Gabon /immigrés clandestins: plus de 100 filles étaient violées à bord de l’embarcation

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 23 septembre 2020 au Cap Esterias, non loin de Libreville, la brigade nautique gabonaise a de nouveau interpellé des migrants en provenance du Nigeria. Ainsi, depuis la fin de la semaine dernière, ce sont 118 personnes qui ont été arrêtées par les forces de sécurité et de défense, en collaboration avec des patrouilles de l’Agence nationale des parcs nationaux. Durant cette opération, les instances sécuritaires gabonaises ont notamment relevé la présence d’une centaine de jeunes filles ayant subi des abus sexuels, Puis effectuer la saisie des 200 kilos de drogue que contenait l’embarcation.

En effet, vendredi dernier 38 immigrés clandestins ont été interpellés, puis 69 le lendemain. Ces arrestations sont intervenues après une longue poursuite effectuée par la brigade nautique gabonaise au cœur de la mangrove. Après l’intervention effectuée le 23 septembre 2020, l’indignation a gagner de nombreux individus au sein des forces de défense, et des patrouilles de l’Agence nationale des parcs nationaux.

La raison à cela, la présence de près de 100 filles devant servir à un trafic sexuel et à l’esclavage. L’une de ces jeunes serait même âgée de 13 ans. Aussi, signalons que plusieurs d’entre elles ont été violées à bord de l’embarcation clandestine.

Par ailleurs, plusieurs ballots de cannabis qui ont été détruits (soit 200 kg). La jeunesse de ces filles, mineures pour la majorité interpelle les autorités quant à la possibilité d’existence d’un trafic majeur d’êtres humains au Gabon. À cet effet,une enquête a été ouverte par les instances compétentes.

En définitive, rappelons que le Gabon reste un des pays les plus affectés par l’immigration clandestine dans le golfe de Guinée. Ainsi, parmi les 300 000 immigrés qui résident sur le territoire, beaucoup seraient des clandestins.

Share.

About Author

Leave A Reply