Se connecter avec nous
Banner

Société

Gabon: la police scientifique recrute 100 élèves officiers par voie de concours

Publié

sur

Dans le cadre de la mise en place de la future police scientifique, le ministère de l’Intérieur organise un concours en vue du recrutement direct de 100 élèves officiers de police en recherche et programmation informatique de la police scientifique. Selon un arrêté signé du commandant en chef des Forces de police nationale, le général de division Serge Hervé NGOMA, ce concours est réservé aux personnes âgées de 17 ans au moins et de 37 ans au plus, et titulaires d’un Baccalauréat (toutes séries) ou d’un diplôme reconnu équivalent. Entre autres conditions à remplir pour postuler : être de nationalité gabonaise, jouir de ses droits civiques et justifier d’une bonne conduite et d’une bonne moralité. Le postulant doit, en sus, être déclaré apte au service actif de jour et de nuit, être reconnu indemne de toute affection ou maladie ouvrant droit à un congé de longue durée, n’avoir pas fait l’objet d’une condamnation à une peine d’emprisonnement ferme supérieur à 6 mois, n’avoir pas été exclu d’une école de police ou d’un centre de formation de la police. Tous les dossiers de candidatures doivent comprendre une demande manuscrite adressée au commissaire d’arrondissement, une capture d’écran de versement des frais de concours d’un montant de 27 000 FCFA effectué dans un compte airtel money. Ils doivent ensuite être téléversés à l’adresse e-mail et/ou au numéro whatsapp de la filiale Informatique des Forces de police nationale. Tout dossier incomplet étant systématiquement rejeté, les candidats retenus recevront un message de confirmation dans un délai de 2 jours. Date butoire de dépôts des dossiers : le 1er février 2023.

MEZ

Continuer La Lecture

Société

Gabon: les CNI délivrées entre 2011 et 2013, valables jusqu’à fin 2023

Publié

sur

Dans l’attente de la mise à disposition de la nouvelle Carte nationale d’identité électronique annoncée par le premier ministre devant le parlement le 24 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur a pris un décret portant prorogation de la validité de la Carte Nationale d’Identité. Adopté par le Conseil des ministres de mardi 1er février 2023, ledit décret est pris en application des dispositions de l’article 51 de la Constitution porte prorogation de la validité de la Carte nationale d’identité.

«Par l’effet du présent décret, la durée de la validité de la Carte Nationale d’Identité délivrée aux personnes éligibles par la loi est prorogée», explique le communiqué final du conseil des ministres. Ainsi, «les Cartes nationales d’identité délivrées entre les
années 2011 et 2013, et arrivées à expiration, bénéficient automatiquement d’une extension de validité de plein droit allant jusqu’au mois de décembre 2023».

Le communiqué précise que «dans l’attente de la production de la nouvelle
Carte Nationale d’Identité Electronique (CNIE) prévue pour le second trimestre de cette année, les Cartes Nationales d’Identité ainsi prorogées ont elles court légal et permettent d’accomplir tout acte utile dela vie courante, notamment les services bancaires, les démarches administratives, etc« . Voilà qui devrait rassurer tout le monde.

MEZ

Continuer La Lecture

Société

Booué: mis aux arrêts pour détournement des fonds de développement local

Publié

sur

Le responsable de l’Entreprise Kone Sciage et Bois (EKSB), Koné MAMADOU, et l’ancien représentant de la communauté du village Abenelang, Augustin DZOUMELI, viennent d’être arrêtés par la brigade de gendarmerie du centre de Booué (province de l’Ogooué-Ivindo). Grâce au soutien, encore une fois de l’ONG Conservation Justice toujours au chevet des populations des milieux ruraux. Chefs d’accusation : abus de confiance et détournement du Fonds de développement local (FDL). La gravité des faits est telle que le procureur de la République près le parquet de Libreville s’en est saisi.

Selon l’accusation, le responsable de l’EKSB n’a pas achevé les différents chantiers à lui attribués depuis 2000. En l’occurrence, la construction au village Abenelang d’un château d’eau et d’un système d’hydraulique estimé à 7.603.344 FCFA issue du FDL et la construction de logements d’enseignant au village Poteau-Ciment pour un montant d’environ 7.600.000 FCFA du FDL. Des faits que reconnaît Koné MAMADOU, qui, selon nos informations, précise néanmoins avoir donné 3.000.000 FCFA, issus du Fonds de développement local de 7.603.344 FCFA, à des autorités administratives et à l’ancien représentant de la communauté du village Abenelang.

Parmi ces les autorités communautaires, sieur Augustin DZOUMELI, ancien représentant communautaire, qui siégeait au sein du comité de gestion et suivi de projet (CGSP), présidé par le préfet du département de la Lope, qui reconnaît, lui, avoir touché une somme de 300.000 FCFA issue du FDL en plus de sa rémunération. Augustin DZOUMELI était chargé de surveiller les travaux avant de devenir salarié de l’entreprise EKSB en qualité de chef de chantier et responsable de la paie.

En 2022, une première plainte est déposée près de qui de droit par les populations locales ; plainte classée sans suite. Déterminés à obtenir réparation, et grâce à l’appui de l’ONG Conservation Justice, les populations locales ont introduit une seconde plainte en date du 24 janvier 2023 qui a, elle, aboutit à l’interpellation des deux escrocs présumés. Cet énième scandale devrait amener les autorités compétentes à prendre des mesures drastiques pour mettre fin à cette situation récurrente. En effet, mis en place en 2014, et issu essentiellement de la responsabilité sociétale des entreprises (RES), le FDL est depuis quelques années, l’objet de détournement important dans plusieurs provinces de l’arrière-pays dont l’Ogooué-Ivindo.

MEZ

Continuer La Lecture

Société

Contournement de l’aéroport de Libreville: les familles réfractaires bientôt dégagées

Publié

sur

Suivant le plan de conduite des travaux de construction de la voie de contournement de l’aéroport de Libreville, les démolitions des maisons des familles réfractaires au déguerpissement devait commencer mardi 31 janvier 2023. Le motif avancé par ces familles, est l’indemnisation quelque peu vaille que vaille à laquelle elles ont eu droit. À titre illustratif, des propriétaires de maisons ayant dépensé 500 millions FCFA pour bâtir leurs biens, se sont retrouvés avec des enveloppes de 150 millions FCFA, soit un écart de 15% sur la valeur normale. “Ce sont des miettes qu’on nous donne”, s’est notamment plaint un membre du collectif des familles impactées par le projet auprès de nos confrères de La calotte.

Pour rappel, la phase de démolition des maisons construites sur le linéaire de la future voie de contournement de l’aéroport de Libreville, a commencé le 02 décembre 2022. Afin de décongestionner les voies d’accès à la zone nord de la capitale gabonaise. Le linéaire part d’Okala-Carrière Première pompe à Alibandeng et Kiliba. La mise en branle du projet était précédée de 3 préalables clés: paiement des indemnisations et les réclamations, déménagements, démolition des habitations. Or, déplore le collectif des familles impactées par le projet, l’ indemnisation n’aurait pas tenue compte de l’expertise estimatif de la valeur des maisons devant être détruites.

Pour obtenir gain de cause, le collectif des familles impactées par le projet a engagé moult démarches. Expertise, contre-expertise, saisine des plus hautes autorités du pays. L’affaire a finalement atterri à la Cour constitutionnelle sollicitée pour arbitrage dans le bras de fer ainsi engagé entre les deux parties. Le collectif crie à la marginalisation de certaines familles impactées au détriment d’autres dont les dossiers d’indemnisation aurait bénéficié d’un traitement plus conséquent.

Ainsi accusée de flouer des familles de leurs biens et de ne pas respecter leurs droits, GSEZ justifie la clé des indemnisations en brandissant le tableau comparatif entre les compensations et les valeurs agréés par les expertises judiciaires. Voilà qui explique, selon GSEZ, l’écart de 15% décrié par les plaignants. Fort de cet argumentaire, GSEZ a donc lancé ses engins à l’assaut des dernières habitations devant être rasées sur le linéaire de la future voie de contournement de l’aéroport de Libreville.

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.