Gabon: le CESE appuie la politique agricole du gouvernement 

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

À l’occasion de la clôture de la deuxième session ordinaire du Conseil économique, social et environnemental (Cese), ce 24 septembre 2020, les conseillers membres de l’institution ont rendu leur verdict quant au plan d’actions proposé par le ministre de l’Agriculture, Biendi MAGANGA-MOUSSAVOU, devant permettre de pallier aux insuffisances du secteur agricole. Et c’est d’une large majorité que ces derniers ont corroborer la stratégie amenée par le gouvernement OSSOUKA RAPONDA. 

Le CESE a donné son approbation au plan d’urgence du ministère de l’agriculture. Il exhorte par ailleurs l’ensemble de l’équipe gouvernementale à faire aboutir chacune d’entre elles. Notamment, celle concernant la distribution des titres fonciers pour des terres agricoles. Dans le prolongement de cette recommandation,  le Conseil, a demandé au gouvernement de promulguer une loi, qui devra protéger les industries naissantes du secteur agricole. 

Toutefois,les membres de l’institution demeurent conscients des objectifs souhaité par le gouvernement conformément à la vision du président de la république que sont de réduire de moitié les importations des denrées alimentaires d’ici 2022. C’est donc dans ce sens qu’ils  ont enjoint les autorités compétentes de fixer une date d’interdiction d’importation du poulet de chair, de manière à favoriser la production ovine locale. 

Ces recommandations font suite à la présentation de Biendi MAGANGA-MOUSSAVOU, le 9 septembre dernier, lors de son audition devant le Conseil, où il a exposé son plan d’urgence, pour mieux répondre aux besoins liés à l’alimentation, notamment en cette période crise sanitaire. Au milieu de celui-ci, le ministre avait annoncé, l’ouverture prochaine de 5 laboratoires d’analyse dont un laboratoire vétérinaire, la réhabilitation de l’École Nationale de Développement Rurale d’Oyem (ENDR) avec l’ouverture d’un lycée agricole à Lébamba, la distribution des titres fonciers pour des terres agricoles sans oublier le dispositif sanitaire qui est actuellement mis en place à Eboro et Meyo-Kye pour le contrôle des aliments à la frontière entre le Gabon et le Cameroun.

Share.

About Author

Leave A Reply