dimanche, février 23

Gabon: quid de la nomination de Noureddin BONGO VALENTIN au sommet de l’État ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce vendredi 6 décembre 2019, Jessye ELLA EKOGHA, fraîchement nommé porte parole de la Présidence de la République, a fait le point sur les nominations intervenues le 5 décembre dernier. Sa première rencontre avec la presse nationale a été l’occasion, de justifier les choix du président de la République, notamment celui de son fils Noureddin BONGO VALENTIN, au poste de coordinateur général des affaires présidentielles.

Outre les changements observés au sein du gouvernement, le Conseil des ministres du 5 décembre a été marqué par la réorganisation des services de la Présidence de la République. En tête de laquelle, la nomination de Noureddin BONGO VALENTIN en qualité de coordinateur général des affaires présidentielles. Chargé d’assister le président de la République dans la conduite de toutes les affaires de l’Etat et de veiller à la stricte application de ses décisions, ce dernier, selon le porte-parole dispose des compétences requises pour assurer cette fonction.

«Un, il a toutes les compétences requises. Je vous rappelle qu’il est diplômé de deux des établissements les plus prestigieux au monde, l’Eton College, l’Institut d’études orientales et africaines, la London School of Economics notamment. Et qu’il dispose d’une solide expérience professionnelle – il a été DGA d’Olam Gabon, la plus grande entreprise privée du pays – et d’une parfaite connaissance de la chose publique et du fonctionnement de l’Etat», justifie-t-il.

Par ailleurs, et plus important dirons-nous au vu des récents événements au sommet de l’État, «Noureddin BONGO VALENTIN dispose de la confiance absolue du chef de l’Etat qui est libre de choisir, sans exclusive, les personnes avec lesquelles il souhaite travailler», a ajouté Jessye ELLA EKOGHA, à l’attention des pourfendeurs des choix de collaborateurs du président, arguant au passage des cas des pays souvent cités comme modèles en matière de gouvernance et de démocratie.

«Est-ce si extraordinaire que cela pour un Président de la République de s’entourer, dans le cadre de son travail, d’un membre de sa famille ? D’abord, au Gabon, par le passé, on a déjà connu une telle situation. Ensuite, si on regarde ailleurs dans le monde, on constate que c’est une chose courante. Un exemple ? Allez, je vous en donne deux. Le président de la première puissance mondiale, les Etats-Unis, Donald TRUMP a pour principaux collaborateurs sa fille, Ivanka TRUMP et son gendre, Jared KUSHNER, tous deux occupants des fonctions officielles importantes à la Maison Blanche».

Cette position servira-t-elle à taire les rumeurs sur une éventuelle monarchisation du pouvoir gabonais? Pas si sûr! Quelques heures après la nomination de Noureddin BONGO VALENTIN, une partie de l’opposition par la voie d’Alexandre BARRO CHAMBRIER, président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) s’est empressé de crier aux loups. Et, l’homme politique a indiqué dans une publication sur son compte Twitter, que la propulsion du fils d’Ali Bongo Ondimba au sein de la présidence de la République comme « une provocation de trop».

Share.

About Author

Leave A Reply