Se connecter avec nous
Banner

Faits Divers

Bitam /Meurtre maquillé en incendie: un récit glaçant digne d’un film d’horreur

Publié

sur

On connait enfin le fin mot de l’histoire autour du meurtre maquillé en incendie à Bitam, chef-lieu du département du Ntem (province du Woleu-Ntem). Dans les mains des limiers du parquet d’Oyem, capitale provinciale du septentrion, l’assassin présumé de Dallas MBAZOGO MEGNIE, 16 ans, Lee Joël OLLOMO NGOU, 22 ans, est passé aux aveux en relatant dans le détail les circonstances du drame. Le récit de cette macabre histoire est ici livré par la procureure de la République près le tribunal de première instance d’Oyem, Perrine ADA OBIANG, qui en a fait le point le 08 novembre 2022.

Dans la nuit du 12 au 13 octobre 2022, aux environs de 03 heures du matin, un incendie réveille tout le quartier Essangui dans la ville de Bitam. Le corps sans vie découvert dans les décombres de l’une des chambres de la maison, est identifié en la personne de la jeune MBAZOGO-MEGNE Dallas, 16 ans. Des premiers éléments recueillis sur les lieux par les Officiers de police judiciaire (OPJ) de la brigade de gendarmerie centre de Bitam, tout porte à croire qu’il s’agirait d’un assassinat maquillé en sinistre. La Procureure de la République près le tribunal d’Oyem est saisie. Les soupçons se portent d’emblée sur le petit ami de la victime, le nommé Lee Joël OLLOMO NGOU, né le 03 septembre 2000 à Bitam, Gabonais, de langue Fang-Nzébi, élève en classe de 1 ère S au Lycée évangélique Edzang Nkulu de Bitam, célibataire sans enfant, domicilié au quartier dit MVEZE, sans antécédent judiciaire.

Lee Joël OLLOMO NGOU apparaît comme le principal suspect, du fait qu’il est la dernière personne à avoir rencontré la victime qui venait justement de rompre avec lui. Et au chapitre des indices complémentaires plaidant contre lui, Lee Joël OLLOMO NGOU tenait un journal intime dans lequel il notait ses agissements. Dans l’une des pages dudit journal intime, est écrite une phrase laissant entendre que : « Dallas et Clarence allaient le payer avant le 14 octobre 2022 ». Lee Joël OLLOMO NGOU avait-il prémédité son crime ? Tout porte à le croire, au regard des éléments decouvert lors de la perquisition de son domicile. Il s’agit de divers ouvrages traitant tous d’assassinats intelligents, de crimes commis sans éveiller le moindre soupçon. «Le jeune homme et la mort» ; «Un meurtre est-il facile ?» ; «L’assassin habite au 21» ; «Le Mystère de la chambre Jaune». En somme, des ouvrages qui expliquent les déroulés de crimes commis par des assassins dits «intelligents».

Lors de son interrogatoire en enquête préliminaire devant le Procureur de la République peu avant d’être déferré, Lee Joël OLLOMO NGOU, conséquemment inculpé des faits d’assassinat et d’incendie volontaire – crimes prévus et punis par les articles 223, 223-1, 223-4 et 330 du Code pénal – reconnaissait les faits à lui reprochés en déclarant que Dallas et lui entretenaient une relation amoureuse platonique depuis près de 03 ans.

Les choses auraient dérapées quand un jour, cette dernière lui apprend qu’elle a un autre petit ami du nom de Clarence. Lee Joël OLLOMO NGOU aurait accepté la cohabitation avec un autre soupirant de sa dulcinée, sur la base de la promesse par elle faite de lui accorder des rapports sexuels après l’obtention de son baccalauréat. Mais Dallas MBAZOGO MEGNIE n’aurait pas tenue parole. Au début du mois d’octobre dernier, apprend par le biais de la petite sœur de la victime que son rival Clarence, arrivé un soir à leur domicile, s’était enfermé dans la chambre avec sa dulcinée un long moment. Un jour qu’il lui rend visite, le présumé meurtrier trouve Dallas s’amourachant sur le canapé au salon avec Clarence. Plus tard, la victime organise une réunion avec ses deux prétendants au cours de laquelle, elle annonce officiellement son choix de mettre un terme à son amourette avec Lee Joël OLLOMO NGOU pour s’installer dans une vraie relation amoureuse avec Clarence.

Dixit le procureur d’Oyem : «Ensuite, se rapprochant de lui en aparté, Dallas lui déclarait qu’elle n’aimait que lui et qu’elle avait choisi Clarence parce qu’il était fragile. Que, toutefois, elle consentait à continuer leur relation. Mais celà, en secret. Ce qu’il acceptait. Quelques jours plus tard, à savoir dans la journée du 12 octobre 2022, jour de la commission des faits, aux alentours de 17 heures, le nommé OLLOMO NGOU Lee Joël se rendait au domicile de Dallas et ne la trouvait pas. Repassant à 23 heures, il la trouvait en compagnie de sa petite sœur OKOME ELLA Elsa« .

Et de poursuivre : «Ils se rendaient tous à l’intérieur de la maison pour manger. Après avoir mangé, ils prenaient une douche ensemble, en amoureux, puis se rendaient dans la chambre. Y étant, la victime et lui commençaient à discuter et ils abordaient le sujet de sa relation avec Clarence. Dallas déclarait à OLLOMO que c’est lui qu’elle aimait et que, pour le lui prouver, elle consentait à avoir de rapports sexuels avec lui.
(…) Que cependant, pendant qu’il la pénétrait, il constatait qu’elle n’était plus vierge. Il l’interrogeait alors sur le fait et lui avouait qu’elle avait déjà eu des rapports sexuels avec Clarence son rival. C’est à partir de cette révélation que, fou de rage, et envahi par la haine, il se jetait sur elle et commençait à l’étrangler avec une main. Mais, cette dernière se débattait, le renversait et montait sur lui, tentant d’échapper à son emprise« .

Lee Joël OLLOMO NGOU serrait si fort des deux mains le cou de sa victime pendant 2 à 3 minutes, avant de la relâcher. C’est alors, constatant qu’elle était toujours en vie, il se saisissait d’une serviette, la mettait autour du cou de la victime, et entreprenait de l’étrangler à nouveau avec cette dernière. Avant de lui asséner une prise du sommeil en serrant de nouveau très fort son cou. L’assassin est allé prendre une boîte d’allumettes et deux couteaux à la cuisine. De retour dans la chambre, il coupe la corde du ventilateur et s’en sert pour ligoter Dallas alors allongée sur le ventre. Déterminé à en finir, Lee Joël OLLOMO NGOU plante ensuite un couteau dans la nuque, derrière le cou à deux reprises, au même endroit, pour s’assurer de ce qu’elle serait morte.

Selon le procureur, «l’inculpé déclarait en outre, qu’il voulait la tuer parce qu’elle l’avait trahi. Continuant ses aveux, l’inculpé alléguait que, constatant qu’elle ne bougeait plus, il entreprenait de maquiller son acte en accident. Il prenait des vêtements qui étaient dans le placard de la chambre de la victime, et les plaçaient à côté de son corps inerte sur le lit. Il allumait ensuite un feu avec les allumettes qu’il avait pris à la cuisine. Après cela, il s’enfuyait, sortait de la maison, laissant à côté du lit, un des couteaux de cuisine et jetant l’autre non loin du lieu de la commission de son forfait. (…) Arrivé à son domicile, il enlevait les vêtements qu’il portait, et les dissimulaient dans un tas de boue devant sa chambre. Pour ce qui est du blouson et le pantalon dans un hangar au couloir. Il expliquait qu’il avait séparé les habits afin d’éviter qu’il ne soient retrouvés».

Sur d’avoir tout bien fait, et que rien ne pourrait le relier au meurtre, Lee Joël OLLOMO NGOU se rendait aux cours le lendemain l’air de rien. C’est là qu’il est interpellé par les Officiers de police judiciaire de la brigade de gendarmerie centre de Bitam. L’inculpé passe tout de suite aux aveux et consent à être renvoyé directement en jugement suivant la procédure de crime flagrant. Le Parquet général près la Cour judiciaire d’Oyem a de suite lancé la suite de la procédure. Voilà donc comment un jeune homme compromet son avenir. La gravité des faits est telle que, la loi sera strictement appliquée dans sa rigueur.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Libreville: les m*urt*iers du boutiquier d’Acaé rattrapés par la PJ

Publié

sur

La police judiciaire (PJ) a finalement appréhendé les trois meurtriers d’Amadou DIOP, ressortissant sénégalais de 36 ans qui tenait une petite échoppe au quartier Acae, dans le 5e arrondissement de Libreville. Les 3 indélicats répondent aux noms de Dan MAMBOUNDOU, alias Flameur, (gabonais) 30 ans, Olivier ABOUI AKOUÉ alias Richi (gabonais), 26 ans et Bruno NGOLEINE, 33 ans (togolais) 33 ans. Un 4e élément a été interpellé avec la bande du nom de Koami SODJINE (togolais). Les faits remontent au mercredi 11 janvier dernier. Après avoir sauvagement assassiné le boutiquier, les trois lascars ont pris la fuite. Mais leur cavale n’aura duré que 3 semaines. Face aux enquêteurs de la PJ, ainsi que le rapporte “Médias 241”, les meurtriers reconnaissent et expliquent qu’il ne s’agirait pas d’un assassinat prémédité, mais plutôt d’un braquage qui aurait mal tourné : « Le jour du crime, nous étions venus simplement pour braquer le boutiquier, on voulait prendre la recette du jour et partir. Sauf que devant la forte résistance opposée par le boutiquier, ont sera obligé de le ligoter avant de le poignarder ». Au moment où nous mettions sous presse, les trois malfaiteurs étaient encore aux mains de la PJ. En attendant de passer devant le procureur avant d’être déférés à la prison centrale de Libreville.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: il encaisse un coup de machette pour un regard “de travers”

Publié

sur

Elvan NDONG, jeune gabonais de 22 ans, a sauvagement agressé Wilfried BIVIGOU BIVIGOU, son collègue, à la machette. Les faits, rapportés par “L’Union”, se sont déroulés mercredi 25 janvier dernier au district de Makouké (province du Moyen-Ogooué), sur le site des installations de l’entreprise Bance et frères, sous-traitant dans les plantations d’Olam. Wilfried BIVIGOU BIVIGOU qui s’en est sorti avec une grosse entaille sur le bras gauche a été immédiatement conduit dans l’unité sanitaire la plus proche. Tout serait parti d’un simple échange de regard. Elvan NDONG n’aurait pas apprécié que son collègue de travail le zieute de travers. À la fin de la journée, tous les employés embarquent à bord des véhicules de transport pour regagner leurs domiciles. Elvan NDONG et Wilfried BIVIGOU BIVIGOU sont assis l’un face à l’autre. C’est là que tout aurait dégénéré. N’appréciant pas le regard de son collègue sur lui, l’agresseur se serait armé d’une machette qui ne serait pas la sienne et aurait frappé son protagoniste qui a tout juste le réflexe de se protéger le visage. Elvan NDONG a été maîtrise in extremis par les autres collègues qui ne s’expliquent pas jusque-là, ce qui a pu conduire à cette escalade de violence.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Koulamoutou: une ado m*urt pendant le cours d’EPS

Publié

sur

Vendredi 20 janvier 2023, Darly NGONGO, élève de 4e M5 du lycée Jean Stanislas MIGOLET de Koulamoutou, capitale provinciale de l’Ogooué-Lolo a trouvé la mort en plein cours d’Éducation physique et sportive(EPS). Soudainement été prise d’un malaise durant un exercice de sport, la lycéenne a été rapidement conduite dans la structure sanitaire la plus proche. Les médecins constateront simplement le décès de la fillette. Les causes du décès n’ont pas encore été révélées par les autorités compétentes.

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.