Se connecter avec nous

Société

Adoption de 20 propositions pour améliorer la condition de la femme de la CEEAC

Publié

sur

Organisée par le gouvernement gabonais et la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), en partenariat avec l’ONU-Femmes et l’Unoca, la Conférence des ministres en charge du genre et de la promotion de la femme de la CEEAC s’est ouverte le 25 mai à Libreville. La Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, la marraine de cette rencontre qui s’est tenue autour du thème «Bâtir un agenda commun en Afrique centrale pour la promotion de la femme de la CEEAC», a débouché sur l’adoption de 20 propositions pour améliorer la condition de la femme de la Communauté. La ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas en a situé les enjeux. Les travaux de Libreville ont permis de réfléchir sur les politiques et les mécanismes adéquats qui permettront aux États de la sous-région d’améliorer la situation de la femme.

Banner

Du 25 au 27 mai 2023 à Libreville, sous le haut patronage de Sylvia Bongo Ondimba, l’épouse du chef de l’État gabonais, qui a par ailleurs ouvert les travaux, s’est tenue la Conférence des ministres en charge du genre et de la promotion de la femme de la CEEAC avec pour thème « Bâtir un agenda Commun en Afrique Centrale pour la promotion de la femme et leur autonomisation ». Comme l’a souligné le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto Da Piedade Veríssimo, la première réunion statutaire de cette communauté sous la présidence du président gabonais, Ali Bongo est une rencontre qui se justifie par la nécessité de réduire au sein de cette zone, les inégalités de genre encore persistantes, lutter contre toute forme de discrimination et renforcer l’autonomie des femmes.

Lire aussi  Gabon /Violences basées sur le genre: 1 747 appels d'urgence traités en 2022

L’agenda commun adopté

«Nous sommes invités à réfléchir sur les politiques et les mécanismes adéquats qui permettront à nos États individuellement et à notre communauté dans son ensemble d’améliorer la situation de la femme et de renforcer ses capacités pour lui permettre d’exprimer son plein potentiel au service du développement harmonieux de nos sociétés», a déclaré la ministre gabonaise de la Justice en charge des droits de l’Homme.

Selon Madame le Ministre de la Justice, il s’agissait surtout de proposer aux Chefs d’État de la CEEAC «un projet d’agenda commun». Lequel devrait s’appuyer sur une approche systémique et consensuelle et des politiques novatrices, réfléchies, adaptées en faveur d’une implication des femmes dans la vie politique, économique, sociale et culturelle des pays de la CEEAC et similaire à celle des hommes.

L’idéal poursuivi est donc de construire une communauté où la femme a toute sa place en tant qu’actrice de développement et Erlyne Antonela Ndembet a évoqué quelques mécanismes mis en place par le Gabon pour y arriver. «La décennie de la femme gabonaise 2015-2025 en vue de renforcer le rôle et la participation politique et sociale de la femme dans la construction d’un Gabon émergent. La stratégie Gabon égalité de réduction des inégalités femmes/hommes mise en œuvre depuis 2021», a-t-elle précisé. Cette stratégie qui a d’ailleurs été présentée au cours d’un atelier et dont la conférence est l’émanation, compte 33 mesures à déployer sur trois ans afin de franchir les limites entravant le plein épanouissement des femmes au Gabon.

Lire aussi  La task force Gabon égalité se réjouit du lancement du centre d'accueil et de l'observatoire des droits des femmes

«Il faut tout retenir de Gabon égalité. Les 33 mesures, il faut les avoir en tête. Elles sont en train d’être implémentées. Il y en a qui sont déjà effectives. C’est pourquoi nous avons le premier rang de la Banque mondiale », a commenté Erlyne Antonela NDEMBET à l’issue de la session consacrée à la présentation du programme Gabon égalité. Un programme cher à Sylvia Bongo Ondimba qui ouvrant les travaux, a indiqué «la promotion des droits des femmes et leur autonomisation est un sujet qui est cher à mon cœur, depuis de très nombreuses années». Dans sa démarche, elle a rassuré les participants sur le fait que le Gabon tout entier est mobilisé, engagé, sensible à la protection des droits des femmes.

« Nous aurons à cœur, durant ces quelques jours, d’œuvrer à vos côtés pour offrir à nos femmes et nos filles un avenir meilleur dans le respect de leur dignité et de leurs droits», a promis l’épouse d’Ali Bongo ; consciente qu’il faut briser le plafond de verre pour permettre aux femmes d’apporter toutes leurs contributions au développement de leurs pays. «Le but c’est d’arriver à un agenda commun, je pense que nous y arriverons», a au terme de la première journée, a insisté Erlyne Antonela NDEMBET.

Lire aussi  18e sommet de la Francophonie: Ali BONGO réitère son engagement à l'égalité des genres

En marge des travaux de la Conférence des ministres en charge du Genre et de la Promotion de la femme de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), une délégation conduite par la ministre gabonaise de la Justice s’est rendue au Centre Gabon Égalité dédié à la prise en charge des victimes de violences basées sur le genre. Bluffées, la Guinée équatoriale et la République centrafricaine souhaitent s’inspirer du modèle gabonais. Un modèle à suivre, a estimé l’ensemble de la délégation que conduisait Erlyne Antonella NDEMBET.

Le huis des Ministres en charge du Genre de la CEEAC, le samedi,27 mai 2023 aura permis aux Ambassadrices du Genre de la CEEAC de peaufiner l’agenda commun devant être présenté lors de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de Libreville, prévue en juin.

Société

Alimentation en eau: fin de calvaire dans les Akébé et Akanda ?

Publié

sur

Alors que de nombreux quartiers de Libreville attendaient désespérément l’arrivée de l’eau dans leurs maisons de manière régulière, il semble que cela sera très bientôt une réalité pour certains. Notamment au quartier Belle-vue où la rareté du précieux liquide faisait désormais partie du quotidien des riverains. 

Banner

Mais au terme d’une récente visite sur le chantiers en cours de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), dans le cadre de la mise en œuvre du programme intégré d’alimentation en eau potable et d’assainissement de Libreville, le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, Jeannot KALIMA, s’est montré rassurant. 

Au nombre des forages construits par la SEEG, 3 seraient opérationnels. Et, «sur ces 3 forages qui sont des forages industriels à haut débit connectés sur le réseau de la SEEG, ils fonctionnent. Il y a encore des petits réglages à faire, mais dans l’ensemble, ce sont des forages qui fonctionnent et qui impactent déjà à peu près 20 000 personnes», aux quartiers Carrefour Chantal, Cité serpentin de la commune d’Akanda et Belle-vue de Libreville.

Lire aussi  Gabon /Violences basées sur le genre: 1 747 appels d'urgence traités en 2022
Continuer La Lecture

Société

Gabon /Cinquantenaire de l’OPRAG : un “village des métiers portuaires” pour motiver les jeunes aux métiers de la mer

Publié

sur

Les 4 et 5 avril 2024, l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a tenu des journées portes ouvertes, dans le cadre de la célébration des 50 ans de ses activités. Principale cible visée par ce programme, en vue d’assurer la relève dans ses rangs, les jeunes ont massivement investi les lieux, où se tenait le village des métiers maritimes et portuaires. 

Banner

Imaginé et dressé pour susciter les vocations des jeunes élèves et étudiants, pour les métiers des secteurs maritime et portuaire, ledit village rassemblait pour l’occasion de ces festivités, les membres de la communauté portuaire réunis au sein de la plateforme Gabon ports synergies (GAPS) qui y ont érigé des stands d’informations. L’objectif étant d’édifier les visiteurs, essentiellement des élèves et des étudiants, sur les spécificités de leurs différents métiers. 

L’affluence constatée au cours de ces deux journées de sensibilisation et d’informations, conforte l’OPRAG dans sa vision d’inscrire résolument le port d’Owendo dans les enjeux portuaires d’aujourd’hui et de demain. De poursuivre ainsi son implication dans la formation des jeunes générations aux métiers de la mer. 

À la suite de ces journées portes ouvertes se tiendront des comités techniques de l’AGPAOC du 8 au 10 avril 2024 à l’hôtel Boulevard situé dans le quartier Acaé. Par la suite et dans le prolongement de ces séances de travail de haut niveau, se déroulera du 11 au 12 avril, la conférence de l’APCP/IAPH, à l’hôtel Radisson Blu de Libreville. 

Lire aussi  Santé sexuelle: “Gabon Egalité” organise des tournées des plages de sensibilisation
Continuer La Lecture

Société

Gabon: Sobraga met sur pied son comité pour la santé et la sécurité au travail

Publié

sur

Certifiée ISO 45001 depuis 2015, Sobraga franchit une nouvelle étape de sa politique d’amélioration continue de la santé et la sécurité au travail en installant ce vendredi 29 mars son Comité de Santé et Sécurité au Travail (CSST) au siège d’Owendo.

Banner

C’est en présence des partenaires de la CNSS et de la DGSST que Sobraga a officiellement procédé ce 29 mars à l’installation de son Comité Santé et Sécurité au Travail (CSST) au siège de l’entreprise sis à Owendo.

Formé d’un représentant du directeur général, du responsable sécurité, de l’infirmière et des représentants du personnel, le CSST est installé pour un mandat de trois ans, durant lesquels son rôle principal sera d’analyser les risques professionnels et les conditions de travail.

Le CSST a également un rôle de prévention et de sensibilisation et luttant notamment contre les risques professionnels dans l’établissement liés aux comportements des agents (harcèlement, etc.).

Le CSST est donc une institution représentative du personnel spécialisée dans le respect des règles de santé et de sécurité au travail ainsi que dans les évaluations des conditions de travail.

Aux côtés des autres instances représentatives du personnel telles que les Délégués du Personnel, les Délégués Syndicaux, le Comité Permanent de Concertation Economique, Social et Environnemental (CPCESE), le CSST est un organe du dialogue social. Quand il fonctionne bien, ses résultats dépassent le domaine de la sécurité et de la santé pour recouvrir le volet social de l’entreprise. Il y aura une meilleure qualité de vie au travail et une meilleure productivité.

Lire aussi  Egalité économique pour les femmes: le Gabon 9e du continent

Sobraga est certifiée ISO 45 001 depuis 2015 sur l’ensemble de ses sites et place la santé et la sécurité au travail au rang des sujets prioritaires sur l’ensemble des usines à Libreville et à l’intérieur du pays.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.