Se connecter avec nous

Éducation

Libreville: des affrontements entre élèves de LTNOB et LPIG font plusieurs blessés et interpellations

Publié

sur

Le 11 novembre 2022, une bagarre générale a éclaté entre des élèves du lycée technique national Omar BONGO (LTNOB) et leurs condisciples du lycée Paul INDJENDJET NGONDJOUT (LPIG). Ces heurts ont occasionné de nombreux blessés mais aussi l’arrestation, par l’unité spéciale d’intervention (USI) des forces de police nationale (FPN), des protagonistes.

Banner

Selon le quotidien l’Union, qui relate les faits, tout serait parti d’un élève du LTNOB qui se serait introduit, aux environs de 10h, ce jour – là, dans l’enceinte du LPIG afin de rendre visite à une connaissance. Un acte intolérable aux yeux de certains garçons du LPIG qui se seraient mis à huer ‘’l’intrus’’ et, même, à lui lancer des projectiles. La réaction de l’élève du LTNOB ne s’est pas fait attendre.

«Il n’a pas hésité à rendre les injures par les injures, il se serait même permis de lever un doigt d’honneur à l’endroit de ses agresseurs. Et ceux – ci n’ont pas hésité à passer à la vitesse supérieure en le molestant. Son uniforme scolaire a même été déchiré. Après avoir réussi à échapper à ses agresseurs, il a juré de faire payer le prix fort à ces derniers», a déclaré un témoin à nos confrères.

Lire aussi  Coupe du monde en HD sur Gabon 1ere, violences scolaires, affaire NZOUBA NDAMA, ... Découvrez l'actualité marquante

Joignant l’acte à la parole, l’élève supplicié va ameuter ses camarades du LTNOB qui, en très grand nombre, armés de gourdins, vont prendre la direction, à pied, du LPIG, dans l’intention de «venger» leur camarade. Sur leur passage, tout ce qui pouvait se rapporter au lycée Paul INDJENDJET GONDJOUT était pris pour cible ; ce qui fait que plusieurs élèves dudit lycée, qui n’avaient rien à voir avec la mésaventure vécue par celui du LTNOB, ont passé un sale quart d’heure.

Cette rixe a ,également, engendré des dégâts matériels importants, dont des bus Sogatra et Trans’urb, qui ont été arraisonnés avant d’être caillassés. L’intervention de l’Unité spéciale d’intervention (USI) a permis le rétablissement de l’ordre public et, selon certaines sources, les apprenants qui ont été interpellés devront s’expliquer devant la justice. L’administration du LTNOB pourrait aussi prendre des sanctions à l’égard des mis en cause.

Il est opportun de noter que la Ministre de l’Education Nationale, Camélia NTOUTOUME – LECLERQ, dans un message publié sur sa page Facebook, a tenu à mettre en garde les élèves auteurs de violences en milieu scolaire (VMS). «Nous mettons tout en œuvre pour stopper cette manipulation des consciences afin d’éviter tout dérapage qui exposerait nos enfants négativement et dont les conséquences académiques et pénales pourraient détruire leur avenir», a écrit le membre du Gouvernement.

Éducation

Libreville/ Lycée privé Ba OUMAR: surpris par un contrôle de police, plusieurs élèves interpellés

Publié

sur

Les premières heures de cette journée du 13 février 2024, laissaient présager que ne serait pas comme les autres. Et pour cause, dès 6 heures du matin, sur le parking jouxtant le lycée privé Ba OUMAR sis au quartier Bas de Gué-Gué, des véhicules neufs de l’unité spécial d’intervention de la Police de Libreville annonçaient la couleur d’une matinée spéciale. 

Banner

Postés à l’entrée de l’établissement, des agents en tenue procèdent à la fouille minutieuse des sacs de tous les élèves qui accèdent à l’établissement. En file indienne, les apprenants présentent leurs affaires et regagnent leurs salles de classes si le contenu de leurs effets est jugé convenable pour l’activité scolaire. 

D’autres par contre, sont interpellés , dévêtus de leurs chemises scolaires et regagnent le véhicule de police. Car, explique un agent de l’USI, «nous avons procédé à la fouille des élèves ce matin et interpellé des élèves qui avaient dans leurs sacs des couteaux et des paires de ciseaux à une manche». Précisant que ces objets n’étaient absolument pas compatibles avec les activités effectuées à l’école. 

Si le sort des apprenants n’est pas encore connu, l’opération saluée par les passants curieux, gagnerait à être répandue au sein de l’ensemble des établissements du pays, où les faits d’extrême violence sont régulièrement dénoncés. Et pour lesquels l’instauration d’une police scolaire avait été sollicitée. Et si les établissements du Gabon disposaient d’éléments de forces de l’ordre aux abords, comme c’est le cas pour le Complexe scolaire Les Bérets verts de Nzeng-ayong,  la violence à l’école serait peut-être revue à la baisse. 

Lire aussi  Coupe du monde en HD sur Gabon 1ere, violences scolaires, affaire NZOUBA NDAMA, ... Découvrez l'actualité marquante
Continuer La Lecture

Éducation

Gabon / Bourse synergie: l’OPRAG et ses partenaires donnent le top départ

Publié

sur

Une opportunité en or, c’est cela que vient d’offrir l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), porteur du projet de la bourse synergie, attribuée à une cinquantaine d’étudiants gabonais. De l’or brut, raffiné au cours des deux prochaines années, au Centre international multisectoriel pour l’enseignement et la formation professionnelle (CIMEFP), pour garantir d’une main-d’oeuvre qualifiée aux secteurs portuaire et maritime. La rencontre de ce 09 février 2024, qui rassemblait les représentants des différentes parties, dont l’Oprag, l’Agence nationale des Bourses du Gabon (ANBG)et le CIMEFP, donnait le coup d’envoi de ce programme de formation.

Banner

Au coeur de ce partenariat d’envergure, initié par l’OPRAG et la communauté portuaire, les étudiants «triés sur le volet», après avoir répondu à «une batterie d’exigences», ont été appelés par le Président du Conseil d’administration de l’ANBG, Guy Martial NKIET, à faire preuve de «détermination, du respect des exigences», mais par-dessus tout «à prendre conscience des réalités de ce projet», dont les cours débuteront dès le 12 février 2024. Et qui répond au besoin essentiel «d’enrichir» la communauté portuaire et marine d’une main-d’oeuvre locale, qualifiée et compétente.

Marquant une avancée dans le programme d’adéquation formation – emploi mis en place pour réduire le chômage chez les jeunes et faciliter leur insertion professionnelle, le Directeur général du CIMEFP, a dit son adhésion immédiate au projet de l’OPRAG. «Pour les jeunes, c’est vraiment un opportunité à saisir, parce que vous allez être formés à votre poste de travail à venir», a adressé Jean Fidèle KOUMBA aux bénéficiaires du programme. Non, sans leur dire son vif espoir de les voir intégrer la communauté portuaire et maritime à l’issue de leur formation.

Lire aussi  Owendo: un faux élève trouble-fête du LTNOB mis hors d'état de nuire

Un espoir partagé, par les apprenants, qui ont adressé une «salve de remerciements» aux parties prenantes du programme de «bourse synergie». Ainsi, prenant la parole au nom de ses camarades de promotion, Juste Constant LIBIYA, 21 ans, prétendant au BTS Maintenance des équipements nautiques, a rassuré les autorités administratives présente de leur volonté à réussir. Ainsi, a-t-il déclaré, «voudrai-je vous rassurer de la détermination qui est la nôtre et que nous attendons démontrer tout au long de cette formation qui je le sais sera d’excellence».

Pour les étudiants qui ont été gratifiés par l’OPRAG du paiement de la moitié des frais annexes liés à leur inscription au CIMEFP, les mots semblent faibles pour dire leur reconnaissance. Non seulement pour leur formation, mais également pour la porte ouverte à un emploi de qualité, qui leur permettra, pour les meilleurs, de s’assurer d’un avenir stable. Mais pour l’heure, ce n’est que courage, abnégation et excellence, que nous souhaitons à cette jeunesse, qui devra à son tour, relever le niveau de compétence de leurs métiers respectifs.

Continuer La Lecture

Éducation

Gabon / Bourse synergie: la communauté portuaire accompagne 8 jeunes en maintenance des équipements nautiques

Publié

sur

Quoique de manière timide, le Gabon intègre la notion de l’adéquation formation-emploi. Former la main-d’œuvre locale pour disposer d’une compétence nationale pour des métiers qui nécessitent très souvent une expertise extérieure. Après le secteur de l’aviation civile, c’est au tour de la communauté portuaire de solliciter l’intérêt des jeunes au métier de la maintenance des équipements nautiques. 

Banner

À cet effet, en partenariat avec l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG), les entreprises de la communauté portuaire du Gabon ont initié la “Bourse synergie”. Qui, permettra à 8 jeunes bacheliers gabonais de suivre cette formation, au Centre international multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel (CIMFEP) de Nkok.  

Les intéressés disposent de quelques jours seulement pour se manifester, s’ils répondent aux critères imposés que sont: être de nationalité gabonaise, bachelier session 2023 de séries C,D,S et techniques, avoir obtenu une moyenne annuelle d’au moins 10/20, être âgé de 22 à 27 ans, ne pas avoir été retenu dans un concours ou programme similaire et enfin avoir fait sa demande de bourse sur le site dédié à cet effet. 

Le 29 janvier au plus tard, les candidats devront déposer leurs dossiers constitués d’un formulaire de candidature, d’une copie du bulletin annuel de la classe de terminale, les copies d’admission au baccalauréat et relevé de notes, ainsi qu’une photo d’identité, au service courrier de l’ANBG. 

Lire aussi  Owendo: un faux élève trouble-fête du LTNOB mis hors d'état de nuire
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.