Se connecter avec nous
Banner

Faits Divers

Gabon/ Affaire Lilian NDONG ALLOGHO: sa concubine commanditaire de son assassinat

Publié

sur

Digne d’un polar noir, l’histoire de Lilian Antoine NDONG ALLOGHO donne froid au dos. Victime d’un meurtre effroyable le 20 mars dernier, à son domicile à Akanda, le trentenaire a succombé à ses blessures après avoir reçu 54 coups de couteaux. Un mois après son meurtre, les limiers de la Police judiciaire (PJ) ont pu mettre la main sur ses assassins parmi lesquels figure sa concubine, Leona Cyrielle MOUSSAVOU BISSIELOU, 20 ans et élève en classe de 1ere dans un lycée de la place.

Le défunt de son vivant

C’est avec stupéfaction et effroi que des milliers de gabonais ont découvert dans le numéro, du vendredi 19 avril, du quotidien “l’Union” et sur les réseaux sociaux l’histoire de ce jeune homme dont le corps a été retrouvé sans vie il y’a exactement un mois jour pour jour. Une histoire qui aurait pu rentrer dans les couloirs de l’oubli ou des faits divers habituels, si le travail de la police n’avait porté fruits. Passé aux aveux, l’on en sait aujourd’hui un plus sur cette macabre histoire.

Tout commence par des photos envoyées sur Facebook par la concubine de la victime pour faire le barbot. «Tout a commencé au mois d’octobre 2018. Alors que Lilian venait de toucher sur ses affaires, une somme de deux millions de francs, je me suis amusée dans la chambre à me filmer avec cet argent », a expliqué.

«J’ai envoyé les photos sur Facebook. Mon grand frère Etiphrene BISSIELOU alias Zlatan (22 ans), ayant vu ces photos, il m’a demandé la provenance de cet argent et je lui ai tout expliqué.
C’est alors qu’il m’a proposé de monter un coup, qui consisterait à braquer mon petit ami, avec l’aide de deux amis, Roly MATOUTOU (20 ans) et Vasseur NGOYE MISSONO (23 ans). Et que par la suite, on pourrait tous se partager l’argent. J’ai tout de suite accepté le deal et monter le coup. En demandant à Lilian de sortir avec tout son argent, lors de notre virée », a relaté la criminelle.

Et de poursuivre : « Vers deux heures du matin, au moment de rentrer, j’ai donné notre position aux garçons, en leur indiquant de nous attendre à quelques mètres de notre domicile, avant de passer à l’acte ». Une fois le braquage effectué, le quatuor se partage le butin.

Grièvement blessé, la victime apprend via des amis que c’est sa copine qui serait derrière le coup. Remonté, il menace de mettre fin à leur idylle. Mais la jeune femme décide d’en finir avec lui si tel est le cas. « Le jour où on l’a tué, il était sorti très tôt de la maison. J’ai donc appelé mon frère et ses amis pour qu’ils se cachent en l’attendant. Arrivé vers 10 heures, ils l’ont attaqué et attaché solidement, avant de le jeter sur le lit de notre chambre», a-t-elle indiqué aux enquêteurs.

Les agresseurs de Lilian, auront une heure de temps, comme dans un spectacle de lanceur de couteaux au cirque, pour l’achever à (54) coups de poignard, avec la complicité active de ladite concubine. «Pendant qu’ils le poignardaient dans la chambre, moi, je leur apportais des nouveaux couteaux. Je ne venais que pour leur apporter un nouveau couteau lorsqu’un se cassait ou se pliait. Mon petit ami a été poignardé avec les 5 couteaux sur tout le corp », a-t-elle précisé avec froideur.
Pour brouiller les pistes sur son second forfait criminel, la «veuve noire», a invité la fille du défunt âgée de 6 ans et une de ses amies à leur domicile. «Lorsque nous sommes arrivés au salon, j’ai sciemment demandé à l’enfant d’aller regarder si son père est dans la chambre. Et c’est là que l’enfant a découvert le corps», confia-t-elle à la police judiciaire deux semaines seulement après les faits.

Arrêtés et placés en détention, Leona Cyrielle MOUSSAVOU BISSIELOU et ses complices, écroués à la prison centrale de Libreville, attendent sagement leur procès tandis que plusieurs réactions sur les réseaux sociaux appellent simplement à la réclusion à perpétuité ou à la peine de mort.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faits Divers

Gabon: il encaisse un coup de machette pour un regard “de travers”

Publié

sur

Elvan NDONG, jeune gabonais de 22 ans, a sauvagement agressé Wilfried BIVIGOU BIVIGOU, son collègue, à la machette. Les faits, rapportés par “L’Union”, se sont déroulés mercredi 25 janvier dernier au district de Makouké (province du Moyen-Ogooué), sur le site des installations de l’entreprise Bance et frères, sous-traitant dans les plantations d’Olam. Wilfried BIVIGOU BIVIGOU qui s’en est sorti avec une grosse entaille sur le bras gauche a été immédiatement conduit dans l’unité sanitaire la plus proche. Tout serait parti d’un simple échange de regard. Elvan NDONG n’aurait pas apprécié que son collègue de travail le zieute de travers. À la fin de la journée, tous les employés embarquent à bord des véhicules de transport pour regagner leurs domiciles. Elvan NDONG et Wilfried BIVIGOU BIVIGOU sont assis l’un face à l’autre. C’est là que tout aurait dégénéré. N’appréciant pas le regard de son collègue sur lui, l’agresseur se serait armé d’une machette qui ne serait pas la sienne et aurait frappé son protagoniste qui a tout juste le réflexe de se protéger le visage. Elvan NDONG a été maîtrise in extremis par les autres collègues qui ne s’expliquent pas jusque-là, ce qui a pu conduire à cette escalade de violence.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Koulamoutou: une ado m*urt pendant le cours d’EPS

Publié

sur

Vendredi 20 janvier 2023, Darly NGONGO, élève de 4e M5 du lycée Jean Stanislas MIGOLET de Koulamoutou, capitale provinciale de l’Ogooué-Lolo a trouvé la mort en plein cours d’Éducation physique et sportive(EPS). Soudainement été prise d’un malaise durant un exercice de sport, la lycéenne a été rapidement conduite dans la structure sanitaire la plus proche. Les médecins constateront simplement le décès de la fillette. Les causes du décès n’ont pas encore été révélées par les autorités compétentes.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Port-Gentil: déclarée portée disparue, elle est retrouvée chez son grand-oncle

Publié

sur

Elève dans un établissement scolaire de Port-Gentil, capitale économique du Gabon, CITUNDU TSIGUI Marie clavline, a été «retrouvé» plusieurs jours après chez un «oncle à sa mère». Une information qui, quoique réjouissant la famille de la gamine qui avait abondamment inondé la toile par des avis de recherche, suscite bien des questions. La première étant de savoir, comment l’oncle n’a-t-il pas été informé de cette affaire? Avec la psychose née de la vague de disparitions d’individus, dont de jeunes filles retrouvées mortes plusieurs jours après, comment l’oncle de la mère, voir la famille toute entière, ont-ils pu entretenir un tel climat de fausses nouvelles? Autant de questions qui taraude l’opinion, depuis l’annonce de la réapparition de la fillette chez le tonton à sa maman. «Quand on va chez l’oncle à sa maman, on n’informe personne? L’oncle en question n’a pas le numéro de sa nièce ? En ce 21eme siècle ? Hummm pendant qu’il y a des gens qui disparaissent sérieusement voilà quelqu’un qui cause une frayeur inutile et les parents viennent raconter des histoires», peste une internaute. Et s’il s’était plutôt agit d’une simulation de disparition ? Et si l’oncle de la mère couvrait sa petite nièce coupable de fugue? Aux autorités compétentes de démêler le vrai du faux dans cette affaire.

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.