Se connecter avec nous
Banner

Environnement

La protection de la biodiversité au menu de la 1ere édition des conversations diplomatiques

Publié

sur

Alors que la Cop 27 s’ouvrira en Egypte, dès le 6 novembre 2022, institutions internationales et représentations diplomatiques se sont retrouvées ce 3 novembre 2022, à Libreville, à l’occasion de la première édition des conversations diplomatiques du Gabon. Placée sur le thème des “Perspectives de la diplomatie, du climat et de la biodiversité du Gabon” la rencontre initiée par le ministre des Affaires étrangères, Michael MOUSSA ADAMO, a été l’occasion de rappeler aux partenaires onusiens et multilatéraux, les efforts consentis par le pays, devenu le plus positif en carbone au monde, les invitant ainsi à apporter leur accompagnement à la politique environnementale nationale. 

Présent pour mener les échanges sur le sujet qu’il ne connaît que trop bien, le ministre de l’Environnement, en charge du plan climat, Lee WHITE n’a pas manqué de rappeler à l’assemblée essentiellement constituée de diplomates, l’importance de la forêt pour le Gabon. Laquelle s’est affirmée au fil de ces 5 dernières décennies au gré des politiques et engagements consentis par les autorités, et le Président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, en tête. 

Devenu leader mondial en matière de protection de l’environnement et de la biodiversité, le Gabon a initié ces conversations diplomatiques thématiques qui se tiendront de manière trimestrielle (une fois tous les 3 mois) au Gabon, offrant par la même,un cadre d’échanges aux partenaires. Cette première journée «avait pour objectif de familiariser les ambassadeurs et représentants diplomatiques au Gabon sur la politique climat, la politique environnementale, les ambitions du chef de l’État quant à la protection de l’environnement, la biodiversité et le crédit carbone», a précisé le chef de la diplomatie gabonaise. 

En effet, cinquante ans après avoir consenti à initier un véritable investissement sur le plan environnemental, Lee WHITE pense que les résultats obtenus par le Gabon «impressionnent les partenaires». Qui, ne se sont pas voilés pour solliciter des autorités leur expérience, afin que les exploits observables au Gabon, puissent s’étendre dans un premier temps au reste du bassin du Congo, deuxième poumon du monde. Et pourquoi pas sur le long terme au sein de leurs états respectifs.

Lire aussi  MOUSSA ADAMO, messager d'Ali BONGO auprès de Paul BIYA

Environnement

Airtel Gabon mène une opération d’assainissement à la plage d’Acaé

Publié

sur

Vendredi 06 janvier 2022, une équipe de l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Gabon a investi la plage d’Acae, dans le 5e arrondissement de Libreville. Ce, dans le cadre d’une opération d’assainissement de ladite plage, par la collecte d’ordures ménagères, ordures industrielles et biomédicales et de tout autre détritus s’y trouvant. Une opération qui est loin d’être la première pour Airtel Gabon.

Afin de mener à bien sa tâche, la délégation s’est subdivisée en groupes de 7 membres. Le travail a été exécuté dans la convivialité. Munis de gants, pelles et autres outils de ramassage, les agents d’Airtel Gabon ont ainsi remplis plusieurs sacs d’ordures de 100 litres de déchets. Le tout a été scindés en deux parties : une consacrée aux déchets en matières plastiques et l’autre consacrée aux déchets en verres.

En effet, selon directeur de régulation et des affaires juridiques d’Airtel Gabon, Paterne ANDOUME, « plusieurs actions qui consistent à faire la promotion de la lutte contre la pollution et pour la protection de l’environnement ont déjà été menées». Insistant sur l’intérêt qu’elles revêtent aux yeux de l’opérateur de téléphonie mobile, Paterne ANDOUME, poursuit, «Airtel est très préoccupé par les questions environnementales. Il est question de nettoyer afin que la plage soit plus belle et attrayante parce que c’est un endroit très fréquenté et à cause de l’affluence peut donner lieu à des détritus».

Lire aussi  Protection des forêts: le Gabon et le Suriname mutualisent leurs efforts

L’assainissement de la plage d’Acaé s’inscrit en droite ligne du déploiement de sa responsabilité sociétale des entreprises (RSE), l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Gabon. Une initiative qui concourt à la préservation de cette côte maritime. Nul besoin, en effet, de rappeler que la pollution contribue fortement à la dégradation de notre l’écosystème.

MEZ

Continuer La Lecture

Environnement

Le crédit carbone, le nouvel or vert du Gabon

Publié

sur

La présentation des vœux de nouvel an à la nation, a été l’occasion pour le président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, d’annoncer un certain nombre de projets sociaux porteurs et générateurs de revenus. L’un d’eux est le crédit carbone, considéré aujourd’hui comme le nouvel or vert. Le Gabon est le 1er pays et le plus positif carbone au monde. La commercialisation de cette matière verte permettra à l’État d’engranger d’importantes dividendes. Dixit le Chef de l’État, «en matière d’environnement, les choses aussi vont évoluer. Notre
pays captera d’importants financements grâce à la certification de ses crédits carbone, le nouvel or vert« . Dès cette année 2023, «un pourcentage du montant de la vente des crédits-carbone, l’argent que nous percevons en contrepartie
de la protection de la forêt, sera affecté directement à la lutte contre le conflit Homme-Faune». En clair, explique Ali BONGO ONDIMBA, «cet argent servira notamment à approvisionner le fonds de compensation des victimes des éléphants». In fine, conclue le président de la République, «dans les mois prochains, 1 500 compatriotes bénéficieront des
premières indemnisations. Toujours afin d’aider ces communautés
villageoises, après les 55 000 hectares de terre qui leur ont été octroyés en 2022 pour qu’elles tirent profit de la forêt, 350 000 hectares supplémentaires leur seront réservés et distribués sous
forme de forêts communautaires ».

Lire aussi  Protection des forêts: le Gabon et le Suriname mutualisent leurs efforts

MEZ

Continuer La Lecture

Environnement

Gabon /Conflit homme – faune : 1.500 compatriotes indemnisés grâce à la vente des crédits carbone

Publié

sur

Le 31 décembre 2022, le Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, lors de sa présentation des vœux à la Nation, a annoncé que grâce à la certifications de ces crédits – carbone, le Gabon, notre pays, se verra doter d’importantes sommes d’argent dont une partie sera directement affectée à la question du conflit homme – faune. Ainsi, au cours de l’année 2023, 1.500 compatriotes, qui ont vu leurs champs et autres biens ravagés par les éléphants, percevront des indemnisations. «Toujours afin d’aider ces communautés villageoises, après les 55.000 hectares de terre qui leur ont été octroyés en 2022, pour qu’elles tirent profit de la forêt, 350.000 hectares supplémentaires leur seront réservés et distribués sous forme de forêts communautaires», a ajouté le numéro un gabonais. Il est opportun de rappeler qu’un crédit – carbone, ou crédit compensatoire, est une unité de mesure correspondant à une tonne de dioxyde de carbone (CO2) qui a été évitée ou absorbée. En juillet 2022, le Gabon avait émis l’idée de créer 187 millions de crédits carbone, dont 90 millions devaient être vendus sur le marché des compensations avant la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) sui s’est déroulée en Egypte, en novembre 2022.

Lire aussi  ACW 2022: l'Afrique en quête de solutions face aux phénomènes climatiques
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.