Se connecter avec nous

Politique

Gabon/ modification de la Constitution : le CRPG recadre sévèrement René NDEMEZO’O OBIANG

Publié

sur

Les membres du Cercle réalités et perspectives gabonaises (CRPG), à la faveur d’une déclaration, faite ce vendredi 10 mai dans un hôtel de la place, ont rejeté comme un seul homme la proposition de modification de la loi fondamentale faite par le premier secrétaire, René Ndemezo’o Obiang, de la formation politique d’opposition dite «Républicaine», Démocratie Nouvelle (DN)., lors de son 3e congrès. Une première réaction, depuis la sortie de DN, lors de son 3e congrès, qui vient, selon les concernés, conforter l’idée d’une démocratie certes imparfaite, mais en bonne santé qui de surcroît ne souffrirait aucunement des anicroches sanitaires d’Ali BONGO ONDIMBA (Ref. à la personnalisation du pouvoir).

Banner

Ci-dessous, trouvez chers lecteurs, l’intégralité de la déclaration signée des 8 membres de l’organisation à l’instar de, Jean-Pierre ROUGOU, Thierry d’Argendieu KOMBILA, président de l’UNAF, Joël Patient TCHORERET MBIAMANY, Quentin Ben MONGARYAS et bien d’autres…

«Le président René NDEMEZO’OBIANG souhaite voir la personnalité qui assure la Vacance du pouvoir achever le mandat entamé par le Président de la République.

Cet appel à la modification constitutionnelle suscite nécessairement un débat pour lequel nous sommes invités à nous prononcer pour dénoncer la vacuité des arguments politiques en faveur de la modification de l’Article 13 de notre Constitution.

Le débat en question

En octobre 2019, le Président de la République chef de l’Etat, Monsieur ALI BONGO ONDIMBA a été victime, à RYAD en Arabie Saoudite, d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). La période de convalescence vécue au Maroc cinq mois durant entre novembre et mars 2019 a favorisé des questionnements sur la disponibilité du Chef de l’Etat à assumer pleinement ses fonctions. Nourries avec intensité par les acteurs politiques de tout bord, ces interrogations posent le problème de la Vacance du pouvoir et fait considérer une nécessaire modification constitutionnelle pour changer certaines dispositions de l’Article 13 de la Constitution. On veut instituer un intérim qui favoriserait la substitution du Président Ali BONGO ONDIMBA jusqu’à l’échéance de son mandat présidentiel. Cette proposition de modification de la Constitution est inopportune.

Le Président de la République est en place et assure pleinement ses fonctions. En la circonstance, il a notamment eu plusieurs séances de travail avec les responsables des Institutions constitutionnelles, les Maires des communes les plus importantes du pays et a reçu récemment son homologue togolais Faure Gnassingbé. Cette intense activité présidentielle éloigne désormais notre pays de l’instabilité institutionnelle incriminée.

La Vacance du pouvoir du Président de la République

La vacance du pouvoir est le temps pendant lequel la fonction de Président de la République se trouve dépourvue de titulaire ou lorsque le titulaire légitime de cette fonction n’est plus en mesure d’assumer cette charge et qu’il convient, pour la continuité du fonctionnement de l’Etat, de le remplacer de façon temporaire ou permanente. Ce remplacement est effectivement obligatoire quand l’empêchement d’exercer la fonction de Président de la République est avéré. Aujourd’hui, sur la base des conjectures alimentées par des interprétations politiques singulières intéressées, certains compatriotes sollicitent la proclamation de la vacance de pouvoir.

La fonction de Président de la République au Gabon n’est pas un pouvoir individualisé pour qu’il faille au regard de ses sentiments politiques à l’égard de la personne qui incarne cette fonction émettre des opinions pour solliciter des changements majeur en évoquant l’indisponibilité temporaire à exercer les fonctions de Président de la République en cas de vacance du pouvoir, comme l’a, entre autres réclamé les personnalités regroupées autour du mouvement Appel à Agir.

De ce fait, le CRPG considère que le pouvoir du Président de la République est institutionnalisé. En d’autres termes, il ne repose pas uniquement sur la personne d’ALI BONGO ONDIMBA mais surtout sur un cadre juridique et politique normés.

La proposition de l’intérim permanent

Au Gabon, la Constitution actuelle détermine le choix du Président de la République selon un mode de scrutin au suffrage universel direct. L’article 13 de la Constitution prévoit qu’en cas d’indisponibilité définitive du Président de la République, un intérim de 90 jours est assuré par le Président du Sénat. La précaution prise par le Constituant est de parvenir après trois mois à l’organisation d’une élection présidentielle. Elle permet au peuple souverain de choisir librement la personnalité qu’il confie les destinées du pays. Car l’intérimaire quoi qu’élu national, ne bénéficie nullement de la plénitude de la légitimité nationale pour assurer pendant deux, trois ou quatre ans la succession d’un chef de l’Etat élu au suffrage universel direct.

La proposition d’un intérim permanent par le Président du Sénat ou de l’Assemblée est une grande confusion par laquelle on compare notre système politique actuel à celui de certains pays Anglo-Saxons, où le président de République est élu sous la forme d’un ticket avec son Vice-président. Le successeur survivant peut alors dans ces conditions, achever légitimement le mandat de son prédécesseur.

En 1966, la modification de la Constitution gabonaise était intervenue pour permettre désormais au Président LEON MBA de se présenter à l’élection présidentielle avec Albert BERNARD BONGO comme vice-président. Par le jeu constitutionnel, ce dernier a naturellement succédé au père de la Nation.

Dans le contexte actuel, aucune personnalité n’a la légitimité nécessaire pour achever le mandat en cas de d’empêchement définitif du Président de la République, à moins de pouvoir formuler une demande de politique fiction qui participe à un grave déni de démocratie.

Au regard de la situation et du climat politique ambiant, respectueux des valeurs morales et Républicaines, le CRPG en appelle à la décence de la classe politique à un sens de la mesure et à sa retenue».

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Dialogue national inclusif: Alassane OUATTARA souhaite “plein succès “au Gabon 

Publié

sur

A l’occasion de la visite de travail en Côte d’Ivoire, le Président de la Transition gabonais, Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA s’est entretenu avec le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Dramane OUATTARA. Au coeur de leur entretien ce 11 avril 2024, le deux hommes ont apprécié le déroulement du Dialogue national inclusif et envisagé le renforcement et la consolidation de la coopération bilatérale.

Banner

En effet, en cours au Gabon, le dialogue inclusif qui doit permettre de fixer le cadre pour un retour à «la normalité constitutionnelle», est observé de part et d’autre du continent. Pour le Président Ivoirien qui suit avec un grand intérêt l’évolution de la Transition au Gabon, il reste disposé à accompagner le processus engagé par le Général de transition qu’il suit avec un grand intérêt. Alassane OUATTARA a, à cet effet, souhaité un plein succès au déroulement du dialogue national pour l’intérêt du peuple gabonais. 

En outre, les deux présidents se sont félicité de la qualité des relations d’amitié et de fraternité qui unissent Libreville et Abidjan depuis 1966. Ils ont également émis le vœu d’œuvrer à la redynamisation et la diversification de leur coopération notamment dans les domaines agricole, minier et énergétiques entre autres.

Continuer La Lecture

Politique

Gabon /Dialogue national: la sonnette d’alarme de Dieudonné MINLAMA MINTOGO

Publié

sur

Cet ancien Candidat à l’élection Présidentielle d’août 2016 au Gabon, tient à faire entendre sa part de vérité, au lendemain de la cérémonie d’ouverture du Dialogue National Inclusif, du 03 Avril 2024 à Libreville. Ci-dessous sa déclaration in extenso.

Banner

«Initialement prévus pour démarrer le 03 avril, les travaux du Dialogue National Inclusif débuteront finalement dans sa phase effective le 06 Avril prochain. Malgré quelques couacs, dus éventuellement à l’impréparation, je tiens à féliciter les différents intervenants qui ont animé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.

Mes félicitations vont d’abord à l’endroit du Président de la Transition, qui s’est engagé à doter le pays d’une nouvelle Constitution et des textes de Loi devant favoriser l’organisation des élections libres et transparentes.

Je félicite aussi l’archevêque de Libreville, qui, à travers ce dialogue rêve «d’un Gabon digne d’envie».

Et enfin mes félicitations sont adressées au Président TOUADERA, Président en exercice de la CEMAC et facilitateur de la CEEAC, qui a tenu à exprimer au monde entier «la soif de démocratie du peuple gabonais» mais aussi à fixer le cap de la Transition, qui doit respecter la durée fixée (24 mois) et se terminer par un retour à l’ordre Constitutionnel, non sans rappeler que «l’homme qui détient le Pouvoir ne doit pas être jugé par ses paroles mais pas ses actes».

Ces différentes interventions peuvent susciter l’espoir à première vue, mais l’histoire de l’humanité nous enseigne que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.

Aussi, il me paraît difficile, d’aboutir à l’avènement d’un «Gabon digne d’envie» et à l’organisation «des élections libres et transparentes», si nous ne prenons pas le courage de:

  1. Dessiner les contours d’une Commission Vérité, Justice, Pardon et Réconciliation chargée de solder notre lourd passif d’injustice, de violence, d’exclusion, de peurs, d’abus et d’indemniser les victimes ;
  2. Définir de façon objective et courageuse le rôle des forces défense et de sécurité dans notre dispositif Démocratique.

J’invite les organisateurs de ce dialogue à réfléchir sur ces deux aspects au risque d’organiser un dialogue de plus.

Continuer La Lecture

Politique

Makokou: OLIGUI NGUEMA lance les travaux de la caserne des sapeurs pompiers

Publié

sur

Au 3ème jour de sa tournée républicaine dans la province de l’Ogooué-Ivindo, Son Excellence le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a procédé à la pose de la première pierre de la future caserne des sapeurs-pompiers de la ville de Makokou.

Banner

Piloté par l’entreprise ECOBAT HINDA, le projet de construction de la caserne des sapeurs-pompiers de Makokou prévoit un bâtiment principal incluant une zone administrative et opérationnelle comprenant 4 alvéoles pouvant accueillir 3 engins pompes d’appui, une ambulance, des embarcations pour le Service Nautique et des dortoirs entre autres commodités.

Bâti sur une surface de 5000 m2, ce bâtiment dont les travaux s’étendent sur 9 mois sera également constitué d’une zone d’habitation comprenant 4 logements officiers, 20 logements sous-officiers et 1 plateau multi-sportif.

Dans son agenda du jour, le Président de la Transition s’est également rendu au marché central de Makokou dans le but de vérifier l’entrée en vigueur de la nouvelle mercuriale des prix dans le cadre des récentes mesures de lutte contre la vie chère.

En outre, le Chef de l’État a effectué une visite sur le site d’exploitation du fer de Belinga dans le district de M’vady en vue de s’enquérir des mécanismes nécessaires à l’exploitation de ce vaste gisement de minerai de fer du Gabon.

Soulignons que le site de Belinga s’étend sur près de 5 000 km2 et offre des
opportunités d’emploi à plus de 400 gabonais. À l’issue de cette étape, Son
Excellence le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a été à l’écoute des
populations dudit district avant d’effectuer une visite au Centre Médical de
MEKAMBO qui abrite une caravane médicale pour la circonstance . Une visite
qui l’a conduit par la suite à la Place des Fêtes de ladite localité afin de communier avec les populations locales.

Dans son mot de circonstance, le Président de la Transition a invité les filles et fils de Mekambo à la réconciliation. En réponse aux besoins urgents de la localité, le Président de la République a annoncé la mise à disposition d’une allocation d’un montant d’un milliard deux cents millions de FCFA (1.200.000.000 ), de la dotation de trois (3) fontaines hydrauliques, d’un
linéaire de 18 km de routes en pavés, de la construction de salles de classes et d’une enveloppe de 100 millions destinés à la pose de barrières électriques.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.