Se connecter avec nous

Sport

Partenaire de la LINAF-P, Carrefour-Prix import soutient l’autonomisation du National Foot

Publié

sur

Moderniser le National-Foot et amener les clubs de première et deuxième divisions à se muer en société à objet sportif afin d’associer des partenaires extérieurs dans le développement de leurs entités. Telle est la principale recommandation des assises du Football gabonais tenues en juillet 2021 sous la houlette du ministre des Sports, Franck NGUEMA. Un engagement que la société “IFA Sports Média Gabon”, dont l’antenne gabonaise est chargée de la gestion des droits TV des compétitions nationales, s’est donné à cœur joie de concrétiser, en initiant des partenariat avec des opérateurs économiques de la place, au rang desquels Carrefour-Prix import, désormais partenaire de la Ligue nationale de Football professionnel du Gabon (LINAF-P). Pour lequel, le Directeur général de l’agence IFA Sport media Gabon, Eric DURAND livre à la rédaction de Vox populi 241 (Vxp241) les contours de cet accord.

Banner

Rencontré dans ses bureaux situés au coeur de la capitale gabonaise, Eric DURAND, a livré les objectifs de la mission qui lui a été confiée. En effet, derrière la privatisation du National foot, c’est surtout le rayonnement des clubs qu est visé. En plus de rendre plus visibles les compétences des jeunes talents qui évoluent au sein desdits clubs, notamment en rendant visibles les matchs des championnats nationaux à la télévision.

Lire aussi  Culte de la Nativité : Mgr Maroun ZOGHEIB, porteur d'un message de paix aux maronites du Gabon 

Eric DURAND, DG d’IFA Sport media Gabon

En effet, dit-il, «l’objectif, derrière le partenariat, est de rendre le football gabonais totalement autonome. Aujourd’hui, l’État subventionne le championnat national. Avec le sponsoring, notamment de Carrefour-Prix import et bien d’autres, l’État se désengage progressivement et les sponsors prennent le relais et finalement l’entièreté de l’organisation et de la gestion. Avec le sponsoring, les clubs sont soutenus sur bien des pans qui constituaient des faiblesses tels que la logistique (eau, équipements, etc)».

Si l’intérêt économique de ces partenariats ne sont plus à démontrer car ils visent l’autonomisation des clubs, ils revêtent tout autant un intérêt social. En ce sens qu’ils permettent aux populations de renouveler leur intérêt pour les compétitions nationales. Et de fait, le partenariat établi entre les 2 entités offrent aux sponsors la possibilité de disposer de billets pour se rendre aux stades lors de matchs organisés. En effet, «le sponsoring avec Carrefour-Prix import a débuté en janvier. Grâce à ce partenariat, les employés peuvent aller regarder des matchs au stade. À chaque match, les agents de Carrefour-Prix import ont droit à un certain nombre d’invitations». Eveillant pour certains, renforçant pour d’autres l’intérêt pour les compétitions nationales.

Lire aussi  Gabon: Prix import lance un tournoi inter-nationalités

S’il est vrai selon Éric DURAND, que l’établissement de ces partenariats de sponsoring, doit permettre au championnat national de Football de passer un cap en termes de visibilité, d’images de marque et d’honorabilité, il souligne toutefois que «le choix de Carrefour-Prix import ne s’est pas fait de façon fortuite. L’entreprise dirigée par Bernard AZZI compte parmi les poids lourds nationaux dans le secteur de l’agridistribution». Sa notoriété ne saurait donc être qu’une aubaine pour la ligue gabonaise en quête de popularité.

Aujourd’hui, Prix Import réaffirme son ambition d’être un des leaders du commerce alimentaire sur le marché gabonais, avec un capital de trois milliards et cent vingt millions de FCFA (3.120.000.000) et emploie plus de 800 collaborateurs en majorité gabonais. Toute chose qui passe par le tissage de partenariats tel celui avec la LINAF-P. L’objectif de cet acteur de l’économie gabonaise est très clair, devenir le moteur de la distribution agroalimentaire au Gabon.

Sport

Après 3-0 face au Sénégal, les Panthères prêtes “à poser des problèmes à la côte d’Ivoire” 

Publié

sur

Les panthères du Gabon qui affichent des résultats mitigés, avec de nombreuses têtes d’affiche qui manquent à l’appel, restent concentrées sur leur rencontre du mois de juin prochain, en terre ivoirienne. Si le sélectionneur national, Thierry MOUYOUMA a volontiers reconnu lors d’une interview, que la sélection a enregistré «des nouveaux joueurs qui s’ajoutent à la base de données et un peu moins sur le plan du résultat». Il reste tout de même confiant sur la motivation des ses athlètes à neutraliser les éléphants à domicile. En effet, a-t-il lancé, «je peux rassurer les gabonais que nous serons compétitifs, cohérents, déterminés. On aura une bonne équipe, un groupe fort disposé à poser des problèmes à la Côte-d’Ivoire sur son sol». Si la défaite face au Sénégal (3-0), lors de la récente rencontre amicale, laisse peu de place à l’espoir, la détermination du sélectionneur alimente le doute. C’est donc avec impatience que les gabonais attendent ce rendez-vous, pour partager l’assurance de Thierry MOUYOUMA. 

Banner
Lire aussi  Gabon: l'Exécutif face à l'épineuse question de l'inflation
Continuer La Lecture

Sport

Gabon: l’équipe de Setrag reçoit le trophée BET241

Publié

sur

La salle de sports de la Setrag a servi de cadre à la présentation du trophée BET241 remporté par son équipe de football au directeur général Christian MAGNI, lequel a félicité et remercié les organisateurs de la compétition, les joueurs et les encadreurs.

Banner

Les sportifs et le Comité de Direction de la Setrag ont parlé sport, le vendredi 23 février2024 lors de la remise du trophée BET241 du nom de l’entreprise spécialisé dans les paris sportifs.

Selon le responsable de sport, NZATSI MOUÉLÉ, le mérite de cette performance revient au directeur général de la Setrag qui ne ménage aucun effort pour le développement et la pratique du sport au sein de l’entreprise. Devenu une donnée essentielle, la participation aux challenges sportifs a toujours permis que la Setrag soit toujours hissée au haut niveau.

«Sur au moins deux compétitions auxquelles la Setrag prend part, son équipe remporte au moins un trophée », a déclaré l’orateur, lequel a reconnu que l’équipe est bâtie autour l’entreprise et des sous-traitants. Une équipe qui a pris part à un tournoi où la présence d’une fille était nécessaire à la poursuite de la compétition et au terme de laquelle, la jeune dame nommée Flora a reçu la bottine d’or en guise d’encouragements.

Lire aussi  Gabon: Brice MBIKA NDJAMBOU rempile pour un 3e mandat la tête de la Linaf

Mais avant elle, le meilleur buteur de la compétition a reçu des mains du Secrétaire Général de la Setrag, Jérôme Cantiant son trophée. Quant au trophée BET241 transformé en trophée de la Sécurité au Travail, le directeur général l’a reçu avec joie et satisfaction.

Pour le numéro un de la Setrag, l’exploit sportif réalisé par ses poulains est réconfortant d’autant plus qu’il vient s’ajouter à d’autres obtenus dans le même élan, nonobstant les contraintes professionnelles pas toujours évidentes. Pour le directeur général, la pratique sera toujours maintenue et sera étendue sur le long de la voie ferrée, car pour lui ses collègues doivent avoir un « esprit sain dans un corp sain »,gage d’une bonne santé.

Continuer La Lecture

Sport

Gabon: snobée par le ministère des Sports, la Fédération gabonaise des échecs en appelle à l’intervention du CTRI

Publié

sur

Plus de 3000 ans après son invention, le jeu d’échecs, reconnu comme un sport depuis 2000 en France, demeure majoritairement méconnu au Gabon. Et ce n’est pas la faute à la Fédération gabonaise du jeu d’échecs, présidée par Barthélemy BONGO AKANGA NDJILA, qui brave la faim et la soif, pour parvenir à faire connaître auprès de la jeunesse, ce sport cérébral, qui fait chauffer les méninges. Marginalisée par le ministère des Sports, qui s’attèle à réhabiliter les plateaux sportifs, elle peine à représenter le Gabon, lors des compétitions internationales, faute de moyens. Si beaucoup reste à faire pour aboutir à une importante communauté d’amateurs de jeux d’échecs au Gabon, la fédération sollicite des autorités, notamment du Comité de transition pour la restauration des Institutions (CTRI), intérêt, accompagnement et investissements pour que la pratique de ce sport soit connu du plus grand nombre.

Banner

«On ne copie que les meilleurs», rappelle-t-il, et les meilleurs en la matière ont intégré la pratique du jeu d’échecs, au nombre des activités périscolaires. Au Gabon, par le passé, en 2014, le Conseil des Ministres avait pris la décision d’intégrer le Scrabble et le jeu échecs dans les curricula au sein des écoles primaires et secondaires. En effet, chez les jeunes, il aide à améliorer les compétences de rétention de la mémoire et de concentration, des atouts nécessaires, pour construire une école d’excellence, telle que prônée par les nouvelles autorités. Mais ce projet est resté jusqu’à lors, enfermé dans les tiroirs du ministère des Sports et de l’éducation nationale. Dont le nouveau ministre André Jacques AUGAND a récemment été interpellé, sans suite.

Lire aussi  Gabon: Brice MBIKA NDJAMBOU rempile pour un 3e mandat la tête de la Linaf

10 ans après cette décision du Conseil des ministres, c’est le statu quo. Et ajouté à cela, «malheureusement nous n’avons aucune subvention de ce département», fustige Barthélemy BONGO AKANGA NDJILA. «Or, c’est le rôle de l’État d’accompagner le développement des activités sportives quelles qu’elles soient», rappelle-t-il. D’autant que le jeu d’échecs contribue à la formation de la population, notamment les jeunes. Pour le président de la Fédération gabonaise du jeu d’échecs, toujours en attente d’une audience avec le ministre des Sports, cette marginalisation des autorités n’a que trop duré et il serait temps pour le Gabon de valoriser et vulgariser le jeu d’échecs comme cela se fait dans de nombreux pays du monde.

Armés de leur seule passion, pour ce sport et de leur volonté à le rendre populaire au Gabon, les acteurs de la Fédération gabonaise du jeu d’échecs disent ne devoir leur survie qu’à l’implication de quelques mécènes. Qui les ont accompagnés au cours des 4 dernières années dans l’organisation du tournoi national et zonal du jeu d’échecs. Mais faute d’accompagnement de la tutelle et de moyens suffisants, les amateurs de cette discipline n’ont pu porter les couleurs du Gabon, lors du championnat individuel qui se tenait au Nigeria. Pour ces mêmes raisons, les amoureux de ce sport cérébral se sont résolus à s’affronter en ligne pour l’édition 2024, afin d’honorer toujours à ce rendez-vous.

Lire aussi  Gabon: l'Exécutif face à l'épineuse question de l'inflation

Si la pratique du sport est encouragée et encadrée au Gabon, cet encouragement ne devrait pas se limiter aux seuls Football, basketball, handball ou taekwondo. A ce titre, il appartient aux nouvelles autorités pour marquer du sceau du changement le domaine sportif national, de prendre en compte l’ensemble des disciplines qui s’inscrivent dans ce domaine, les soutenir et accompagner leur développement et leur vulgarisation au sein de la société.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.