Se connecter avec nous
Banner

Faits Divers

Mouila: révoqué de la GR, il s’échappe de prison et se fait rattraper peu de temps après

Publié

sur

Emmanuel MBENANGOYE, un compatriote de 31 ans, ancien militaire de la promotion 2012 B, révoqué de la Garde Républicaine, condamné le 5 octobre 2021 par le tribunal de 1ère instance de Mouila, chef – lieu de la province de la Ngounié, pour vol aggravé puis placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de la commune, où il purgeait deux peines de 2 et 3 ans de prison ferme, a réussi à s’échapper du pénitencier en septembre 2022. Malheureusement pour lui, sa cavale fut de courte durée puisqu’il a été vite retrouvé et neutralisé par les éléments de la police judiciaire (PJ). Selon le quotidien “L’Union”, qui rapporte les faits, l’ancien militaire s’était familiarisé avec l’univers carcéral, tant et si bien qu’il bénéficiait, souvent, de sorties pour aller faire des corvées. Il était même devenu le gérant du mess de la prison, aux heures où il n’était pas en cellule. De source concordante, c’est pendant qu’il exerçait cette activité qu’il a planifié son évasion, trompant la vigilance des geôliers. «L’habitude est une seconde nature », dit le proverbe. Dans sa fuite, Emmanuel MBENANGOYE n’oublia pas de visiter le tribunal administratif et déroba un ordinateur portable, une télévision à écran plasma, un registre de courriers et la somme de 200.000 francs CFA. Aussitôt alertés ; les limiers de la police judiciaire se lancèrent aux trousses du bagnard. Ils n’eurent pas à chercher bien longtemps puisque l’indélicat se la coulait douce au ‘’carrefour des jeunes’’, un célèbre maquis situé dans une zone très animée du 1er arrondissement de la commune de Mouila. Actuellement en garde à vue, Emmanuel MBENANGOYE sera de nouveau présenté devant le Procureur de la République près le tribunal de 1ère instance de la capitale provinciale de la Ngounié.

Lire aussi  Mouila: elle vole une bouteille d’huile et ½ sac de riz

Faits Divers

Libreville: les m*urt*iers du boutiquier d’Acaé rattrapés par la PJ

Publié

sur

La police judiciaire (PJ) a finalement appréhendé les trois meurtriers d’Amadou DIOP, ressortissant sénégalais de 36 ans qui tenait une petite échoppe au quartier Acae, dans le 5e arrondissement de Libreville. Les 3 indélicats répondent aux noms de Dan MAMBOUNDOU, alias Flameur, (gabonais) 30 ans, Olivier ABOUI AKOUÉ alias Richi (gabonais), 26 ans et Bruno NGOLEINE, 33 ans (togolais) 33 ans. Un 4e élément a été interpellé avec la bande du nom de Koami SODJINE (togolais). Les faits remontent au mercredi 11 janvier dernier. Après avoir sauvagement assassiné le boutiquier, les trois lascars ont pris la fuite. Mais leur cavale n’aura duré que 3 semaines. Face aux enquêteurs de la PJ, ainsi que le rapporte “Médias 241”, les meurtriers reconnaissent et expliquent qu’il ne s’agirait pas d’un assassinat prémédité, mais plutôt d’un braquage qui aurait mal tourné : « Le jour du crime, nous étions venus simplement pour braquer le boutiquier, on voulait prendre la recette du jour et partir. Sauf que devant la forte résistance opposée par le boutiquier, ont sera obligé de le ligoter avant de le poignarder ». Au moment où nous mettions sous presse, les trois malfaiteurs étaient encore aux mains de la PJ. En attendant de passer devant le procureur avant d’être déférés à la prison centrale de Libreville.

MEZ

Lire aussi  Gabon: un agent de la préfecture de Mimongo arrêté pour viol sur la fille mineure de son ami
Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: il encaisse un coup de machette pour un regard “de travers”

Publié

sur

Elvan NDONG, jeune gabonais de 22 ans, a sauvagement agressé Wilfried BIVIGOU BIVIGOU, son collègue, à la machette. Les faits, rapportés par “L’Union”, se sont déroulés mercredi 25 janvier dernier au district de Makouké (province du Moyen-Ogooué), sur le site des installations de l’entreprise Bance et frères, sous-traitant dans les plantations d’Olam. Wilfried BIVIGOU BIVIGOU qui s’en est sorti avec une grosse entaille sur le bras gauche a été immédiatement conduit dans l’unité sanitaire la plus proche. Tout serait parti d’un simple échange de regard. Elvan NDONG n’aurait pas apprécié que son collègue de travail le zieute de travers. À la fin de la journée, tous les employés embarquent à bord des véhicules de transport pour regagner leurs domiciles. Elvan NDONG et Wilfried BIVIGOU BIVIGOU sont assis l’un face à l’autre. C’est là que tout aurait dégénéré. N’appréciant pas le regard de son collègue sur lui, l’agresseur se serait armé d’une machette qui ne serait pas la sienne et aurait frappé son protagoniste qui a tout juste le réflexe de se protéger le visage. Elvan NDONG a été maîtrise in extremis par les autres collègues qui ne s’expliquent pas jusque-là, ce qui a pu conduire à cette escalade de violence.

MEZ

Lire aussi  NZEGHO DIEKO salue la victoire de MAMOUAKA-MOMBO à la mairie de Mouila
Continuer La Lecture

Faits Divers

Koulamoutou: une ado m*urt pendant le cours d’EPS

Publié

sur

Vendredi 20 janvier 2023, Darly NGONGO, élève de 4e M5 du lycée Jean Stanislas MIGOLET de Koulamoutou, capitale provinciale de l’Ogooué-Lolo a trouvé la mort en plein cours d’Éducation physique et sportive(EPS). Soudainement été prise d’un malaise durant un exercice de sport, la lycéenne a été rapidement conduite dans la structure sanitaire la plus proche. Les médecins constateront simplement le décès de la fillette. Les causes du décès n’ont pas encore été révélées par les autorités compétentes.

MEZ

Lire aussi  Gabon: un agent de la préfecture de Mimongo arrêté pour viol sur la fille mineure de son ami
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.