Se connecter avec nous

Culture

“Le silence des femmes” de Melchy OBIANG primé au Festilag d’Abidjan

Publié

sur

Le 17 décembre 2022, le réalisateur gabonais Melchy OBIANG, tout en remerciant les plus hautes autorités du pays, a annoncé, via sa page Facebook, le sacre de son film, «Le silence des femmes», à la 10ème édition du festival international du Film des lacs et lagunes (FESTILAG) d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Banner

Une fois de plus le Gabon a été mis à l’honneur, grâce à cette production cinématographique. Le jury du FESTILAG, composé de vedettes internationales telles que Michel BOHIRI, Saïdou BOKOUM, Valérie KABORE, Kim GEON et Djibril DIAW, a été séduit par ce chef – d’œuvre, qui témoigne du savoir – faire gabonais. Abordant des thématiques telles que le mariage forcé, la cupidité et, surtout, les violences faites aux femmes.

Cette réussite, Melchy OBIANG la dédie, également, aux pouvoirs publics. « C’est en rendant hommage au Président de la République et à la Première Dame que j’ai souligné l’importante mobilisation pédagogique et juridique déployée par le Gabon pour la cause des femmes. En effet, cette référence à cet instant solennel était de mise car la pertinence du thème porté par le film “Le silence des femmes” a largement joué dans cette belle victoire gabonaise», a déclaré le réalisateur, selon des propos recueillis par nos confrères de focus groupe media.

Lire aussi  Violences basées sur le genre: le commissariat d’Akanda se dote d'une cellule d'accueil

Il est opportun de préciser que ce film était en compétition avait d’autres venus de divers pays africains tels que le Mali, le Burkina Faso, la Tunisie, le Maroc, le Togo, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Il raconte l’histoire d’une jeune femme battue et isolée par son époux, avec le silence complice de son entourage, dont celui de sa mère, et qui va chercher les voies et moyens de s’extraire des « griffes » d’un homme qui entretient, hors du foyer conjugal, l’image d’une personne respectable.

Culture

La Conférence des auteurs: l’ambassade du Gabon ouvre ses portes aux passionnés de littérature africaine 

Publié

sur

Le 27 avril 2024, les amoureux de littérature et d’écriture africaine et afro caribéenne ont honoré à la conférence des Auteurs, qui s’est tenue à l’ambassade du Gabon en France. Cette première édition, organisée par l’association Ozouaki, a été particulièrement enrichissante. 

Banner

Sur place, les participants ont pris part à des ateliers captivants, qui les a plongés dans la diversité de la littérature africaine. L’occasion pour ces amoureux du livre, d’échanger avec les professionnels de l’industrie littéraire, présents lors de cette rencontre. 

Si ces retrouvailles ont été l’occasion de valoriser la richesse culturelle de l’Afrique subsaharienne et de mettre en lumière ses auteurs. Elle a également été le lieu pour les organisateurs de cet événement, d’adresser leur gratitude à l’ambassadeur du Gabon en France, Marie Edith TASSYLA DOUMBENENY d’avoir ouvert les portes de l’ambassade pour abriter cette rencontre exceptionnelle. 

Lire aussi  21 juin 1902: l’Australie, initie le droit de vote pour les femmes
Continuer La Lecture

Musique

Gabon: Emma’a et Alzheimer

Publié

sur

Défaut de communication, immaturité ou simplement manque de professionnalisme, l’artiste Emma’a a accumulé des “bourdes” qui lui ont valu les critiques des internautes gabonais. La joie partagée de son succès aura été de courte durée, car au lendemain de son récompense au primud, comme “meilleure artiste d’Afrique centrale ”, la jeune chanteuse, a pour ainsi dire “snobé” la communauté et le pays qui l’ont porté jusqu’à ses premiers succès. 

Banner

Pour ainsi dire, invitée sur le plateau de la radio ivoirienne “Liferadio”, l’étudiante a été interrogée sur les raisons qui guident sa volonté de s’installer en Côte d’Ivoire. Simulant un accent ivoirien, a elle admis que, la musique, au Gabon, ne nourrit pas son homme. Selon elle, «le Gabon est recroquevillé sur lui-même au niveau musical (et tout). En vérité quand tį u es au Gabon, que tu commences à buy (avoir du succès) il faut vraiment sortir. C’est important, pour chercher des opportunités». Des opportunités qu’elle estime plus nombreuses en Côte d’Ivoire. 

Pour les internautes et fans de l’artiste, ces mots sonnent comme un dédain, pour les gabonais qui ont soutenu jusqu’ici sa carrière, notamment sur les réseaux sociaux où ses titres étaient repris en boucle pour des “challenges”. Lui donnant ainsi «une visibilité énorme, parce que les gabonais ont mis “les organes” sur sa musique», rappelle un activiste déçu. 

Lire aussi  Journée Nationale de la Femme: Setrag célèbre les femmes cheminots

Le témoignage selon d’autres de l’ingratitude de l’artiste. Qui, non contente du soutien de ses compatriotes, «snobe», ceux là même qui la portent lors de ses sorties à l’international et lui apportent leurs votes lors des compétitions. «Ce ne sont pas les ivoiriens qui ont voté pour toi lors du Primud, ce sont les gabonais». Ce, sans compter les mots qu’elle a eu à l’endroit de son ex- producteur, celui qu’elle disait être «le père que Dieu m’a donné». 

Pour rappel, à la méconnaissance de la jeune artiste, peut-être, le Gabon abrite des artistes de renom, des icônes, qui n’ont pas eu besoin de sortir pour “buy”. L’on côté encore à travers l’Afrique, Oliver NGOMA, Vickos Eckondo, Patience Dabany, Mackjoss, Shan’l la Kinda qui a été plusieurs fois primée à travers le continent. Pour ne citer que ceux-là. 

Piquée par les réactions des internautes qui ne sont pas allés de main morte, Emma’a a tenté de rectifier le tir, en invitant ses concitoyens à la prendre «comme une petite soeur». Lors d’une autre émission radio, où elle a reconnu s’être «mal exprimée» et avoir été «mal comprise», la jeune femme a dit son amour pour son pays en exécutant quelques passages de l’hymne national, la Concorde. 

Continuer La Lecture

Musique

Primud 2023: “on l’a eu”, Emma’a sacrée meilleure artiste d’Afrique centrale

Publié

sur

Succédant à Shan’l “la kinda” sur le tableau des gabonais ayant remporté ce trophée, Emma’a a été honorée, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du prix de la meilleure artiste de l’Afrique centrale. Nominée à plusieurs reprises pour des prix de différents ordres, ce 19 novembre 2023, elle a raflé devant les artistes de renom tels que Ya Levis, Extra Musica Nouvel Horizon, Afara Tsena, Innoss’B, Blanche Bailly, Krys M, KO-C, Mimie et Phill Bill.

Banner

De bonne augure pour sa carrière en pleine ascension, alors que la jeune chanteuse gabonaise a sorti son premier EP quelques jours plus tôt. «C’est mon premier prix, c’est ma première fois au Primud, J’aimerai remercier toutes les personnes qui ont cru en moi, qui croient en moi depuis le début. J’aimerai remercier toutes les personnes qui ont voté pour moi. Tous ces fans, toutes ces personnes que je connais pas qui me soutiennent de près comme de loin. J’aimerai remercier les gens de l’ombre, toute mon équipe», rapporte nos confrères de “Stars 241”. 

À ses fans, toutes ces personnes qu’elle ne connait pas, mais qui lui ont apporté la force pour y arriver, l’artiste les a associé à sa victoire sans en oublier un seul. «On l’a eu. Tous ensemble ! Merci à tous,ce trophée est à nous tous !», a-t-elle adressé avec reconnaissance sur Facebook, à leur endroit. Une fierté nationale, que les gabonais espèrent voir se réitérer à d’autres occasions. 

Lire aussi  Egalité des genres: le Gabon leader du continent noir
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.