Gabon/ dépenses en armement: les interrogations de la NAR

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Il ne se passe plus une semaine sans que le Gouvernement soit interpellé sur une question d’ordre public. Contraintes démocratiques, ou simples réalités contemporaines, il est évident que le temps d’avant n’est pas celui de l’ère du numérique, celui du 21es. Donc surveillance accrue. La Nouvelle alliance Républicaine (NAR), parti de l’opposition membre de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR), juste après avoir admonestée Julien NKOGHE BEKALE et son équipe sur le récent scandale de la disparition de 353 conteneurs, interpelle cette fois-ci à travers, un communiqué ,parvenu à la rédaction de “Vox Populi”, l’Exécutif sur ses récentes dépenses en armements.

Communiqué, signé de la main de son président Aimé Claude NZAMBA, que nous vous livrons ci-dessous.

«La Nouvelle Alliance Républicaine(NAR), parti politique membre de la Coalition pour la Nouvelle République, a pris connaissance du rapport de l’Institut International de recherche sur la paix de Stockholm Comme, il est de tradition chaque année. Ce dernier, a dévoilé le 29 avril 2019, les conclusions de son nouveau rapport consacré aux dépenses militaires en 2018. Il ressort que le Gabon a dépensé une bagatelle somme de 145, 17 milliards de francs CFA pour l’achat en armement. Quoiqu’une réduction de 10% par rapport à l’année précédente, 157 milliards de Francs CFA, la Nouvelle Alliance Républicaine, s’interroge sur la nécessité de telles dépenses ?
Sachant que le coût de la vie sur la même période a exponentiellement augmenté sous le regard impuissant des autorités. Sachant que les infrastructures, routières, hospitalières et scolaires, en une décennie de magistère de M. Ali BONGO ONDIMBA, sont inexistantes.
Avec la récente mesure de conditions d’attributions de bourses prises lors du Conseil des ministres du 29 mai dernier, témoignent à elle seule du malaise financier dans lequel le Gabon se trouve depuis plusieurs années, l’Exécutif ne gagnerait-il pas à réduire considérablement en armement au profit de secteurs prioritaires susmentionnés ?
Dans quel but sont consacrées ces dépenses ?
L’Exécutif, pour faire corps avec l’adage qui dit « qui veut la paix, prépare la guerre », est-il sournoisement en train de préparer les gabonais à une guerre interne au point de dépenser autant d’argent pour l’achat en équipements d’armes ?
Les mesures d’austérités commandées par le FMI ne touchent que les classes vulnérables. Face à un pouvoir qui réduit ses populations à la précarité, à la mendicité, nous commandons à chaque citoyen la vigilance».

Aimé Claude NZAMBA

Share.

About Author

Leave A Reply