Se connecter avec nous
Banner

Calendrier Historique

25 octobre 1997: SASSOU-NGUESSO réinvesti président de la République du Congo

Publié

sur

Le 1er, Kinshasa annonce l’envoi d’observateurs à Brazzaville en vue de déterminer l’origine des tirs d’obus meurtriers sur la capitale de l’ex-Zaïre, située de l’autre côté du fleuve Congo. Ces observateurs pourraient constituer l’avant-garde d’un contingent plus important que le Premier ministre, Bernard KOLELAS, souhaiterait voir se transformer en « composante [d’une] force africaine d’interposition » dans le conflit qui oppose, depuis quatre mois, l’armée aux forces de l’ancien président Denis SASSOU-NGUESSO.

Le 14, une semaine après avoir lancé une vaste offensive, les forces de Denis SASSOU-NGUESSO, qui occupent plusieurs provinces du centre et du nord du pays, conquièrent Brazzaville. Le 15, les troupes de l’ancien président aidées de soldats angolais prennent le contrôle de Pointe-Noire, grand centre pétrolier du Sud. Le président angolais, José Eduardo DOS SANTOS, appuie son ancien allié et en profite pour s’en prendre aux positions, au Congo, de son rival de l’Unita, Jonas SAVIMBI, ainsi qu’aux bases arrière des indépendantistes de l’enclave de Cabinda. En outre, Denis SASSOU-NGUESSO a profité de la neutralité bienveillante de son gendre, le président gabonais Omar bongo, qui a dirigé la médiation extérieure dans le conflit, et de l’appui financier des compagnies pétrolières étrangères.

Les combats cessent rapidement à travers le pays. Ils ont fait près de quatre mille à dix mille morts selon les sources et provoqué le déplacement de cinq cent mille personnes. Le président déchu, Pascal LISSOUBA, se réfugiera au Burkina Faso et l’ancien Premier ministre, Bernard KOLELAS, à Kinshasa. La communauté internationale reconnaît bientôt la victoire de l’ancien président qui promet l’institution d’un gouvernement d’« union nationale » et l’organisation d’élections à l’issue d’une « période de transition ». Les jours suivants, l’armée française évacuera des ressortissants étrangers de Brazzaville livrée au pillage.

Lire aussi  Gabon: vers la construction d'un port sec à Ndendé pour sécuriser les flux avec le Congo

Le 25 octobre, Denis Sassou-Nguesso est investi au poste de président. Il avait déjà occupé ces fonctions de mars 1979 à août 1992, date à laquelle Pascal LISSOUBA avait remporté les élections organisées à l’issue d’une conférence nationale.

Calendrier Historique

2 février 2022: plus de 60 réfugiés massacrés à Plaine Savo en RDC

Publié

sur

Le massacre de Plaine Savo est survenu le 2 février 2022 dans le territoire de Djugu, dans la province d’Ituri, en République démocratique du Congo, lorsque plus de 60 civils ont été tués.

Aux premières heures du 2 février 2022, des insurgés du CODECO armés de machettes et «d’armes blanches» ont perpétré un massacre de plus de 60 habitants de Plaine Savo, un camp pour personnes déplacées dans la province d’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où vivent environ 4 000 personnes.

Un habitant local a déclaré : «J’ai entendu des cris pour la première fois quand j’étais encore au lit. Puis plusieurs minutes de coups de feu. J’ai fui et j’ai vu des torches et des gens crier au secours et j’ai compris que c’étaient les miliciens de la CODECO qui avaient envahi notre site».

Quatre personnes, dont le chef de la communauté Bahema N’adhere, ont été conduites à l’hôpital pour leurs blessures.
Deux jours après le massacre, c’est-à-dire le 4 février 2022, plus de 50 cercueils ont été enterrés dans une fosse commune creusée sur le site même du massacre. Quelques corps ont été récupérés par leurs familles pour être mis en terre dans leurs villages d’origine.

Lire aussi  Gabon: vers la construction d'un port sec à Ndendé pour sécuriser les flux avec le Congo
Continuer La Lecture

Calendrier Historique

1er février 2022 /Guinée Bissau: tentative de coup d’état contre Umaro Sissoco EMBALÓ

Publié

sur

Des hommes armés ont encerclé le palais du gouvernement le 1er février, où le président Umaro Sissoco Embaló et le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam se seraient rendus pour assister à une réunion du cabinet. Le radiodiffuseur d’État a rapporté que la fusillade avait endommagé le palais du gouvernement, situé à proximité de l’aéroport, et que des « envahisseurs » retenaient des représentants du gouvernement. Le journaliste d’Al Jazeera Nicolas Haque a déclaré qu’il n’était pas clair si les coups de feu provenaient des gardes présidentiels essayant de protéger le président, ou s’il y avait eu une attaque contre le palais du gouvernement.

Le président a déclaré à l’agence de presse AFP lors d’un appel téléphonique : « Tout va bien » et a ajouté que la situation « était sous contrôle ». Le cabinet a annoncé qu’Embaló parlerait à la nation depuis le palais du gouvernement dans la soirée du 1er février et a invité les journalistes à assister au discours. Plus tôt, le ministre portugais des Affaires étrangères a déclaré qu’Embaló se trouvait à sa résidence officielle, mais il n’était pas clair si l’attaque contre le gouvernement était terminée. « Les dernières informations dont je dispose sont positives étant donné que le président est déjà dans son palais, dans sa résidence officielle… mais nous ne savons toujours pas si l’attaque est terminée », a déclaré Augusto Santos Silva dans une interview accordée à la chaîne de télévision portugaise RTP.

Lire aussi  Décès de Michael MOUSSA ADAMO: entre élucubrations et non-dits

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé à la paix en Guinée-Bissau, alors que des coups de feu ont été entendus autour du palais du gouvernement dans la capitale Bissau. « La CEDEAO condamne la tentative de coup d’État et tient l’armée pour responsable de l’intégrité physique du président Umaro Sissoco Embaló et des membres de son gouvernement », a déclaré la CEDEAO dans un communiqué. « La CEDEAO demande aux militaires de retourner dans leurs casernes et de maintenir une posture républicaine », conclut le communiqué[20].

Continuer La Lecture

Calendrier Historique

31 janvier 2018: 1ere conjonction des lunes bleue, rousse et superlune

Publié

sur

Une éclipse lunaire a lieu, première conjonction d’une lune bleue, d’une lune rousse et d’une super lune depuis le 31 mars 1866 et avant le 31 janvier 2037. L’éclipse lunaire du 31 janvier 2018 est la première éclipse de Lune de l’année 2018. Il s’agit d’une éclipse totale ; elle est la première éclipse totale d’une série de trois, se produisant à environ 6 mois d’intervalle. C’est aussi une éclipse de superlune, avec le périgée survenant le 30 janvier. Ce qui a valu à cette éclipse lunaire le surnom de « super Lune bleue de sang » dans les médias grand public.Cette super lune provoque de fortes marées basses qui, combinées à de faibles pluies, font baisser la profondeur des canaux de Venise de 60 cm. Ainsi, plusieurs canaux de la ville lacustre se sont retrouvés à sec du 31 janvier au 2 février[3].

Lire aussi  Affaire NZOUBA NDAMA: le verdict attendu le 23 décembre
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.