Se connecter avec nous
Banner

Economie

2e Mission économique & commerciale de l’OIF: Yves F. MANFOUMBI mobilise le secteur privé à POG et Franceville

Publié

sur

Au mois de juillet 2022, les villes de Libreville et Kigali au Rwanda, abriteront du 06 au 13 juillet 2022, la deuxième mission économique spéciale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). En prélude à celle-ci et afin de parfaire la participation gabonaise à ces importantes assises, le ministre du Commerce, Yves Fernand MANFOUMBI s’est rendu à Port -Gentil le 20 mai puis à Franceville le 21 mai 2022, pour y rencontrer les acteurs du secteur privé.

Pour l’occasion, il etait accompagné d’une forte délégation composée du Directeur général du Commerce, Jean François YANDA, du président du comité technique d’organisation ainsi que des Directeurs généraux des Petiyes et moyennes entreprises (PME), de l’Economie sociale et solidaire, de l’Artisanat et de la lutte contre la Pauvreté. Ils sont ensemble allés jouer leur partition, pour leur faire entendre l’importance capitale de leur présence à cette grande messe.

En effet, la seconde mission économique et commerciale de l’OIF sera rythmée par plusieurs activités. L’on en dénombre par exemple le Forum de haut niveau avec les autorités politiques et économiques des pays d’accueil, des Rencontres B2B avec de grands groupes et des PME locales; des Rencontres entre agences de promotion commerciale et d’investissement; des visites «sur mesure» de sociétés et d’établissements locaux. Par ailleurs, des activités de réseautage se tiendront avec l’ensemble des participants venus d’Afrique, d’Amérique du Nord, d’Asie, d’Europe occidentale et de l’océan Indien.

Lire aussi  Gabon /Lutte contre la vie chère: Yves Fernand MANFOUMBI propose des “subventions ciblées” pour toucher les GEF

Le chef de l’administration du Commerce a ainsi longuement exposé sur l’importance de cette mission, de même que les attentes des entreprises internationales qui effectuerons le voyage à Libreville. Avant d’entretenir des échanges plus approfondis avec des grands groupes et des producteurs locaux dans une série d’entretiens individuels. Rappelant au passage que les participants auront l’occasion de prospecter ensemble des marchés, de discuter d’affaires et de réseauter avec les opérateurs économiques locaux, dans les secteurs de l’agro-industrie, des énergies renouvelables et des biens et services numériques, au Gabon et au Rwanda.


Banner

À chacune des étapes du périple d’Yves Fernand MANFOUMBI à Port-Gentil et Franceville, les autorités administratives et politiques des localités ont pris part aux échanges. Pour rappel, c’est sous le haut patronage du Président gabonais Ali BONGO ONDIMBA, que la mission économique et commerciale de l’OIF se tiendra à Libreville du 06 au 08 juillet prochains.

MEZ

Economie

La première plateforme de Fonds souverains africains portée sur les fonds baptismaux

Publié

sur

Rabat, capitale du Maroc, a servi de cadre au forum sur des investissements souverains africains initiés par le Fonds d’investissement stratégique marocain (Ithmar Capital) du 21 et 22 juin 2022. Regroupant une dizaine de pays, ce forum s’est soldé par création de la première plateforme de Fonds souverains africains (ASIF). Les dix (10) pays fondateurs sont représentés par les responsables locaux des fonds d’investissements. Il s’agit respectivement :AGACIRO (Rwanda), FSD (Djibouti), FGIS (Gabon), FONSIS (Sénégal), FSDEA (Angola), GIIF (Ghana), Ithmar Capital (Maroc), NSIA (Nigeria), PIC (Afrique du Sud) et TSFE (Égypte).

Le forum de Rabat était placé sous le patronage du roi Mohammed VI, et tenait lieu de catalyseur d’une action collective et concertée des fonds souverains et stratégiques africains au profit du développement et de la croissance du continent pour une Afrique plus résiliente, inclusive, durable et autonome. Le but est, in fine, de booster une nouvelle dynamique aux financements des opportunités d’investissement à travers le développement de projets. Il est aussi question de structurer l’attrait des capitaux internationaux vers l’Afrique. De fait, la cérémonie officielle à été marquée par la signature tripartite d’une lettre d’intention entre l’ASIF, La Banque africaine de développement (BAD) et Africa 50.

La lettre porte sur un accord de collaboration autour des sujets d’identification et de préparation de projets, la mobilisation de capitaux et la coopération pour le développement des compétences et des expertises. La plateforme ASIF a d’emblée reçu le soutien des Fonds souverains du Moyen-Orient, lesquels figurent au panthéon mondial. À savoir : Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), Abu Dhabi Developmental Holding Company PJSC (ADQ) et Kuwait Investment Authority (KIA). Ce, au billet de la signature de la “Déclaration de Rabat”, qui met en lumière l’intérêt particulier des investisseurs institutionnels et privés pour cette initiative.

Lire aussi  Gabon /Election à la Chambre de commerce: le calendrier réaménagé

Banner

Dans un communiqué de presse, le Fonds gabonais d’investissement stratégique (Fgis), explique par la main de son Administrateur-directeur général Akim DAOUDA: “L’ASIF s’adressera aux secteurs clés pour le continent, tels que les infrastructures, la sécurité alimentaire, l’industrialisation, l’urbanisation ou encore le changement climatique. La plateforme pose également les bases d’un partenariat multidimensionnel qui vient consolider les relations inter-africaines déjà existantes et contribuer aux avancées sur les questions majeures du continent“.

MEZ

Continuer La Lecture

Economie

Gabon: le secteur bancaire affiche des indicateurs au vert

Publié

sur

Si de façon globale, le secteur bancaire enregistre une nette embellie, du fait des résultats enregistrés, trois établissements bancaires tiennent le haut du pavé : la Banque gabonaise de finance et d’investissement (BGFI), la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) et Ecobank. Des résultats sommes toutes en trompe-l’oeil. Et pour cause. L’embellie dont se vantent les PCA des différentes banques n’est nullement le fait de retours sur investissements, encore moins de croissance de crédits aux clients. Ce n’est pas non plus le résultat de croissance sur de bons placements financiers. Les chiffres annoncés apparaissent comme un simple écran de fumée, l’arbre qui cache la forêt. N’eût été la pandémie de covid-19, les banques n’auraient pas engrangé toutes ces dividendes. Les patrons de banques ne donnant jamais le détail des chiffres annoncés, l’on est en droit de se poser des questions.

La BGFI arrive largement en tête avec un chiffre de 46 milliards FCFA, soit une hausse de 4% comparativement à l’année 2020. À la grande satisfaction du pdg du groupe, Henri Claude OYIMA, qui, au cours de l’assemblée générale du 25 mai 2022, attribuait les résultats enregistrés par sa banque à la diversification «de ses métiers et à l’importance de notre réseau car nous sommes aujourd’hui implanté dans douze pays».

Lire aussi  Gabon: Yves Fernand MANFOUMBI rend hommage à la CEEAC 

Étienne Guy MOUVAGHA TCHIOBA, ancien Président du conseil d’administration (pca) de Bicig sous la houlette de son successeur Patricia Marie-Ange N’DOUNGOU a annoncé à l’Assemblée générale du 16 juin 2022 que la banque a engrangé 15,3 milliards FCFA, soit une hausse de 33% comparativement à l’année 2021. Des résultats que la nouvelle PCA attribue «à la dynamique de toute l’équipe de la direction générale et de l’ensemble des 419 collaborateurs de notre groupe. Nous le devons à la dynamique des équipes et à une stratégie agressive sur le marché gabonais».

Ecobank affiche un bénéfice de 6,22 milliards FCFA en 2020. Un résultat satisfaisant que le pca de la banque, César EKOMI AFENE, attribue au «travail acharné de restructuration et d’assainissement par rapport aux années précédentes». La bonne tenue du secteur impacte également les autres banques : Union gabonaise de banque (UGB), Orabank, Citibank et consorts.


Banner

L’embellie financier du secteur bancaire gabonais tiendrait notamment au fait que, conséquence de la pandémie de , covid-19, la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) a expressément interdit toute distribution de dividendes aux actionnaires tant la menace épidémiologique et ses effets collatéraux ne sont pas totalement écartés. Il en résulte que les établissements financiers et bancaires ont consécutivement accumulé des réserves colossales.

Lire aussi  Gabon /Lutte contre la vie chère: Yves Fernand MANFOUMBI propose des “subventions ciblées” pour toucher les GEF

MEZ

Continuer La Lecture

Economie

Matières premières: Yves Fernand MANFOUMBI plaide à l’OMC pour un approvisionnement “juste” des marchés

Publié

sur

Du 12 au 17 juin 2022 s’est tenue, à Genève, en Suisse, la 12ème conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce fut l’occasion, pour le 1er responsable de ce département dans notre pays, Yves Fernand MANFOUMBI, de traiter de la problématique de l’accès aux matières premières au Gabon et dans d’autres pays en développement.

En effet, depuis la crise sanitaire, liée à la pandémie de la Covid – 19, les pays en développement constatent, pour le déplorer, que les prix de certaines matières premières ont augmenté de manière vertigineuse. Et le conflit russo – ukrainien a aggravé la situation. Augmentation des coûts de production ; pénurie de certains produits tels que la farine de blé, l’huile de palme, le lait, le sucre, etc. ; et l’arrêt d’activité de certaines entreprises dépendantes de ces matières premières importées.

«En matière de sécurité alimentaire, le Gabon est un pays importateur net des produits alimentaires. Il subit, à l’instar des autres pays en développement, les difficultés actuelles liées à la flambée des prix des matières premières et de l’explosion du fret maritime, ce qui entraîne inéluctablement une hausse importante de la facture des importations en général, et celle des produits alimentaires en particulier», a déclaré Yves Fernand MANFOUMBI, selon des propos recueillis par nos confrères de “Le Nouveau Gabon”.


Banner

A fin de remédier à la situation, le membre du Gouvernement gabonais a plaidé pour l’établissement de règles ‘’justes’’ de régulation des approvisionnements des marchés, sans discrimination et sans omettre les systèmes de production durable, dans le but de préserver les économies les plus vulnérables de la planète.

Lire aussi  Gabon /Election à la Chambre de commerce: le calendrier réaménagé
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2022 Vox Populi. Tout droits réservés.