Libreville/ Gare routière: La Croce dénonce les abus d’autorité et d’extorsion de fonds des agents percepteurs

0

Le lundi 27 juillet 2020, la Coordination des revendeurs d’ouvrages culturels et éducatifs (Croce) a mentionné les difficultés auxquelles ses membres sont confrontés quotidiennement. Maxime TCHAMBA, son président, relève ici des extorsions commises en toute impunité par certains agents de l’Etat. Ce dernier a également rappelé la situation difficile de son collectif en raison de la pandémie de Coronavirus.

Après s’être félicité d’avoir désinfecté les galeries et magazins de la Gare routière, Maxime TCHAMBA a fustigé l’attitude de certains agents du Commerce et de la mairie. D’après “La Loupe”, Ces derniers n’hésitent pas à bafouer les textes en vigueur en prélevant illégalement des commerçants d’ouvrages, déjà en difficulté en raison de la crise sanitaire actuelle. De plus, les membres de ce collectif ne savent plus à quel saint se vouer, car leur situation financière se dégrade jours après jours.

‹‹Actuellement nous ne travaillons pas, nous n’avons pas d’entrée de sous» a déclaré un des membres du collectif.

Pourtant ces gents publics pourraient bien être en contradiction avec la décision du Conseil des ministres du 12 juin 2020, qui a adopté une modification de la loi organique n°20/2014 du 21 mai 2015 relative aux lois de finances et à l’exécution du budget. Ainsi, seuls les percepteurs du Trésor public ont l’habileté à collecter les paiements relatifs aux amendes, impôts et taxes, pour lesquels ils établiront une quittance de paiement au contribuable. 

Voilà une situation qui une fois de plus, met en exergue le caractère cupide de certains agents de l’Etat, qui garnissent davantage les prélèvements informels et l’enrichissement illicite, cela au grand dam d’un gouvernement qui serait aux abonnés absents sur ces questions, malgré la réglementation en vigueur de la loi de finances rectificative.

Share.

About Author

Leave A Reply