Gabon /Covid-19: Biendi MAGANGA-MOUSSAVOU auditionné au CESE

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

En application de l’article 104 de la Constitution, ce mercredi 9 septembre 2020, à la demande des conseillers membres du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), le ministre de l’Agriculture, Biendi MAGANGA-MOUSSAVOU, a été auditionné pour la deuxième session ordinaire de l’année 2020 sous le thème “Comment concilier les impératifs de sécurité alimentaire et ceux de sécurité sanitaire face à la pandémie de la Covid-19 ? “.

 Au regarde de la situation sanitaire qui a un impact sur tous les secteurs d’activités, l’agriculture n’étant pas en marge, les quatre-vingt-dix-neuf (99) conseillers membres du CESE, tous présents à l’exception de son président René NDEMEZO’O OBIANG, ont trouvé juste d’interroger le ministre de l’Agriculture sur les missions prioritaires pour concilier les impératifs de sécurité alimentaire face à la pandémie de la Covid-19. 

Ainsi, le ministre en ouverture de son propos s’est exprimé sur les actions en vue de rendre le secteur Agricole compétitif, afin de répondre aux besoins liés à l’alimentation. En effet, Biendi MAGANGA-MOUSSAVOU a aussi durant son discours défini les faiblesses du Gabon liées au foncier, à la formation, à la disponibilité des intrants, à la logistique, au contrôle de la chaîne de valeur, à l’absence d’un cadre législatif et réglementaire dans le secteur agricole. 

Sans pour autant omettre d’évoquer des actions pour équilibrer ces faiblesses, le membre du gouvernement a par conséquent annoncé l’ouverture prochaine de cinq (5) laboratoires d’analyse dont un laboratoire vétérinaire, une première pour le Gabon. En plus de ces laboratoires, le ministre a également évoqué la réhabilitation pour la prochaine année académique de l’École Nationale de Développement Rurale d’Oyem (ENDR) mais surtout l’ouverture d’un lycée agricole à Lébamba dans la province de la Ngounié.  Et la distribution des titres fonciers pour des terres agricoles sans oublier le dispositif sanitaire qui est actuellement mis en place à Eboro et Meyo-Kye pour le contrôle des aliments à la frontière entre le Gabon et le Cameroun.

Au terme de cette audition, les conseillers économiques, sociaux et environnementaux ont salué l’ensemble des initiatives prises par le ministre pour palier aux faiblesses du secteur agricole au Gabon en cette période délicate que traverse le pays et le monde en générale.

Carel OKAYE 

Share.

About Author

Leave A Reply