Se connecter avec nous
Banner

Insolite

Port-Gentil: quand l’amour d’un père surpasse la peur face à un python de 6 mètres

Publié

sur

L’on est passé tout près d’une mort aussi effroyable qu’atroce le 21 décembre 2022, au quartier Sogaresse, dans la commune de Port – gentil, chef – lieu de la province de l’Ogooué – Maritime. En effet, un énorme python de 6 mètres a essayé d’avaler un enfant de sept (7) ans, sans y parvenir ; le papa du gamin étant intervenu juste à temps.

Selon le journal en ligne infos241, les faits se sont déroulés, ce jour – là, dans ce quartier situé non loin de la centrale électrique de N’tchéngué, en début d’après – midi. Benjamin MOUSSAMBI KOUMBA, un garçonnet de 7 ans, fils unique d’Anatole MOUSSAMBI et de Vanessa NZAMBI, un couple de jeunes compatriotes âgés, respectivement de 36 et 28 ans, jouait tranquillement dans la cour arrière du domicile familial, situé à proximité d’un ruisseau, lorsque le redoutable reptile s’approcha, furtivement, de lui, s’enroula autour de sa jambe droite et lui infligea une morsure des plus douloureuses.

Ses cris alertèrent son père, qui était allé chez le boutiquier acheter du pain. Tombant sur cette scène digne d’un film d’horreur, Anatole MOUSSAMBI s’empara d’une latte et en frappa l’animal, qui entraînait déjà son enfant dans les buissons. Mais le serpent n’avait, visiblement, pas l’intention d’abandonner aussi facilement.

«Je l’ai frappé tout de suite. Il a lâché prise un moment. Mais après, il est revenu à la charge. Il aura fallu plus d’une minute pour qu’il se rétracte avant de revenir à la charge une nouvelle fois. J’ai attrapé sa mâchoire pour libérer mon fils», a déclaré ce père héroïque qui, après avoir réussi à maîtriser le reptile, appela sa femme et ses voisins à la rescousse pour en finir avec cet indésirable visiteur.

À coups de machettes et de gourdins, ce python d’une force extraordinaire fut tué, découpé en plusieurs morceaux et sa tête enterrée discrètement. «Il fallait qu’il meurt, pour qu’il n’ait plus l’idée de revenir une nouvelle fois, vu qu’il était d’une agressivité sans pareil. Ma famille se doit d’être en sécurité en ma présence. J’ai déjà eu affaire à ce type de bestiole, mais pas un serpent de 6 mètres», a poursuivi Anatole MOUSSAMBI.

Le python a fini dans les marmites du voisinage, qui s’est régalé avec sa chair ; tandis que le petit Benjamin MOUSSAMBI KOUMBA a été conduit dans une structure sanitaire où ses blessures ont été soignées. Selon le corps médical, sa santé est stable. Ce n’est pas la 1ère fois que ce type d’incident se produit dans la zone : de source concordante, les pythons seraient attirés par la prolifération des chiens errants et des espaces avicoles !!!!

Continuer La Lecture

Insolite

Bitam: ils jettent au sol le cercueil, pour un désaccord lors de la messe funéraire

Publié

sur

Des obsèques qui se terminent en eau de boudin. C’est le fait divers qui alimente actuellement les conversations à Tchimazock, village situé à 15km de Bitam (chef-lieu du département du Ntem, province du Woleu-Ntem). Lors de la messe funéraire à la chapelle catholique locale, une violente dispute aurait éclatée entre la famille et les oncles maternels du défunt. La palabre aurait viré de bord, au point que le cercueil serait tombé de la chair. La vitre de protection se brisant dans ces entrefaites. Alors que tout avait été préalablement bien ficelé à Libreville, la famille va refuser à la dernière minute que le défunt soit enterré chez les oncles maternels. En effet, selon l’accord, la veillée mortuaire et les obsèques devaient se tenir à Tchimazock. Tandis que l’inhumation devait avoir lieu à Zomo. La famille aurait dénoncé ledit accord. D’où la rixe qui a opposé les deux parties. La famille aurait alors exigé le remboursement de toutes les dépenses par elle effectuées pour les obsèques, si la dépouille devait être enterrée à zomo. Il aura fallu l’intervention de Mgr Jean Bernard ASSEKO MVE, curé de la paroisse Cœur immatriculé de Bitam, pour ramener le calme. Un nouveau consensus a abouti à l’enterrement du défunt a Tchimazock en présence des oncles maternels.

MEZ

Continuer La Lecture

Insolite

Les retraités barricadent la route à Oyem,pour réclamer le paiement de leur pension

Publié

sur

Les retraités de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) empêchés de toucher leurs pensions. Ceci, du fait des syndicats de cet organisme de prestations sociales qui bloquent l’accès à leurs locaux. De Libreville à Oyem, en passant par Akanda dans le Grand-Libreville, le son de cloche est le même. Les syndicats CNSS (Synapp, Syp CNSS, Syna – CNSS, etc., réunis au sein de la Cosy CNSS) ont lancé un mouvement de grève afin d’obtenir du gouvernement le paiement du treizième mois. Les victimes expiatoires de ce mouvement d’humeur sont les retraités qui ne peuvent, par voie de conséquence, toucher leurs pensions. Jean Pierre, un d’entre eux, a pesté au micro de nos confrères de “La Libreville”, «j’ai été fonctionnaire. Nous avons la sécurité de l’emploi. Nous avons une bonne rémunération. Et voilà que certains en demandent toujours plus». À Oyem, les retraités ont, à leur tour, posé des barricades sur la voie publique en guise de protestation contre le sort à eux réservé. «À cause de ces gens-là, nous avons passé la période des fêtes dans des conditions difficiles. Donc nous aussi, nous posons des barricades pour nous faire entendre», fulmine un retraité au micro de “Noor TV”.

Continuer La Lecture

Insolite

Gabon /Violences faites aux femmes: l’humoriste Chambre à Louer gifle une compatriote

Publié

sur

Les agents du programme Gabon Egalité semblent avoir du pain sur la planche, tant il apparaît que ce n’est pas demain la veille que les violences faites aux femmes seront éradiquées dans notre pays. Et ce n’est certainement pas Chambre à louer, l’un des humoristes les plus populaires de notre pays, qui nous contredira, lui qui vient de s’offrir une image dont il n’avait certainement pas besoin.

En effet, dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, l’on peut voir l’artiste donner une gifle à une jeune fille. Selon l’activiste Badecon en Chef, tout serait parti du fait que Chambre à louer, en visite à la Cité Pépinière des Charbonnages, n’aurait pas apprécié qu’une femme, assise dans un bar, avec ses sœurs, le prenne en photo. Il aurait alors demandé à cette dernière d’effacer la photo. Ce qui fut fait, en sa présence.

Une heure plus tard, se rendant compte que la jeune femme et ses sœurs continuent de parler de l’incident, tout en marquant leur étonnement, puisqu’il s’agit, quand même, d’une personnalité publique, l’humoriste revient sur ses pas et les somme de ne pas parler de lui. Elles rétorquent, alors, en chœur, que la photo a été effacée et que cette nouvelle discussion n’a pas lieu d’être.

«Vous voulez que je vous montre la sauvagerie ?», aurait – il demandé. A leur réponse positive, l’humoriste aurait renversé la table, qui portait une dizaine de bouteilles, sur la gente féminine qui la partageait. L’une d’elles lui a indiqué qu’il devra payer les dégâts, en réponse il aurait agressé physiquement cette dernière.

Dans l’extrait filmé et qui circule sur les différentes plateformes, Chambre à Louer est clairement vu , giflant une des jeunes femmes avec lesquelles il aurait été en conflit. Au diable le concept “He for she” et tout ce que cela implique. Voilà une image que les 975 000 abonnés de l’humoriste ignoraient du jeune homme, qui a aimé s’exposer avec ses pairs à travers le continent et qui ne l’approuveraient pas à coups sûrs.

Dépassé par la célébrité ? Peut-on se demander. Chambre à louer ignore – t- il que lorsque l’on devient une personnalité publique, l’on n’a plus, tout à fait, une vie privée ? craignait – il quelque chose, en particulier, avec cette photo ? dans tous les cas, sa réaction, face à la situation, était disproportionnée, et pourrait lui attirer des ennuis, en tête desquels une chute drastique de sa popularité. Car oui, au Gabon, on combat publiquement les hommes qui sont à l’origine des violences physiques et même psychologiques chez les femmes.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.