lundi, avril 6

Justin NDOUDANGOYE exige d’Idriss NGARI et Aurélien NTOUTOUME, le respect des procédures légales de levée de son immunité

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

C’est dans une note circulaire en date du 18 décembre 2019 que le 1er vice-président de l’Assemblée Nationale, Idriss NGARI, convoquait une réunion du bureau de cette institution avec pour unique ordre du jour : « Examen de la demande de la levée de l’immunité parlementaire de l’Honorable Justin Ndoudangoye, Député du siège unique du 2è arrondissement de la commune de Franceville ». Une façon de faire qui n’est pas du goût du député incriminé, qui a exigé de ses pairs, le strict respect des textes en vigueur, notamment le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.

Le zèle et la célérité des sieurs Idriss NGARI et Aurélien NTOUTOUME, président de la commission ad hoc en charge du dossier, ont rappelé à l’ancien ministre des Transports que le Gabon est supposé être un Etat de droit. Sous le coup d’une procédure de levée de son immunité parlementaire, celui que l’on appelle affectueusement “Okulu la solution“, serait aussi l’objet d’une chasse à l’homme, observent plusieurs analystes. Cela, au vu de l’empressement qui semble caractériser la procédure de levée de l’immunité de l’intéressé.

À en croire nos confrères des “Echos du Nord” (N°661), ladite procédure serait tellement viciée qu’elle aurait amené Justin NDOUDANGOYE à se refuser à toute audition par la commission ad hoc, en dehors du respect de la procédure en la matière, conformément à l’article 96 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale qui stipule : « Il est constitué, pour chaque demande de levée de l’immunité parlementaire d’un Député ou pour chaque demande de suspension de poursuites déjà engagées, une commission ad hoc de (11) onze membres nommés en tenant compte de la configuration de l’Assemblée Nationale ».

Le député de Franceville souhaiterait donc au préalable, avoir connaissance de la composition conforme de la commission ad hoc, par des députés de la majorité comme de l’opposition. En attendant, il a donc pour l’heure, trouvé un abri précaire sous couvert du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, auquel sont tenus de se plier tous les sociétaires de ladite institution, y compris Idriss NGARI et Aurélien NTOUTOUME. Visiblement, tel le Messie, sachant que son heure vient, “Okulu” vient manifestement de trouver la “solution“. Mais pour combien de temps ? Affaire à suivre…

Share.

About Author

Leave A Reply