Libreville: Une panne cause le crash d’un avion mystique à Bambouchine

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans le 6è arrondissement de la commune de Libreville, une dame aurait accidentellement « atterri » dans une concession privée autour de 1h du matin après que, selon ses aveux, son voyage mystique nocturne ait été perturbé par une panne de son “jet”, à bord duquel se trouvait également sa mère et sa sœur.

Le quartier Bambouchine a été récemment le théâtre d’un fait insolite digne des productions cinématographiques nigérianes communément appelées “Nollywood”. En effet, les habitants d’une concession privée à Bambouchine ont été réveillés dans la nuit du jeudi 3 octobre au vendredi 4 octobre 2020 par un vacarme inhabituel.

Selon “Mediaposte” qui rapporte ce fait divers abracadabrant, ce serait l’atterrissage en catastrophe de la voyageuse nocturne qui aurait alerté les habitants de la concession de la dénommée Marie Hermine PANGA. Tirés brutalement de leurs sommeils par le bruit, ces derniers se précipitent sur les lieux pour voir de quoi il en retourne.

Sur place ils seront surpris de se retrouver nez à nez avec un bambin de 2 ans environ couché à même le sol. Puis par la suite, l’enfant va se muer tout doucement en prenant la forme d’une femme d’âge mûr, maquillée entièrement de kaolin, sous le regard ahuri des spectateurs, réunis au lieu dit “Pont ASSELE”, où la scène se serait déroulée.

Questionnée par les riverains, la femme aurait expliqué, de façon très évasive, qu’elle était « en balade » avec sa sœur et sa mère quand leur « jet dernière génération » aurait subi une avarie, qui a conduit à un crash. Raison pour laquelle elle se serait retrouvée dans la concession à cette heure. À en croire “Mediaposte”, la mère de la femme, qui était le pilote, est une certaine Charlotte et serait une habitante d’Akebe-ville à Lebamba, dans la province de la Ngounié.

La femme, qui serait d’ailleurs d’ethnie Nzebi, a quant à elle, été embarquée par les éléments du commissariat de Nzeng-Ayong, venus sur les lieux vers 4 h du matin. C’est une histoire surréaliste qui promet de faire encore parler pendant un bon moment à Bambouchine.

Share.

About Author

Leave A Reply