Se connecter avec nous

Société

Échauffourées lors du match de 1/4 final du CSU: la mise au point de EM Gabon université

Publié

sur

Samedi 17 juin 2023, le stade de Bikélé-Nzong a abrité le match entre l’EM Gabon Université et de l’Université de Bisségué; une rencontre comptant pour les quart de finale du championnat scolaire et universitaire version football. Le match n’a malheureusement pas pu aller à son terme, ceci du fait de la multiplicité d’actes anti sportifs et autres entorses au règlement de la compétition. À l’indignation du staff dirigeant de EM Gabon université. S’en sont suivis des échauffourées entre les supporters des deux équipes qui ont envahi l’aire de jeu. Principal responsable dans cette affaire : les organisateurs du championnat scolaire et universitaire (CSU) dont la partialité manifeste a vivement été dénoncée par EM Gabon université via un communiqué de presse en date du lundi 19 juin 2023, dont notre rédaction a reçue copie.

Banner

D’entrée, le staff de EM Gabon université dénonce le déni des organisateurs du match face aux réserves par eux opposées, peu avant le début du match, devant l’absence de cartes d’étudiants pour plusieurs joueurs de l’équipe adverse, comme l’exige pourtant la procédure. Manifestement, l’équipe adverse s’était renforcée avec des joueurs externes, non étudiants à l’Université de Bisségué et, par conséquent, non qualifiés par le CSU. Toute réserve ignorées tout de go par les responsables du CSU et les arbitres. Second grief de EM Gabon université.

Deuxième niveau, le match en lui-même : plusieurs fautes flagrantes et des actes d’anti jeu qu’ont maintes fois subis les joueurs de EM Gabon université sous le regard impassible des arbitres. Craignant pour la sécurité et l’intégrité physique de leurs poulains, les responsables de EM Gabon université ont plusieurs fois menacé de retirer leur équipe. Des interpellations tout autant ignorées par les organisateurs et les arbitres du match. À la fin de la partie, devant ce qui s’apparentait presque à du mépris, les supporteurs de l’EM Gabon université ont laissé exploser leur colère longtemps contenue et envahi l’aire de jeu pour demander des comptes à l’arbitre. Devant la gravité des faits, une commission disciplinaire devrait se réunir rapidement pour prendre les mesures prévues par les textes en vigueur.

Pour autant, s’ils condamnent les débordements malheureux de cette fin de rencontre, du reste contraire à la Charte éthique et déontologie signée par chaque étudiant(e) de leur établissement au moment de son inscription », EM Gabon université s’indigne de ce que, plutôt que de calmer la tension, déjà à son paroxysme, la Coordinatrice du CSU ajouté de l’huile sur le feu en menaçant qu’elle «allait exclure toutes les équipes de l’EM GABON-UNIVERSITE des compétitions du CSU et que le bus dédié au transport de l’équipe n’allait pas ramener les joueurs de l’EM GABON-UNIVERSITE».

L’on a alors assisté à un pugilat verbal entre les organisateurs du CSU et les Dirigeants et étudiants de l’EM Gabon université. Entre injures, quolibets, invectives, et une chaude altercation entre un membre du CSU et la Vice-présidente de EM Gabon université. Pour rappel, l’arbitre du match a déjà été au cœur de situations similaires. En témoigne le communiqué du CSU du 15 mai 2023 dans lequel l’instance organisationnelle de la compétition relève un certain nombre de griefs à l’encontre de l’arbitre.

Dans son communiqué de presse, EM Gabon université relate que «la Coordinatrice, elle-même, a été à deux doigts d’en venir aux mains avec une étudiante de notre Université, très choquée, et avec le Directeur de la Communication de l’EM GABON-OMNISPORT, qui ont, tous les deux, essayé, en vain, de lui faire entendre raison. Elle n’a rien voulu savoir et a, au contraire, proclamé sa toute puissance. C’est finalement la pression des étudiants qui l’a contrainte à se raviser et à mobiliser finalement deux vieux taxis bus, dont l’un est tombé en panne en route, qui ont donc transporté les joueurs de l’EM GABON-UNIVERSITE, à la place du bus de TransUrb qui était pourtant venu les chercher sur le campus.

Poursuivant que «nous avons été, nous-mêmes, obligés de transporter nos supporteurs et une partie des joueurs aux moyens de nos véhicules personnels et les bus Coaster que nous avons loués.Quid de l’état d’ébriété des supporteurs et supportrices de l’EM GABON-UNIVERSITE : Aucun des supporteurs et aucune des supportrices de l’EM GABON-UNIVERSITE n’était en état d’ébriété, comme l’affirme le Communique du CSU. C’est un odieux mensonge. Mieux, une diffamation. Avant le match, comme il le fait systématiquement, le Président de notre Université avait livré, lui-même et avec son véhicule Pick Up, des packs de jus de fruits (Djino) et d’eau Andza, ainsi que des fruits, pour nos supporteurs et nos joueurs. Nos supporteurs les ont même partagés à certains joueurs et supporteurs de l’équipe adverse.

De plus, «a aucun moment, nous n’avons vu des responsables du CSU faire passer un alcootest pour déterminer le niveau d’alcoolémie de nos supporteurs et en conclure, par un communiqué, qu’ils étaient en état d’ivresse.Cela ne fait aucun doute : La publication précipitée, quelques instants après le match, du Communiqué du CSU excluant les équipes de l’EM GABON-UNIVERSITE de ses compétitions pour une durée de deux (2) années et reprenant mot pour mot la menace proférée au stade par la Coordinatrice, est une preuve supplémentaire de la partialité du CSU et de la préméditation de leur acte. L’arbitre central du match querellé n’était pas à la hauteur de l’événement et ne pouvait donc pas être retenu pour un tel match à élimination directe« .

En conclusion, ponctué EM Gabon université dans son communiqué, «nous rappelons, pour que nul n’en ignore, que le Groupe EM GABON-UNIVERSITE détient, grâce aux caméras de l’IPMAC TV, notre Web TV, qui ont été installées autour du stade, plus de deux heures de vidéos, avant, pendant et après le match. Tous ces éléments, y compris les dépositions de nos joueurs, nos supporteurs et nos administratifs agressés (physiquement et/ou verbalement), vont accompagner notre rapport des faits adressé à Monsieur le Ministre des Sports« .

MEZ

Continuer La Lecture

Société

Libreville: Michel ALLOGHE forme l’équipe « SM17 » pour lutter contre l’oisiveté des jeunes de Sotéga

Publié

sur

Les vacances scolaires pointent le bout de leur nez. Dans les familles, l’on s’interroge déjà de quelles activités l’on occupera le temps des enfants en repos. Au quartier Sotega Moustache, dans le 2e arrondissement de Libreville, Michel ALLOGHE répond partiellement à cette préoccupation en lançant l’équipe de Football du quartier “Le Sportif Moustache 17” (SM17), en prélude du tournoi inter-quartiers prévu au cours du mois de juillet prochains. 

Banner

Composée de 20 riverains du lieu-dit Sotega Moustache, âgés de 15 à 22 ans, par ailleurs tous scolarisés (lycéens et étudiants), l’équipe “Le Sportif Moustache 17” a reçu de son Président, Michel ALLOGHE, l’équipement nécessaire pour lancer de manière officielle ses activités. En présence du coach, Alain Serge NDONG et du capitaine de l’équipe, Ivan NDJIMBI, SM17 a été dotée de maillots, sifflets et ballon, pour se préparer dès maintenant, à se distinguer lors du tournoi inter-quartiers prévu pour le mois de juillet 2024. 

Mais pas seulement! En effet, précise Président du Sportif Moustache 17, «à l’approche des vacances, je suis fier d’annoncer la création de l’équipe de football du quartier Sotega-Moustache dénommée le Sportif Moustache 17(SM17). L’objectif premier est de susciter des talents mais également de combattre l’oisiveté en période de vacances et pour que nos petits frères ne déroutent pas», une cause noble pour ce natif du quartier, qui veut voir ses cadets contribuer de manière brillante à l’essor de leur quartier, et plus loin, pourquoi pas, de leur pays. 

Une initiative soutenue de part et d’autre, et à qui Michel ALLOGHE n’a pas manqué d’exprimer son immense gratitude. A-t-il rappelé, «je ne peux finir mon propos sans remercier la Brigade de Sécurisation des Sites Miniers(BSSM) qui a fait preuve de Responsabilité Sociétale des Entreprises(RSE) en nous appuyant dans cette initiative, une fois de plus, merci encore». Des mots de gratitude, que partagent assurément les membres de l’équipe, nouvellement créée. 

Il est à souhaiter que ce genre d’initiatives soit repris dans de nombreux quartiers de la capitale et au-delà. En effet, excepté le caractère sportif de cette démarche, elle remet au centre de l’éducation de notre jeunesse des valeurs de solidarité, du travail en équipe et du goût de la réussite. Des valeurs qui, au-delà de Sotega Moustache et du 2e arrondissement de Libreville, sont nécessaires, voire indispensables au Gabon, pour son développement tant prôné au fil des générations. 

Continuer La Lecture

Société

Gabon /Fête du travail: la reconnaissance du travail accompli au cœur des festivités à la DGBFIP

Publié

sur

La seule façon de faire du bon travail, c’est d’aimer ce que vous faites», disait Steve JOBS. C’est de cela que se sont réjouis les agents de la Direction générale du Budget des finances publiques (DGBFIP), le 25 mai 2024, alors qu’ils célébraient en différé la fête du Travail. À cette occasion, la réjouissance du travail accompli se mêlaient à la passion des différents métiers qui se côtoient au sein de ladite direction. Une passion que de nombreux agents ont mis au service de l’État, pendant plusieurs décennies, et qui aura été récompensée ce jour, à leur grande surprise. 

Banner

Accueilli en fanfare par ses collaborateurs, le Directeur général du Budget et des finances publiques, Aurélien Marcel MINTSA MI NGUEMA, qu’accompagnait le ministre de la réforme des institutions, Murielle MINKOUE épouse MINTSA a profiter de l’effervescence du moment, pour réitérer aux uns et aux autres la nécessité de redoubler d’efforts. Ce, afin d’accompagner la restauration des finances publiques souhaitée par les autorités de la Transition. 

«Nous devons inexorablement redoubler d’efforts, dans l’optique de nous arrimer aux enjeux du moment et de mériter la confiance que les plus hautes autorités, en tête desquelles le président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA, ont bien voulu placer en nous». A-t-il lancé pour ragaillardir ses troupes, pour les enjeux à venir. 

Mais pour les motiver, le DGBFIP, n’aura pas seulement usé de mots pour donner la direction et les objectifs à atteindre. Il aussi apporter des présents, pour récompenser les agents les plus anciens, qui cumulaient entre 30 et 34 années de service, pour le travail accompli, leur engagement et leur abnégation au cours des dernières décennies. Cela aura été pour certains la remise de diplômes et pour la doyenne des agents de la DGBFIP, Edwige MANOMBA, un véhicule flambant neuf, qui lui a littéralement arraché les mots de la bouche. 

Un évènement exceptionnel, qui a marqué plus d’un agent, qui espèrent à leur tour, pourquoi pas voir leur dévotion au travail pour l’essor de leur pays, le Gabon récompensé de manière équivalente. Mais pour cela, Aurélien Marcel MINTSA MI NGUEMA ne saurait exhorter ses équipes à autre chose, si ce n’est un travail bien fait, qui épouse les exigences des plus hautes autorités. 

Continuer La Lecture

Société

Gabon /Internet fixe: Moov Africa Gabon Telecom détient les meilleures performances en 2024

Publié

sur

Les conclusions de l’évaluation menée par l’entreprise indépendante française “nPerf”, qui évalue avec précision la connectivité internet, dans le monde, sont sans appel.  Au Gabon, l’opérateur Moov Africa Gabon Telecom, par ailleurs leader dans la fourniture des services internet, a affiché de meilleurs indicateurs clés de performance.

Banner

En effet, une année durant, partant du 1er avril 2023 au 31 mars 2024 l’entreprise a effectué 12 164 tests de débit internet. Cela, aux fins d’analyser les indicateurs de performance, à l’instar des débits descendants et montants, la latence, la navigation et le streaming, précise le magazine en ligne www.Gabonmag.com.

Avec un débit descendant de 53 Mb/s, considéré comme le plus rapide au Gabon, contre 17 Mb/s pour son débit montant, Moov Africa Gabon Telecom domine nettement son concurrent, Canalbox. Dont les données sont respectivement de 19,47 Mb/s et 6 Mb/s. Des chiffres qui positionnent le Gabon devant Madagascar (31.5 Mb/s), le Togo (27 Mb/s), du Cameroun (25 Mb/s), du Kenya (20 Mb/s) ou la République démocratique du Congo (10 Mb/s). Renforçant ainsi son leadership à l’échelle nationale. 

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.