CNSS : «les paresseux seront virés,  parce que trop, c’est trop!», dixit Nicole ASSELE

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce jeudi 06 juin 2019, la directrice de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Nicole ASSELE s’est adressée aux retraités venus siéger au siège de l’entreprise, pour percevoir leur pension. Son propos directif, empathique et réprimant a adressé une menace de licenciement aux responsables des services en charge de la régularisation des dossiers des retraités en attente de leurs premières pensions.

La colère des retraités a révélé chez la directrice de la CNSS le manque de dynamisme de son personnel. Visiblement, les dossiers semblent y être traités à pas de tortue. Et ce sont les retraités en attentes de leur premier versement qui en pâtissent. Une situation qui agace farouchement Nicole ASSELE, qui a dressé une menace sur la tête des responsables en charge de l’avancement desdits dossiers.

«Les différents responsables vont traiter vos dossiers durant tout le mois de juin. Et si au prochain paiement, vous n’êtes pas rentrés pas en possession de vos droits, ils seront tous virés et j’en prends l’entière responsabilité. Parce que trop c’est trop! Que chacun prenne ses responsabilités», a-t-elle promis aux pensionnaires, telle une contrepartie de leur insatisfaction.

Pourtant la paresse des agents CNSS n’est pas la seule raison à la lenteur du traitement des dossiers. En effet, Nicole ASSELE a rappelé que la principale cause relève de l’absence des versements des cotisations par les employeurs. Et jouant cartes sur table avec les retraités venus inonder la Caisse de sécurité sociale ce jour, elle a désigné sans sourciller une autre cause à ce problème.

«Et c’est vous les retraités qui l’encourager ! J’ai mis en place une cellule plainte dans toutes les agences CNSS qui travaille directement avec moi. Vous avez le devoir de la saisir si votre dossier n’avance pas, 15 jours après le début de la procédure de traitement. Aujourd’hui, il y a 19 agents de la CNSS qui ont été licenciés, cinq sont en prison. C’est donc à vous de nous aider à régler vos problèmes», a-t-elle martelé à l’assemblée.

La directrice générale a conclu son propos en invitant les personnes dont les employeurs ne sont pas à jour de leurs cotisations, de se rapprocher de ces derniers, afin d’en solliciter le recouvrement. Pour ceux dont les employeurs ont mis la clé sous la porte, «les dossiers ont été portés au niveau du gouvernement pour voir comment aider les retraités de ces défuntes structures». Pour l’heure, de son côté, la CNSS poursuit sa guerre contre les sociétés cumulant des arriérés de paiements des cotisations.

Share.

About Author

Leave A Reply