Se connecter avec nous
Banner

Economie

Gabon: le gouvernement lance la SGG pour faciliter le financement des PME

Publié

sur

Le 14 novembre 2022, le Fonds gabonais d’investissement stratégique (FGIS), à travers sa filiale Okoumé Capital, a officiellement lancé les activités de la Société gabonaise de garantie (SGG), entièrement consacrée à la garantie bancaire. L’agrément obtenu selon l’arrêté n°0066.2/MER, délivré le 02 novembre 2022, par le comité national économique et financier lui permet de démarrer ses activités. Dotée d’un capital de douze (12) milliards de francs CFA, la SGG a pour objectif principal de proposer aux institutions financières locales un dispositif de partage de risque, à travers des solutions de garanties partielles de prêt aux petites et moyennes entreprises (PME), sous forme de garanties de portefeuille et de garanties individuelles.

Ainsi, la SGG va faciliter l’accès des PME au financement, en couvrant, à hauteur de 50%, les risques inhérents aux crédits qui leur seront accordés par banques et institutions de microfinance. De plus, selon certaines sources, un accent particulier sera mis sur les PME dirigées par des femmes et celles dont l’activité entraîne une réduction de l’emprunte carbone, à travers un rehaussement du taux de couverture à 75%. Le Directeur général de la SGG a détaillé la procédure à suivre afin de bénéficier de la garantie de la SGG.

«Les PME doivent se rapprocher de leurs banques traditionnelles afin de voir dans quelle optique ces banques – là peuvent financer les PME. Sachant que nous avons deux produits qui vont dans le cadre de la garantie. Nous avons une garantie de portefeuille qui est silencieuse et une garantie qui est individuelle. Donc, l’approche des PME aujourd’hui, ce n’est pas de venir vers la SGG, mais aller plutôt vers les banques. Parce que nous allons apporter des mesures d’assouplissement des conditions d’accès aux crédits auprès des banques», a conclu Alban ETHO, selon des propos recueillis par nos confrères de Gabonreview.

Il faut souligner que la création de la SGG a été mandatée par les pouvoirs publics, dans le cadre du repositionnement stratégique d’Okoumé Capital. Elle s’inscrit dans la lignée du Plan d’accélération de la transformation (PAT), voulu par le Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, avec l’ambition de couvrir le risque de défaut porté par les institutions financières sur les PME des secteurs et chaînes de valeur prioritaire et à fort potentiel !

Continuer La Lecture

Economie

Gabon: les convoyeurs de marchandises désormais tenus de présenter une « Lettre de voiture »

Publié

sur

Lek 28 mars 2023, une convention a été signée entre le Conseil gabonais des chargeurs (CGC) et la Direction générale des transports terrestres (DGTT) portant présentation désormais obligatoire de la «Lettre de voiture » (LV). Document prévu par l’Acte uniforme Ohada, la lettre de voiture (LV) est un contra établissant les conditions générales d’une prestation de transport, et définissant l’ensemble des règles encadrant la transaction entre le chargeur et le transporteur, ainsi que la responsabilité de chacun en cas de litige. En somme, l’équivalent du connaissement maritime (Bill of lading, ou B/L en anglais) en transport maritime, et la Lettre de transport aérien (LTA). La mise en route de la LV intervient quelques semaines après le naufrage du navire Esther Miracle qui a endeuillé le Gabon tout entier. Drame à la suite duquel, le Premier ministre, Alain-Claude BILLIE-BY-NZE, avait annoncé un grand ménage dans le secteur des transports gabonais en proie à des « conflits d’intérêt, l’intérêt personnel  des négligences, compromissions, des passe-droits».Selon Anatole KABOUNOU ONKONI, directeur général des transports terrestres: « Dans la documentation dans un voyage terrestre, il manquait cet élément important alors que dans les autres modes de transport, ce n’était pas le cas. Le vide est comblé ». Délivrée gratuitement aussi bien au transporteur qu’au chargeur, la LV facilite la traçabilité des marchandises sur la route.

MEZ

Continuer La Lecture

Economie

Transition énergétique: vers l’augmentation des investissements américains au Gabon

Publié

sur

Jeudi 23 mars 2023, une délégation américaine conduite par Syed DILAWAR, envoyé spécial du bureau économique et des affaires commerciales des États-Unis a été reçue par le ministre du Pétrole, Vincent de Paul. L’objet de cette entrevue visait à étudier la possibilité pour le gouvernement américain d’augmenter ses investissements au Gabon.

Le ministre du Pétrole a présenté à ses hôtes les potentialités offertes par le pays dans le secteur énergétique et des hydrocarbures: « Le Gabon est dans une phase de transition énergétique. Et le gaz est désormais une ressource qui doit compter et pour laquelle, nous savons qu’aujourd’hui, beaucoup d’efforts doivent être faits dans la recherche. Surtout la recherche dont les potentialités dans l’offshore profond et très profond nécessitent de gros investissements. Et nous savons que l’ensemble des sociétés américaines pour la plupart sont celles qui sont porteuses des projets de cette nature», a expliqué Vincent de Paul MASSASSA à ses hôtes.

Dans un contexte de déclin de la production pétrolière, il est plus que nécessaire d’accélérer la transition énergétique et améliorer l’approvisionnement du territoire national en gaz butane. Ainsi, le Gabon a-t-il amorcé, depuis peu, sa transition énergétique. Laquelle devrait notamment consister au développement des ressources gazières afin de générer de nouvelles sources de revenus pour les prochaines années.

«Je suis ici pour voir comment on peut accélérer les investissements américains ici au Gabon et comment les entreprises américaines peuvent travailler avec les entreprises gabonaises», a déclaré Syed DILAWAR, au sortir de l’audience. Rappelons que plusieurs entreprises américaines opèrent déjà dans le secteur pétrolier gabonais. On peut citer la compagnie Vaalco Energy et la société américaine des services pétroliers Schlumberger.

MEZ

Continuer La Lecture

Economie

15e session de la Cemac: vers un changement de dénomination du Fcfa

Publié

sur

Dans quelques années, le franc CFA, la monnaie notamment utilisée dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), va changer de dénomination. Les réflexions y relatives seraient assez avancées. Le cadre de coopération monétaire avec la France sera certainement modifié. Il s’agit d’une réforme envisagée depuis belle lurette, mais la question était au cœur du 15e session ordinaire de la Conférence des chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) à Yaoundé au Cameroun. Celle-ci a été mise en débat après la restitution de la «réflexion approfondie» confiée au gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), Abbas MAHAMAT TOLLI, et au président de la Commission de la Cemac, Daniel ONA ONDO en 2019. Selon le communiqué final de ces assises, les chefs d’État ont prescrit «d’élargir la réflexion au ministre en charge des finances et de l’économie » et de leur «remettre les conclusions conjointes à brève échéance, en planifiant suivant un échéancier précis, les mesures à prendre à court, moyen et long terme». En droite ligne de celles engagées par l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA), cette réflexion porte notamment sur le changement dénomination de la monnaie, de la clôture du compte d’opération dans les livres de la Banque de France afin de permettre à la CEMAC de disposer de la totalité de ses réserves de change et du retrait des représentants français au sein des organes de décision et de contrôle de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.