Se connecter avec nous

Société

Population mondiale: vers une carence de femmes ?

Publié

sur

D’après l’organisation des nations unies (ONU), il y huit (8) milliards d’individus qui peuplent la planète depuis le 15 novembre 2022. A ce rythme, il faudra attendre 2050 pour dépasser les 9 milliards puis 2100 pour atteindre les 10 milliards d’humains sur la planète. Mais une tendance s’observe depuis quelques années déjà : celle de la masculinisation de la population mondiale.

Banner

S’il y a, à peu près, le même nombre de femmes que d’hommes sur Terre, ces derniers sont un peu plus nombreux : selon des chiffres publiés par l’ONU en 2020, sur 1.000 personnes, 504 sont des hommes (50,4%) et 496 des femmes (49,6%). Il naît un peu plus de garçons que de filles : 106 garçons pour 100 filles. Mais la mortalité est supérieure chez les garçons, dans l’enfance mais aussi à l’âge adulte.

Le monde fait, donc, face à une ‘’carence’’ de femmes en âge de procréer, qui pourrait conduire à des déséquilibres lourds de conséquences. Il est surtout observable en Chine et en Inde, les deux pays les plus peuplés de la planète, représentant 37% de la population mondiale. En effet, l’on peut y observer un rapport de masculinité nettement plus élevé que la moyenne : dans certaines régions, l’on compte 120 garçons pour 100 filles.

Lire aussi  Egalité des genres: le Gabon leader du continent noir

Ce phénomène est, à la fois, d’ordre culturel, économique et social : en Inde et en Chine, mettre au monde une fille est considéré comme un risque pour la famille : destinée à se marier, la fille versera une dot et devra se consacrer à sa belle – famille, tandis que le garçon apportera aide et sécurité à ses parents. Cette conception des choses a causé beaucoup de tort à la gent féminine car, selon la catégorie socio-professionnelle, l’on préfère investir dans un examen prénatal et choisir d’avorter plutôt que de s’endetter toute une vie pour subvenir à l’éducation et au mariage d’une fille.

Ainsi, rien qu’en 2016, le centre asiatique pour les droits de l’homme a évalué à environ 1,5 million le nombre de fœtus féminins éliminés chaque année. En Chine, 35 ans de politique de l’enfant unique ont causé la disparition de millions de filles par avortements sélectifs ou infanticide. Même chose pour l’Inde où ces pratiques ont considérablement réduit la population féminine, essentiellement dans le nord du pays.

La Chine et l’Inde accusent un déficit global d’environ 160 millions de femmes ; ce ‘’manquant’’ pourrait même atteindre 225 millions d’ici 2025. Si les choses restent en l’état, c’est tout un pan de la population mondiale qui ne pourra être renouvelé. Pour des raisons socio – économiques, il faut aussi s’attendre à une baisse du taux de natalité d’ici 20 à 40 ans.

Lire aussi  Journée Nationale de la Femme: Setrag célèbre les femmes cheminots

Face au risque de vieillissement de la population et le ralentissement de l’économie mondiale, certains pays ont choisi d’adopter des mesures pour endiguer le phénomène, notamment en améliorant le statut des femmes, en interdisant le dépistage du fœtus et l’avortement sélectif et en menant des campagnes de sensibilisation sur les dangers du déséquilibre démographique entre les hommes et les femmes !!!!

Société

Tournée républicaine /Estuaire: OLIGUI NGUEMA peut compter sur les habitants de Sotéga Moustache

Publié

sur

Les unes après les autres, les localités du Gabon profond sont visitées par le président de la Transition, Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA. Dans la province de l’Estuaire, de part et d’autres l’on s’organise à rendre unique le passage du Général-président. Et le quartier de Sotéga Moustache, dans le 2e arrondissement de Libreville n’est pas en reste quant à ce passage tant attendu, alors que les résidents espèrent fortement que le numéro un gabonais s’arrête dans leur quartier, où ils veulent lui témoigner de vives voix leurs gratitude, ambitions et attentes. 

Banner

En effet, faut-il le rappeler, le quartier de Sotéga a été l’un des premiers bénéficiaires des œuvres du Comité de transition pour la restauration des institutions (CTRI). Alors que ces gabonais qui composaient avec une voie dégradée, se satisfont désormais d’une voie praticable et bétonnée. Une action pour laquelle, réuni en collectif, les riverains du quartier Sotéga Moustache, avaient adressé leur remerciements au Président de la Transition, non sans assurer d’en prendre grand soin avec la participation de l’ensemble des habitants. 

Par ailleurs, désireux de contribuer à l’action du CTRI en faveur de la jeunesse, le collectif des riverains de Sotéga Moustache souhaite présenter au Général OLIGUI NGUEMA les réalisations exécutées dans ce sens, au sein de leur quartier. À l’instar de la création d’une équipe de quartier, “Le sportif moustache (SM) – 17”, ou des activités rémunératrices visant à canaliser et responsabiliser les jeunes dudit quartier. L’occasion, si elle se présentait, pour eux, d’exprimer leurs ambitions et leurs attentes au Président de la Transition. 

Lire aussi  Egalité économique pour les femmes: le Gabon leader de la CEMAC

S’il est commun que les rencontres entre les autorités et les populations se tiennent à des endroits pouvant contenir un maximum d’individus, à Sotéga Moustache, l’on ne sollicite du président de la Transition et sa suite, que quelques minutes d’entretien. En effet, certains quartiers de Libreville ont déjà par le passé eu l’honneur d’accueillir le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA et Sotéga Moustache réclame à son tour et à juste titre un stop pour dire sa reconnaissance au nouvel homme fort du Gabon. 

Continuer La Lecture

Société

Haut-Ogooué: OLIGUI NGUEMA annonce des projets de développement

Publié

sur

A l’occasion de la visite qu’il a entamée le 17 juillet 2024 dans la province du Haut-Ogooué, le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a communié ce jour avec les populations de Bakoumba, Mounana et Moanda.

Banner

C’est en compagnie de la Première Dame, Zita OLIGUI NGUEMA, des membres du CTRI et ceux du gouvernement que le Président de la Transition est allé à la rencontre de ses compatriotes de Bakoumba avec lesquels il a eu l’occasion d’échanger autour des difficultés socioéconomiques observées. Aussi, le Chef de l’Etat a tenu à les rassurer quant à l’ambition du CTRI d’offrir de nouvelles perspectives de développement au département de Lékoko.

Consécutivement à l’étape de Bakoumba, le Chef de l’Etat a procédé à Mounana, à la pose de la première pierre du futur Centre de Contrôle Technique avant de se rendre à l’esplanade de la mairie où il a reçu des sages les attributs de la chefferie. Venues en masse, les populations ont pu exprimer leurs doléances auxquelles le Chef de l’Etat compte apporter des réponses concrètes.

À cet effet, un chèque de 360 millions a été mis à la disposition de la ville de Mounana en vue de la matérialisation des projets urgents. Le Président de la Transition a par ailleurs pris l’engagement d’améliorer l’offre de soins avec l’octroi d’ambulances et la réhabilitation des plateaux techniques des centres de santé ; transformer le CES Bruno Bokoko en lycée public pour pallier aux effectifs pléthoriques et lancer les travaux d’adduction en eau potable dans
les villages Baya et Ndoubi.

Lire aussi  OSSOUKA RAPONDA inaugure la maison d’arrêt pour femmes

En réponse, le Chef de l’Etat a tout d’abord rappelé l’ambition du CTRI qui consiste à rendre sa dignité à chaque gabonais. Prenant acte des préoccupations des moandaises et des moandais, le Président de la Transition les a rassurés que des solutions concrètes y seront apportées.
Le Président de la République a également annoncé la mise à disposition d’un chèque d’un milliard quatre cent soixante millions qui permettra de financer différents projets prioritaires dans la ville de Moanda.

Après avoir souhaité la bienvenue, remis les clés de la ville ainsi que les attributs du pouvoir au Président de la République, les populations de Moanda lui ont à leur tour exprimé leurs attentes. Leur implication dans la mise en œuvre des projets RSE, la construction d’un marché moderne, l’amélioration de la desserte en eau, la construction d’une caserne de sapeurs-pompiers, l’insécurité grandissante, la construction d’un commissariat de police et le chômage font partie des questions abordées.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre du futur lycée de l’Excellence de Moanda. Cet établissement dont les travaux de
terrassement ont débuté le 1er juillet dernier pour une durée de huit mois,
accueillera près de 1000 élèves. Il sera composé de 44 salles de classes, d’une salle polyvalente, d’une bibliothèque, d’un plateau sportif et d’une salle informatique. La mise en exploitation de ce lycée nécessitera le recrutement d’une équipe pédagogique qualifiée ainsi qu’une équipe d’appui pour l’entretien, soit 50 à 100 emplois à pourvoir.

Continuer La Lecture

Société

Haut-ogooué: OLIGUI NGUEMA annonce l’exploitation prochaine de la mine de Baniaka

Publié

sur

Après la Nyanga, c’est dans l’effervescence que le Président de la Transition, Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA et sa suite ont été accueillis en terre altogovéenne, ce 17 juillet 2024. Dans la province du Haut-Ogooué où il séjournera pendant plusieurs jours, le leader de la transition menée au Gabon, a annoncé la mise en place prochaine de nombreux projets de développement dans la localité de Boumango notamment, où il a marqué un arrêt, dès l’entame de son périple.

Banner

En effet, a-t-il lancé à l’endroit de ses concitoyens, «mon ambition est de faire de votre ville une ville attrayante et dynamique où les jeunes pourront travailler et s’épanouir. Une ville où les structures médicales seront capables de répondre aux besoins sanitaires des populations». Pour répondre à cet objectif,  le Général OLIGUI NGUEMA a annoncé l’exploitation prochaine de la mine de Baniaka, située dans la zone de Bakoumba qui contribuera à la création d’emplois directs et indirects.

Une fois encore le président de la Transition a exhorté les jeunes altogovéens à s’investir pour contribuer à leur niveau au développement de leurs localités. 

Lire aussi  Libreville: pris de jalousie, il perce les yeux et tranche l’oreille gauche de sa petite amie
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.