Se connecter avec nous

Société

Les Premières dames du Commonwealth, ensemble contre le Cancer du col de l’utérus: “un signal immense au reste du monde” selon Sylvia BONGO

Publié

sur

Comme annoncé dans le programme officiel publié par qui de droit, le 5 mai 2023, les épouses des Chefs d’États membres du Commonwealth étaient invitées à un échange sur le
thème «Ensemble pour l’élimination du cancer du col de l’utérus dans le Commonwealth». L’objectif de cette réunion qui se tenait en marge de la rencontre des leaders du Commonwealth étant d’accroître la sensibilisation sur la maladie et en accélérer l’élimination. L’épouse du Président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, dont l’investissement dans la lutte contre les cancers féminins n’est plus à démontrer, a été conviée par l’honorable Patricia SCOTLAND, Secrétaire Général du Commonwealth, a présenté les actions menées par sa Fondation et mis en lumière les actions initiées au Gabon depuis 2013.

Banner

Devant un panel réunissant Ann Marie DAVIS, Première Dame des Bahamas, Rebecca Naa Okaikor AKUFO-ADDO du Ghana, Maithree WICKREMASINGHE du Sri Lanka ainsi que Mme Mutinta HICHILEMA de Zambie, Sylvia BONGO ONDIMBA a, d’entrée, lancé un cri d’alarme.

«Cette cause, que je porte chaque jour depuis 2013 chez nous, sur notre continent, nécessite d’être toujours plus comprise avec ses propres spécificités, entendue avec ses propres défis, soutenue et accompagnée avec ses propres solutions. Le fait que nous soyons réunies aujourd’hui en tant que Premières Dames et que nos pays parlent d’une seule voix et ensemble disent “ce sujet compte, nous devons et nous pouvons créer un avenir sans cancer, c’est maintenant que nous devons et que nous pouvons agir”,
est un signal immense que nous envoyons au reste du monde».

Lire aussi  Frédéric BONGO révoqué de la GR, pour “faute contre l'honneur”

Sylvia BONGO ONDIMBA a ensuite brossé le bilan de 10 ans d’actions en faveur de la lutte contre les cancers féminins, par elle menée au travers de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FSBO) créée en 2013. Avec notamment, le Programme “Agir contre le cancer” qui s’articule autour de trois piliers : la prévention, le traitement et l’accompagnement. Ce programme vise à réduire l’incidence et la mortalité des cancers féminins, grâce à la sensibilisation et au dépistage précoce jusque dans les zones les plus reculées du pays, soutenir l’action de l’Institut de Cancérologie pour la maintenance des équipements et améliorer l’accompagnement des patients pendant et après leur traitement.

Au Gabon, 1 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués par an et 800 décès, dus à cette maladie. Les cancers du sein et du col de l’utérus sont les plus fréquents et représentent 88% des cancers traités à l’Institut de Cancérologie. En moyenne, 700 patients sont traités par radiothérapie et chimiothérapie chaque année à l’Institut de Cancérologie d’Akanda (ICA). Pour y faire face, la FSBO a aménagé et équipé 54 unités de dépistage gratuit couvrant 84 % du territoire.

De fait, entre 2014 à 2022, ce sont plus de 600 000 femmes sensibilisées en direct par les volontaires de la Fondation et 109 568 dépistées. “La Gabonaise”, course citoyenne de 5 kms dédiée uniquement aux femmes, dont les frais d’inscription sont reversés à la lutte contre le cancer, a réuni un chiffre record de 6012 participantes en 2022. La Maison d’Alice, une maison de vie créée en 2016 par la Fondation et dédiée aux malades du
cancer, a accueilli 322 patients à ce jour.

Lire aussi  Opération scorpion: la justice ordonne la saisie de la villa à 700 millions de FCFA d'Ike NGOUONI

L’exposé de Sylvia BONGO ONDIMBA a fait mouche. De fait, les épouses des Leaders du Commonwealth ont souhaité partager leurs objectifs communs, leurs stratégies d’accélération de la lutte contre la maladie et les possibilités d’approche coordonnée afin de s’attaquer au fléau du cancer du col
de l’utérus au sein du Commonwealth, qui, faut-il rappeler, représente 30% de la population mondiale et supporte en effet 40% du fardeau mondial de l’incidence du cancer et 43% du fardeau mondial de la mortalité.

Si des mesures ne sont pas prises pour réduire radicalement l’incidence croissante du cancer du col de l’utérus au sein du Commonwealth grâce à des programmes ciblés de recherche, de prévention, de détection précoce, d’ici
2030, cette communauté peut s’attendre à l’augmentation de 55% et les décès de 62% sur la même période, avec une femme mourant toutes les trois minutes.

MEZ

Société

Alimentation en eau: fin de calvaire dans les Akébé et Akanda ?

Publié

sur

Alors que de nombreux quartiers de Libreville attendaient désespérément l’arrivée de l’eau dans leurs maisons de manière régulière, il semble que cela sera très bientôt une réalité pour certains. Notamment au quartier Belle-vue où la rareté du précieux liquide faisait désormais partie du quotidien des riverains. 

Banner

Mais au terme d’une récente visite sur le chantiers en cours de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), dans le cadre de la mise en œuvre du programme intégré d’alimentation en eau potable et d’assainissement de Libreville, le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, Jeannot KALIMA, s’est montré rassurant. 

Au nombre des forages construits par la SEEG, 3 seraient opérationnels. Et, «sur ces 3 forages qui sont des forages industriels à haut débit connectés sur le réseau de la SEEG, ils fonctionnent. Il y a encore des petits réglages à faire, mais dans l’ensemble, ce sont des forages qui fonctionnent et qui impactent déjà à peu près 20 000 personnes», aux quartiers Carrefour Chantal, Cité serpentin de la commune d’Akanda et Belle-vue de Libreville.

Lire aussi  Opération scorpion: la justice ordonne la saisie de la villa à 700 millions de FCFA d'Ike NGOUONI
Continuer La Lecture

Société

Gabon /Cinquantenaire de l’OPRAG : un “village des métiers portuaires” pour motiver les jeunes aux métiers de la mer

Publié

sur

Les 4 et 5 avril 2024, l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a tenu des journées portes ouvertes, dans le cadre de la célébration des 50 ans de ses activités. Principale cible visée par ce programme, en vue d’assurer la relève dans ses rangs, les jeunes ont massivement investi les lieux, où se tenait le village des métiers maritimes et portuaires. 

Banner

Imaginé et dressé pour susciter les vocations des jeunes élèves et étudiants, pour les métiers des secteurs maritime et portuaire, ledit village rassemblait pour l’occasion de ces festivités, les membres de la communauté portuaire réunis au sein de la plateforme Gabon ports synergies (GAPS) qui y ont érigé des stands d’informations. L’objectif étant d’édifier les visiteurs, essentiellement des élèves et des étudiants, sur les spécificités de leurs différents métiers. 

L’affluence constatée au cours de ces deux journées de sensibilisation et d’informations, conforte l’OPRAG dans sa vision d’inscrire résolument le port d’Owendo dans les enjeux portuaires d’aujourd’hui et de demain. De poursuivre ainsi son implication dans la formation des jeunes générations aux métiers de la mer. 

À la suite de ces journées portes ouvertes se tiendront des comités techniques de l’AGPAOC du 8 au 10 avril 2024 à l’hôtel Boulevard situé dans le quartier Acaé. Par la suite et dans le prolongement de ces séances de travail de haut niveau, se déroulera du 11 au 12 avril, la conférence de l’APCP/IAPH, à l’hôtel Radisson Blu de Libreville. 

Lire aussi  Gabon /Année scolaire 22-23: anglais & NTIC au programme dès le pré-primaire
Continuer La Lecture

Société

Gabon: Sobraga met sur pied son comité pour la santé et la sécurité au travail

Publié

sur

Certifiée ISO 45001 depuis 2015, Sobraga franchit une nouvelle étape de sa politique d’amélioration continue de la santé et la sécurité au travail en installant ce vendredi 29 mars son Comité de Santé et Sécurité au Travail (CSST) au siège d’Owendo.

Banner

C’est en présence des partenaires de la CNSS et de la DGSST que Sobraga a officiellement procédé ce 29 mars à l’installation de son Comité Santé et Sécurité au Travail (CSST) au siège de l’entreprise sis à Owendo.

Formé d’un représentant du directeur général, du responsable sécurité, de l’infirmière et des représentants du personnel, le CSST est installé pour un mandat de trois ans, durant lesquels son rôle principal sera d’analyser les risques professionnels et les conditions de travail.

Le CSST a également un rôle de prévention et de sensibilisation et luttant notamment contre les risques professionnels dans l’établissement liés aux comportements des agents (harcèlement, etc.).

Le CSST est donc une institution représentative du personnel spécialisée dans le respect des règles de santé et de sécurité au travail ainsi que dans les évaluations des conditions de travail.

Aux côtés des autres instances représentatives du personnel telles que les Délégués du Personnel, les Délégués Syndicaux, le Comité Permanent de Concertation Economique, Social et Environnemental (CPCESE), le CSST est un organe du dialogue social. Quand il fonctionne bien, ses résultats dépassent le domaine de la sécurité et de la santé pour recouvrir le volet social de l’entreprise. Il y aura une meilleure qualité de vie au travail et une meilleure productivité.

Lire aussi  BMA /Jessye ELLA: “On cherche à associer le président de la République à des faits qui se sont déroulés avant même qu’il ne soit élu”

Sobraga est certifiée ISO 45 001 depuis 2015 sur l’ensemble de ses sites et place la santé et la sécurité au travail au rang des sujets prioritaires sur l’ensemble des usines à Libreville et à l’intérieur du pays.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.