Gabon: Alexandre Désiré TAPOYO, symbole de la brouille entre Jean-Boniface et Nicole ASSELE ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors qu’hier mardi 8 septembre 2020, une décision signée de Jean-Boniface ASSELE, président du Conseil Politique du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), faisait état de l’exclusion du parti, d’Alexandre Désiré TAPOYO, Délégué Général adjoint I, un communiqué de Nicole ASSELE fustigeant cette décision est intervenu quelques heures plus tard. De quoi ajouter à la confusion des témoins de ce feuilleton dramatique politico-familial, qui se demandent ce qu’il se passe réellement chez les ASSELE.

Selon “La Loupe” (N472), la décision d’exclure du parti le collaborateur direct de Nicole ASSELE était motivée un certain nombre de préjudices causés au parti par ce dernier. Entre autres, en plus du défaut de présentation à son audition par le conseil de discipline, l’intéressé aurait fait montre d’un mépris récurrent des instructions venant de la hiérarchie du parti, notamment celle relative à la suspension des installations.

D’autre part, il est reproché au délégué général adjoint I est pointé du doigt pour sa propension à faire publier des articles tendancieux dans la presse, l’usurpation de mandat, la tenue de discours qui nuisent à des partis et personnes alliés. Autant de griefs qui ont conduit la hiérarchie du CLR à exclure purement et simplement Alexandre Désiré TAPOYO, qui par l’effet immédiat de celle-ci, n’a donc plus qualité à s’exprimer au nom de celui-ci.

En réaction presque immédiate, l’ex-Directrice Générale de la CNSS, a vite fait de s’insurger par voie de communiqué, contre une décision émanant du cabinet de son père. « Grande est ma surprise de constater, une fois de plus, alors qu’une procédure disciplinaire est en cours pour des faits similaires, qu’une note, qui émanerait du cabinet du président du conseil politique et dont la délégation générale n’a pas connaissance, se trouve à nouveau diffusée », a-t-elle indiquée.

« Concernant cette décision d’exclusion définitive du Parti du camarade Alexandre Désiré TAPOYO, aucune disposition statutaire ne permet au cabinet du président du Conseil politique de se substituer au conseil politique qui statue à la majorité des ⅔ de ses membres, pour décider de l’exclusion d’un militant », a-t-elle ajouté. Toutes choses qui laissent croire que l’exclusion du délégué général adjoint I n’a pas fini de faire parler dans les rangs du CLR.

Toujours selon “La Loupe”, cette formation politique serait rythmée par une mésentente sourde entre un cercle restreint autour de Jean-Boniface ASSELE qui serait hostile à l’héritière de ce dernier, Nicole ASSELE, et son adjoint. Cette dernière accuserait même le groupuscule d’« abus de faiblesse » sur la personne de son père, au regard des décisions prises récemment dans le cadre du Parti. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre, le feu couve chez les ASSELE, et l’on n’a certainement pas encore entendu le fin mot de cette histoire… à suivre.

Share.

About Author

Leave A Reply