Se connecter avec nous

International

France /Législatives 2022: le camp MACRON accusé de favoritisme et de tricherie par l’opposition

Publié

sur

Tard dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 juin 2022, le ministère français de l’Intérieur a publié les résultats du 1er tour des élections législatives ; lesquels résultats ont placé ENSEMBLE, la Coalition regroupée autour du Président Emmanuel MACRON en tête du scrutin, avec 26,80% des suffrages exprimés. La majorité présidentielle devance la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES), créditée de 25,70%, soit une différence de 21.000 voix. Mais ces chiffres ne conviennent pas aux artisans de l’union de la Gauche.

Banner

Qualifié haut la main avec 56,03% des voix, dès le 1er tour des élections législatives, à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches – du – Rhône, Manuel BOMPARD, l’ancien directeur de campagne de Jean – Luc MELENCHON, s’est exprimé, sur son compte Twitter, pour dénoncer, selon lui, une ‘’manipulation’’ dans l’annonce des résultats.

« Alors que la Nupes réalise 6.101.968 voix, soit 26,8%, le ministère de l’Intérieur ne lui attribue que 5.836.202 voix, soit 25,7%, pour faire apparaître artificiellement le parti de MACRON en tête », a – t – il expliqué, avant d’interpeller le Conseil d’Etat. Sur le plateau de nos confrères de BFMTV, Jean – Luc MELENCHON a estimé qu’il existe « un doute sur ce que fait au juste monsieur DARMANIN avec les résultats ». Le 13 juin 2022, au micro de France Info, David CORMAND, l’eurodéputé d’Europe Ecologie les Verts (EELV), parti membre de la NUPES, n’y est pas allé avec ‘’le dos de la cuillère’’. « Ils ont triché », a – t – il martelé.

Le Gouvernement, de son côté, s’est défendu, notamment par la voix de Gabriel ATTAL, son ministre des Comptes Publics et élu, dès le 1er tour, dans la 10ème circonscription des Hauts – de – Seine. Ce dernier, sur France Inter, a reproché à ses concurrents de remettre « systématiquement en cause tous les chiffres, qu’il s’agisse des élections, de notre économie (…) c’est une spécialité chez eux ».

Ce qui est ironique, dans cette affaire, est que c’est l’image de la France qui se retrouve ternie ; ce pays, considéré comme la terre des droits de l’Homme et, enorgueillis de ce ‘’statut’’, a pris l’habitude de donner des leçons de morale à l’ensemble de la planète, surtout aux pays d’Afrique subsaharienne. Comme quoi, la perfection n’est pas de ce monde. Gageons que cette histoire leur réapprenne l’humilité.

Lire aussi  France /Covid-19: retour du port du masque dans les lieux clos

Afrique

50 ans d’indépendance de Guinée Bissau: OLIGUI NGUEMA prend part aux festivités

Publié

sur

Invité par son homologue Bissau-Guinéen, le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a pris part ce jour à l’Avenue Amilcar Cabral à la célébration du 50ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême de la République de Guinée Bissau.

Banner

Cette commémoration a vu la participation de plusieurs Chefs d’État, de leaders politiques, du corps diplomatique, des organismes internationaux et d’anciens leaders et dirigeants qui ont marqué l’histoire de ce pays ami.

Après les parades militaire, populaire et la revue des troupes marquant l’événement, le Général Umaro SISSOCO EMBALÓ a livré une adresse au peuple bissau-guinéen à travers laquelle il a rendu hommage aux héros de l’indépendance de la Guinée Bissau.

Au terme de cette cérémonie, le Président de la Transition a adressé ses félicitations à son Homologue pour l’organisation des festivités et s’est dit honoré par l’accueil qui lui a été réservé en terre bissau-guinéenne. Le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a par ailleurs saisi ces moments pour réitérer la volonté du Gabon de développer un partenariat actif avec la Guinée Bissau.

Lire aussi  Des officiels centrafricains traqués par l'administration française?
Continuer La Lecture

International

Après avoir évoqué un 3e mandat d’Emmanuel MACRON, Richard FERRAND rétropédale

Publié

sur

Un récent entretien accordé au journal “Le Figaro” a suscité un élan de polémique dans la société française. Richard FERRAND, ancien président de l’Assemblée nationale s’est dit opposé à la limitation des mandats présidentiels en France. Qui selon lui «bride le choix des électeurs», qui ne seraient pas opposés à un 3e mandat du président Emmanuel MACRON. Pris à la gorge par les conséquences de ses propos dans l’opinion, Richard FERRAND s’est montré outré par cette agitation autour de sa sortie. «Consternant de voir s’agiter réseaux sociaux et médias paresseux sur une proposition stupide que je ne fais pas dans un entretien : modifier la constitution pour la présidentielle de 2027. Panurgisme imbécile». Pour rappel, Richard FERRAND a ouvertement dit sa volonté de se défaire des normes établies et des traditions républicaines françaises, en matière d’élections. Avait-il déclaré, «je regrette tout ce qui bride la libre expression de la souveraineté populaire, la limitation du mandat présidentiel dans le temps, le non cumul des mandats etc». Une non-proposition qui laisse entrevoir pourtant une volonté de voir Emmanuel MACRON se présenter à nouveau à sa propre succession.  

Lire aussi  PAT /Lutte anticorruption: la France octroie au Gabon 112,5 millions d'€
Continuer La Lecture

Afrique

RCA: après 16 mois de détention un prisonnier français, libéré grâce à Ali BONGO

Publié

sur

Juan Rémy QUIGNOLOT a enfin pu regagner sa France natale dimanche 21 mai 2023. Après 16 mois de détention préventive à Bangui (RCA) où il avait été arrêté en mai 2021. L’interpellation de cet ancien militaire de 57 ans, était consécutive à la découvert, à son domicile, d’un important stock d’armes. Sous contrôle judiciaire depuis le 22 septembre 2022, avec interdiction de quitter le territoire centrafricain, Juan Rémy QUIGNOLOT a finalement pu s’en aller grâce à la diplomatie d’Ali BONGO ONDIMBA qui aura pesé de tout son poids dans ce dossier. Le Chef de l’État gabonais est d’ailleurs à l’origine de la remise en liberté du français 8 mois plus tôt. Parti de Bangui le mardi 18 mai dernier, Juan Rémy QUIGNOLOT a marqué une halte de deux jours à Libreville. Si rien n’a filtré de cette escale en terres Gabonaises, l’on imagine bien que l’ancien militaire français, que l’on dit «très éprouvé physiquement» en a profité pour remercier Ali BONGO ONDIMBA. Et pour cause. Approchée par nos confrères de l’AFP, Caroline QUIGNOLOT, la sœur de l’ancien militaire, a confirmé que le Président gabonais «a joué un rôle important dans sa libération», faisant office de «médiateur» entre Bangui et Paris.

Banner

MEZ

Lire aussi  PAT /Lutte anticorruption: la France octroie au Gabon 112,5 millions d'€
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.