Se connecter avec nous
Banner

Calendrier Historique

8 juin 632: mort du prophète Mahomet

Publié

sur


Mahomet s’éteint à Médine le 8 juin 632 (le 13 du mois de Rabi’ premier, selon le calendrier arabe).

Celui qui va apparaître plus tard comme le Prophète de l’islam décède suite à une fièvre douloureuse et une longue maladie, peut-être consécutive à un empoisonnement. Il a environ 63 ans. Sa tombe est creusée sur le lieu même de son décès.

À l’instant de mourir, il a unifié par les armes la partie occidentale de la péninsule arabe. Mais bien qu’il ait eu neuf femmes légitimes, il ne laisse aucun fils survivant susceptible de lui succéder à la tête des croyants.

Mahomet offre l’image d’un homme énergique mais aussi pénétré de sa mission divine.

Il se défend d’être poète et se juge incapable d’inventer par lui-même quoi que ce soit de comparable au Coran. Il se reconnaît faillible et ne se veut en rien différent des autres hommes. C’est un guerrier qui ne rechigne pas à donner la mort. Il aime les femmes et ne s’en cache pas. Il consacre par ailleurs beaucoup de temps à la prière et dédaigne les richesses de ce monde.




Abou Bekr (ou Abou-Bakr) remplace le messager d’Allah au terme d’une brève lutte de succession. Il prend le nom de khalîfa (calife), d’un mot arabe qui veut dire lieutenant ou remplaçant. Ce premier calife a 59 ans. Il figure parmi les plus anciens compagnons de Mahomet. Il est aussi le père d’Aïcha, l’épouse préférée du Prophète.

Abou Bekr n’appartient à aucune des grandes familles de La Mecque, ce qui lui vaut d’être accepté par toutes. Seul Ali, le gendre du prophète, déplore son élection… Ses ressentiments causeront plus tard la scission entre les musulmans orthodoxes de confession sunnite et ceux de confession chiite.

Avec l’aide de l’énergique chef de guerre Khalid ibn al-Walid, Abou Bekr maintient l’unité de la communauté musulmane, menacée par les rivalités de clans et de tribus.

Il mène aussi des combats difficiles contre les tribus d’Arabie centrale. La tradition qualifiera ces combats de « guerres d’apostasie » (note) en suggérant que les tribus concernées seraient revenues aux cultes polythéistes. Dans les faits, il semble qu’elles n’aient jamais précédemment fait acte de soumission à Mahomet.

Le calife les vainc rapidement et dès 633, un an après la mort de Mahomet, il peut se flatter d’avoir déjà conquis et soumis la totalité de la péninsule arabe. Prolongeant la tradition guerrière de leurs ancêtres, le musulmans tournent leurs ambitions vers les empires perse et byzantin limitrophes.

Continuer La Lecture

Calendrier Historique

2 février 2022: plus de 60 réfugiés massacrés à Plaine Savo en RDC

Publié

sur

Le massacre de Plaine Savo est survenu le 2 février 2022 dans le territoire de Djugu, dans la province d’Ituri, en République démocratique du Congo, lorsque plus de 60 civils ont été tués.

Aux premières heures du 2 février 2022, des insurgés du CODECO armés de machettes et «d’armes blanches» ont perpétré un massacre de plus de 60 habitants de Plaine Savo, un camp pour personnes déplacées dans la province d’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où vivent environ 4 000 personnes.

Un habitant local a déclaré : «J’ai entendu des cris pour la première fois quand j’étais encore au lit. Puis plusieurs minutes de coups de feu. J’ai fui et j’ai vu des torches et des gens crier au secours et j’ai compris que c’étaient les miliciens de la CODECO qui avaient envahi notre site».

Quatre personnes, dont le chef de la communauté Bahema N’adhere, ont été conduites à l’hôpital pour leurs blessures.
Deux jours après le massacre, c’est-à-dire le 4 février 2022, plus de 50 cercueils ont été enterrés dans une fosse commune creusée sur le site même du massacre. Quelques corps ont été récupérés par leurs familles pour être mis en terre dans leurs villages d’origine.

Continuer La Lecture

Calendrier Historique

1er février 2022 /Guinée Bissau: tentative de coup d’état contre Umaro Sissoco EMBALÓ

Publié

sur

Des hommes armés ont encerclé le palais du gouvernement le 1er février, où le président Umaro Sissoco Embaló et le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam se seraient rendus pour assister à une réunion du cabinet. Le radiodiffuseur d’État a rapporté que la fusillade avait endommagé le palais du gouvernement, situé à proximité de l’aéroport, et que des « envahisseurs » retenaient des représentants du gouvernement. Le journaliste d’Al Jazeera Nicolas Haque a déclaré qu’il n’était pas clair si les coups de feu provenaient des gardes présidentiels essayant de protéger le président, ou s’il y avait eu une attaque contre le palais du gouvernement.

Le président a déclaré à l’agence de presse AFP lors d’un appel téléphonique : « Tout va bien » et a ajouté que la situation « était sous contrôle ». Le cabinet a annoncé qu’Embaló parlerait à la nation depuis le palais du gouvernement dans la soirée du 1er février et a invité les journalistes à assister au discours. Plus tôt, le ministre portugais des Affaires étrangères a déclaré qu’Embaló se trouvait à sa résidence officielle, mais il n’était pas clair si l’attaque contre le gouvernement était terminée. « Les dernières informations dont je dispose sont positives étant donné que le président est déjà dans son palais, dans sa résidence officielle… mais nous ne savons toujours pas si l’attaque est terminée », a déclaré Augusto Santos Silva dans une interview accordée à la chaîne de télévision portugaise RTP.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé à la paix en Guinée-Bissau, alors que des coups de feu ont été entendus autour du palais du gouvernement dans la capitale Bissau. « La CEDEAO condamne la tentative de coup d’État et tient l’armée pour responsable de l’intégrité physique du président Umaro Sissoco Embaló et des membres de son gouvernement », a déclaré la CEDEAO dans un communiqué. « La CEDEAO demande aux militaires de retourner dans leurs casernes et de maintenir une posture républicaine », conclut le communiqué[20].

Continuer La Lecture

Calendrier Historique

31 janvier 2018: 1ere conjonction des lunes bleue, rousse et superlune

Publié

sur

Une éclipse lunaire a lieu, première conjonction d’une lune bleue, d’une lune rousse et d’une super lune depuis le 31 mars 1866 et avant le 31 janvier 2037. L’éclipse lunaire du 31 janvier 2018 est la première éclipse de Lune de l’année 2018. Il s’agit d’une éclipse totale ; elle est la première éclipse totale d’une série de trois, se produisant à environ 6 mois d’intervalle. C’est aussi une éclipse de superlune, avec le périgée survenant le 30 janvier. Ce qui a valu à cette éclipse lunaire le surnom de « super Lune bleue de sang » dans les médias grand public.Cette super lune provoque de fortes marées basses qui, combinées à de faibles pluies, font baisser la profondeur des canaux de Venise de 60 cm. Ainsi, plusieurs canaux de la ville lacustre se sont retrouvés à sec du 31 janvier au 2 février[3].

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.