Nkok, sur les questions d’hygiène, de santé et de sécurité. Aujourd’hui, la zone de Nkok s’agrandit avec de plus en plus d’entreprises pour la création de plus en plus d’emplois. Donc c’était dans notre devoir de renforcer et d’accompagner la question du devoir du travail, mais aussi les questions de santé et de sécurité. De façon concrète cela va fonctionner sur la base d’audits avec les différents opérateurs économiques installés dans la zone, qui vont permettre de mesurer les écarts qui sont constatés. Tout cela se fera en collaboration avec les services présents dans la zone de Nkok, naturellement au premier titre, l’Autorité administrative de la zone de Nkok, la CNSS, la CNAMGS et ce, dans l’objectif clair de respecter à tous les niveaux, le dispositif traditionnel, puis les normes et réglements».

Au quotidien, SAFER devra, en effet, fournir aux entreprises installées dans la GSEZ, de nombreux services clés. À savoir : la réalisation d’audits ESS, des installations, l’organisation de séance de sensibilisation à l’ESS, l’aide à la compréhension des exigences légales, l’organisation de séance personnalisée en matière d’environnement, d’hygiène et de sécurité. Ou encore, l’élaboration d’un plan d’intervention d’urgence, la réalisation d’enquête sur les incidents et formulation de recommandations, la mise en place de cadres de gouvernance interne, la fourniture d’un approvisionnement centralisée en EPI.

Lire aussi  Voie de contournement de l'aéroport de LBV: vers une indemnisation & un relogement de 600 familles ?

MEZ

Société

Gabon: la SEEG prévient d’une baisse de production électrique

Publié

sur

Dans un communiqué publié ce 21 juin 2024, la société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) a informé de la baisse de la production d’électricité à Libreville au cours des prochains jours. Cela, en raison de la fin de la saison des pluies. Ci-dessous le communiqué de la SEEG, in extenso.

Banner

«Les barrages de Tchimbélé-Kinguélé, qui produisent plus de 50 % de la production électrique consommée à Libreville, arrivent au terme de la saison des pluies à des valeurs très basses, limitant de plus en plus l’exploitation des groupes dans les usines.

De plus, la faiblesse des apports en eau dans la vallée de la Mbè, conjuguée à l’augmentation substantielle de la demande en énergie en pointe (+13% en moyenne) et des aléas d’exploitation ont entraîné une utilisation accrue des moyens de production hydroélectriques, avec comme corollaire une baisse importante du stock d’eau dans la retenue de Tchimbélé.

Cet effet du dérèglement climatique, s’il persiste, réduit considérablement la capacité de production électrique.

Pour faire face à cette situation, la SEEG a initié une série de mesures visant à limiter l’étendue de la gêne occasionnée. Parmi les plus importantes, on note la mise en service prochaine d’une centrale électrique flottante de 150 MW. Cette solution en cours de mise en œuvre va participer à la stabilisation du réseau et ainsi garantir une qualité de service acceptable.

Les agents de la SEEG mobilisés à cet effet, font et feront le maximum pour limiter la gêne que cette situation pourrait causer à la clientèle jusqu’au retour d’une situation plus favorable liée à l’augmentation des apports d’eau sur la retenue de Tchimbélé.

Un comité de crise surveille l’évolution de la situation et détermine les actions à mener».

Lire aussi  Concession de l'aéroport de Makokou: Gsez airport en fait son affaire !
Continuer La Lecture

Société

Gabon /SNI: vers la création d’un fonds de logement pour employeurs/employés

Publié

sur

A la Société nationale immobilière (SNI), la hiérarchie ne tarit pas d’ambitions pour améliorer la contribution de l’entité dans l’amélioration des conditions de vie des gabonais, tel que souhaité par les nouvelles autorités. Dans ce sens, les accords signés le 11 juin 2024, au Rwanda, par le Directeur général de la société immobilière, Hermann KAMONOMONO et celui de la banque de développement Shelter Afrique (SHAF), Thierno-Habib HANN, prévoient la mise en place d’un fonds de logement pour les employeurs et les employés (EEHF).

Banner

Financé par un mécanisme de déduction des salaires, auprès des entités partenaires des secteurs public et privé, ce Fonds est envisagé pour mobiliser des financements sur le long terme. Lesquels serviront à la réalisation de programmes de logement en location-vente, avec la garantie d’un engagement d’achat par le gouvernement gabonais, et/ou les institutions du secteur privé.

Le projet qui n’en est encore qu’en phase de structuration aux mains de la SNI et de l’État gabonais, bénéficiera des conseils et de l’expertise de leur partenaire financier, Shelter Afrique. Pour la SNI, l’accompagnement de SHAF à la création de ce fonds, est un pas vers la réalisation du voeu d’acces à la propriété par le plus grand nombre des gabonais.

Lire aussi  Voie de contournement de l'aéroport de LBV: vers une indemnisation & un relogement de 600 familles ?
Continuer La Lecture

Société

Moov Hackathon IA 2024: Moov Africa Gabon Telecom et l’incubateur SING amorcent le dernier virage de l’appel à candidatures

Publié

sur

Plus que 6 jours avant la fin de première phase de la 1ere édition du Moov Hackathon intelligence artificielle 2024. Jusqu’au 24 juin prochain, les passionnés du digital sont massivement attendus pour relever le niveau de la compétition. C’était tout le sens de la session d’information tenue ce 18 juin 2024, par l’initiateur dudit Hackathon, Moov Africa Gabon Telecom, au siège de la Société d’incubation numérique du Gabon (SING), en présence d’un public affluent et varié. L’occasion pour les deux entreprises partenaires de revenir dans le détail, sur le déroulement des différentes étapes. 

Banner

Plus longue que la seconde, la première phase, celle de “l’appel à candidatures” va recueillir jusqu’au 24 juin, les différents projets en compétition, portés par des équipes composées idéalement de 5 personnes de différents profils (expert IA, développeur web, data analyst, data scientist). Dès la clôture des candidatures, les équipes de la SING, coutumière des activités du général, procèderont, sur la base du questionnaire renseigné en ligne par les différentes équipes, sur le lien https://forms.gle/3LH7WVNBXLFggiJc6 , à un premier tri de candidatures. Dont les 15 projets présélectionnés seront révélés dès le lendemain le 25 juin. 

Les participants au Hackathon devront proposer des solutions d’intelligence artificielle autour de 7 secteurs d’activités , dont la health-tech, fintech, smart-city, agritech, ed-tech, IOT, transport. Ainsi que l’a précisé la responsable de la division Communication de Moov Africa Gabon Telecom, Léa SEKY OLOUNA, «nous attendons des réflexions pouvant résoudre des problèmes liés, par exemple, à l’agriculture, à la vie connectée, à la finance, aux jeux et aux divertissements. Les sujets sont variés et chacun pourra présenter un projet visant à résoudre un problème constaté».

Lire aussi  Modèle de réussite, le Gabon abrite le 1er forum des ZES d'Afrique les 2 & 3 fevrier

La seconde phase dite du “hackathon“, ne s’étendra quand à elle que sur deux journées d’activités intenses. En effet, des la première journée les 15 équipes en lice devront modeler leurs projets, qu’ils défendront lors d’un pitch fire d’une minute. À l’issue duquel interviendra la seconde sélection des 5 projets les plus convaincants. Après des travaux de structuration et de prototypage, les 5 équipes finalistes feront face à une jury externe composé d’experts de l’intelligence artificielle, qui sélectionnera à son tour les 3 projets lauréats. 

«Aujourd’hui, grâce à l’intelligence artificielle, de nombreuses activités sont facilitées, notamment la rédaction de documents, l’analyse d’images, l’analyse de données et les calculs qui se font beaucoup plus rapidement. Cela pose un défi important pour notre société, avec des questions d’éthique et de gouvernance liées à l’intelligence artificielle (…) Il est crucial d’accompagner la jeunesse gabonaise pour qu’elle ne rate pas le tournant de cette nouvelle économie mondiale», a renchéri le Directeur général de la SING, Yannick EBIBIE NZE, invitant ainsi tout les classes à s’y inscrire.

En effet, tous types de profil peut y prendre part, sans distinction d’âge ou de catégorie socioprofessionnelle. Toutefois, il est impératif our les participants d’être à Libreville, et pour les équipes d’avoir au moins un développeur. Il est encore temps pour y participer si vous souhaitez être l’un des trois lauréats qui recevront le 29 juin 2024, des prix en numéraire de même qu’une période d’incubation, financés par Moov Africa Gabon Telecom. Plus précisément, la grande gagnante recevra 2 000 000 Fcfa, la deuxième place, 1 000 000 Fcfa, la 3e équipe quant à elle recevra un chèque de 500 000 Fcfa. Alors à vos claviers, pour relever le niveau de l’intelligence artificielle au Gabon. 

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.