Se connecter avec nous

Calendrier Historique

25 octobre 1997: SASSOU-NGUESSO réinvesti président de la République du Congo

Publié

sur

Le 1er, Kinshasa annonce l’envoi d’observateurs à Brazzaville en vue de déterminer l’origine des tirs d’obus meurtriers sur la capitale de l’ex-Zaïre, située de l’autre côté du fleuve Congo. Ces observateurs pourraient constituer l’avant-garde d’un contingent plus important que le Premier ministre, Bernard KOLELAS, souhaiterait voir se transformer en « composante [d’une] force africaine d’interposition » dans le conflit qui oppose, depuis quatre mois, l’armée aux forces de l’ancien président Denis SASSOU-NGUESSO.

Banner

Le 14, une semaine après avoir lancé une vaste offensive, les forces de Denis SASSOU-NGUESSO, qui occupent plusieurs provinces du centre et du nord du pays, conquièrent Brazzaville. Le 15, les troupes de l’ancien président aidées de soldats angolais prennent le contrôle de Pointe-Noire, grand centre pétrolier du Sud. Le président angolais, José Eduardo DOS SANTOS, appuie son ancien allié et en profite pour s’en prendre aux positions, au Congo, de son rival de l’Unita, Jonas SAVIMBI, ainsi qu’aux bases arrière des indépendantistes de l’enclave de Cabinda. En outre, Denis SASSOU-NGUESSO a profité de la neutralité bienveillante de son gendre, le président gabonais Omar bongo, qui a dirigé la médiation extérieure dans le conflit, et de l’appui financier des compagnies pétrolières étrangères.

Lire aussi  Gabon /Élections générales 2023: ces opposants qui défilent tour à tour de rôle à Oyo

Les combats cessent rapidement à travers le pays. Ils ont fait près de quatre mille à dix mille morts selon les sources et provoqué le déplacement de cinq cent mille personnes. Le président déchu, Pascal LISSOUBA, se réfugiera au Burkina Faso et l’ancien Premier ministre, Bernard KOLELAS, à Kinshasa. La communauté internationale reconnaît bientôt la victoire de l’ancien président qui promet l’institution d’un gouvernement d’« union nationale » et l’organisation d’élections à l’issue d’une « période de transition ». Les jours suivants, l’armée française évacuera des ressortissants étrangers de Brazzaville livrée au pillage.

Le 25 octobre, Denis Sassou-Nguesso est investi au poste de président. Il avait déjà occupé ces fonctions de mars 1979 à août 1992, date à laquelle Pascal LISSOUBA avait remporté les élections organisées à l’issue d’une conférence nationale.

Calendrier Historique

18 juillet 2023: Célébration de la journée internationale Nelson MANDELA

Publié

sur

Le 18 juillet est le 199e jour de l’année du calendrier grégorien, 200e lorsqu’elle est bissextile, il en reste ensuite 166e.

Banner

La Journée internationale Nelson Mandela (en anglais : Nelson Mandela Day) fut proclamée par l’UNESCO le 10 novembre 2009 et célébrée le 18 juillet de chaque année afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela, militant de la cause anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, à « la promotion d’une culture de paix ».

Durant cette journée, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement soixante-sept minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept années que Mandela a vouées à sa lutte pour la justice sociale l’égalité, réconciliation et diversité culturelle.

Le 18 juillet correspond à la date d’anniversaire de Nelson Mandela et le 18 juillet 2010, la première célébration, correspond à ses 92 ans.

Lire aussi  Libreville abrite la 19ème réunion des parties du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo
Continuer La Lecture

Calendrier Historique

30 juin 2023: fête de l’indépendance de la RDC

Publié

sur

Le 30 juin est le 181e jour de l’année du calendrier grégorien, 182e lorsqu’elle est bissextile, il en reste ensuite 184e.

Banner

Le 30 juin 1960 le Congo arrache son indépendance à la Belgique. Patrice Lumumba joue un rôle capital dans cette émancipation. Chargée d’espoir, l’indépendance bascule le pays dans le chaos : le Katanga puis le Kasaï font sécession ; craignant pour leur vie, les Belges s’enfuient ; la Belgique puis les Nations unies envoient des troupes ; les gouvernements congolais se succèdent après l’assassinat de Lumumba en janvier 1961.

En 1965, Mobutu, chef d’état major de l’armée, renverse par un coup d’État le président Joseph Kasa-Vubu. Le Congo retrouve une certaine stabilité au prix d’un régime autoritaire. Il devient le Zaïre. Mobutu se maintient au pouvoir pendant trente deux ans. En 1997, l’avance de l’AFDL avec M’zée Laurent Désiré Kabila, une force armée rebelle, l’oblige à fuir Kinshasa. Le régime tombe, affaibli par la crise économique, discrédité par la corruption, et abandonné par les puissances occidentales.

Le porte-parole de l’AFDL, Laurent-Désiré Kabila, se proclame chef d’État en mai 1997. Le pays change encore une fois de nom devenant la république démocratique du Congo. Kabila conduit le pays d’une manière aussi autocratique que son prédécesseur et le plonge dans la guerre (Deuxième guerre du Congo). Depuis l’assassinat de Kabila (2001) et la fin du conflit, le Congo est entré dans une phase de démocratisation, marquée notamment par la tenue d’élections libres en 2006, 2011 et 2018. Le président actuel est Félix Tshisekedi, fils d’Étienne Tshisekedi, succédant à Joseph Kabila (fils de Laurent Kabila) depuis janvier 2019. Cette succession marque pour la première fois l’alternance pacifique en RDC.

Lire aussi  Gabon /Élections générales 2023: ces opposants qui défilent tour à tour de rôle à Oyo
Continuer La Lecture

Calendrier Historique

26 juin 1960: Célébration de la fête de l’indépendance de Madagascar

Publié

sur

Le 26 juin est le 177e jour de l’année du calendrier grégorien, 178e lorsqu’elle est bissextile, il en reste ensuite 188e.

Banner

L’indépendance de Madagascar est proclamée le 26 juin 1960 à l’issue d’un processus négocié entre l’élite politique malgache et le gouvernement français, qui avait fait de l’île une colonie 65 ans plus tôt.
Ce processus débute après l’insurrection malgache de 1947, violemment réprimée par le gouvernement français qui refusait toute autonomisation croissante de ses colonies.

Dans les années 1950, la capitale Tananarive se retrouve au centre d’une lutte entre Malgaches autonomistes et indépendantistes, les deux groupes fondant différents partis. À la fin de la décennie, les territoires français d’Afrique sub-saharienne acquièrent une autonomie croissante, en particulier lorsqu’ils entrent en 1958 dans la Communauté française fondée par Charles de Gaulle lors de la mise en place de la Cinquième République.

Comme les autres membres de cette fédération, Madagascar décide cependant rapidement d’accéder à l’indépendance formelle. Les premiers ministres malgache Philibert Tsiranana et français Michel Debré signent l’accord d’indépendance le 2 avril 1960 et celle-ci est proclamée le 26 juin 1960 jour de la fête nationale malgache. Les deux États restent très liés dans les années qui suivent. Madagascar intègre ensuite l’ensemble des organisations internationales.

Lire aussi  Sommet des 3 Bassins: à Brazzaville, OLIGUI NGUEMA invite ses pairs à se réveiller “du sommeil des égoïsmes”
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.