Se connecter avec nous
Banner

Société/Environnement

Gabon: les solutions de Youri Dissouva pour sortir le secteur touristique de l’ornière

Publié

sur

Et si le Gabon devenait la nouvelle destination touristique africaine, au même titre que l’Afrique du sud, le Kenya et le Maroc qui attirent des millions de touristes chaque année. Avec sa diversité culturelle, animalière et florale qui s’étend sur 3 millions d’hectares, ainsi que ses nombreux parcs nationaux, le tourisme gabonais demeure pourtant en queue de peloton de l’économie nationale, dont il représente moins de 10%. Une situation qui loin de conforter, révolte certains citoyens à l’instar de Youri Dissouva Kambel, manager général de l’agence touristique, «Gabon vert tour». Ce dernier, dans un récent entretien, accordé à la rédaction de Gabon365, a proposé, parmi tant d’autres, quelques solutions qui pourront subsidiairement renforcer l’économie nationale dans sa politique de diversification, tout en contribuant à un réel essor du secteur touristique.

Du haut de son mètre 86, Youri Dissouva Kambel, sous un air de Robert Mugabe, étrille sans complaisance les différentes politiques mises en place en les qualifiant de «grand échec national». Notamment, au vu du potentiel que regorge le Gabon et des investissements consentis dans un secteur qui reste étranger même de ses compatriotes. Comment vendre au mieux la destination Gabon, quelle est la stratégie idéale? Le promoteur de «Gabon vert tour», sans fantasme, sans ambages répond par un triptyque.

«Nous en sommes encore à un niveau primaire le tourisme n’a pas débuté au Gabon. Il ne suffit pas d’avoir de la volonté, mais il faut des gestes, des faits et des résultats», a-t-il lancé. Avant d’ajouter en guise de première solution, «le tourisme est un domaine technique qui nécessite des approches et des objectifs techniques pour pouvoir arriver à terme à un satisfecit. Il faut donc, à la place qu’il faut, l’homme qu’il faut».

Dans un deuxième temps, «Il faut faire une rétrospective. Aller dans les universités pour retrouver des thèses de recherche faites autour du tourisme, consulter les archives, les projets, pour pouvoir faire un travail de continuité» a-t-il poursuivi.

Enfin, le développeur de produits touristiques a indiqué que, au delà de la promotion des loisirs, deux principaux acteurs doivent intervenir au-delà de l’État: les gabonais et les investisseurs privés. «Investisseurs privés, compagnies aériennes, secteur hôtelier, compagnies de transport ont tous un rôle prépondérant à jouer dans le développement du tourisme. Et ils ne peuvent le faire que si de véritables conditions ont été mises en place par l’État».

Sans toutefois se résigner, Youri Dissouva Kambel, a salué avec beaucoup d’entrain l’entrée au Gouvernement Julien Nkoghe Bekale, de Marie Rosine Itsana, en qualité de ministre du Tourisme. «Je tiens à féliciter l’actuelle ministre, car ça faisait longtemps que nous avons pas eu un ministre avec une seule tutelle. C’est donc une occasion inespérée pour le Gabon de voir tous les paramètres. Je lui conseillerais donc de s’entourer d’une bonne équipe technique et jeune afin de l’aider à participer au développement et à l’innovation touristique», a-t-il conclu.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faits Divers

Libreville: les m*urt*iers du boutiquier d’Acaé rattrapés par la PJ

Publié

sur

La police judiciaire (PJ) a finalement appréhendé les trois meurtriers d’Amadou DIOP, ressortissant sénégalais de 36 ans qui tenait une petite échoppe au quartier Acae, dans le 5e arrondissement de Libreville. Les 3 indélicats répondent aux noms de Dan MAMBOUNDOU, alias Flameur, (gabonais) 30 ans, Olivier ABOUI AKOUÉ alias Richi (gabonais), 26 ans et Bruno NGOLEINE, 33 ans (togolais) 33 ans. Un 4e élément a été interpellé avec la bande du nom de Koami SODJINE (togolais). Les faits remontent au mercredi 11 janvier dernier. Après avoir sauvagement assassiné le boutiquier, les trois lascars ont pris la fuite. Mais leur cavale n’aura duré que 3 semaines. Face aux enquêteurs de la PJ, ainsi que le rapporte “Médias 241”, les meurtriers reconnaissent et expliquent qu’il ne s’agirait pas d’un assassinat prémédité, mais plutôt d’un braquage qui aurait mal tourné : « Le jour du crime, nous étions venus simplement pour braquer le boutiquier, on voulait prendre la recette du jour et partir. Sauf que devant la forte résistance opposée par le boutiquier, ont sera obligé de le ligoter avant de le poignarder ». Au moment où nous mettions sous presse, les trois malfaiteurs étaient encore aux mains de la PJ. En attendant de passer devant le procureur avant d’être déférés à la prison centrale de Libreville.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Gabon: il encaisse un coup de machette pour un regard “de travers”

Publié

sur

Elvan NDONG, jeune gabonais de 22 ans, a sauvagement agressé Wilfried BIVIGOU BIVIGOU, son collègue, à la machette. Les faits, rapportés par “L’Union”, se sont déroulés mercredi 25 janvier dernier au district de Makouké (province du Moyen-Ogooué), sur le site des installations de l’entreprise Bance et frères, sous-traitant dans les plantations d’Olam. Wilfried BIVIGOU BIVIGOU qui s’en est sorti avec une grosse entaille sur le bras gauche a été immédiatement conduit dans l’unité sanitaire la plus proche. Tout serait parti d’un simple échange de regard. Elvan NDONG n’aurait pas apprécié que son collègue de travail le zieute de travers. À la fin de la journée, tous les employés embarquent à bord des véhicules de transport pour regagner leurs domiciles. Elvan NDONG et Wilfried BIVIGOU BIVIGOU sont assis l’un face à l’autre. C’est là que tout aurait dégénéré. N’appréciant pas le regard de son collègue sur lui, l’agresseur se serait armé d’une machette qui ne serait pas la sienne et aurait frappé son protagoniste qui a tout juste le réflexe de se protéger le visage. Elvan NDONG a été maîtrise in extremis par les autres collègues qui ne s’expliquent pas jusque-là, ce qui a pu conduire à cette escalade de violence.

MEZ

Continuer La Lecture

Faits Divers

Koulamoutou: une ado m*urt pendant le cours d’EPS

Publié

sur

Vendredi 20 janvier 2023, Darly NGONGO, élève de 4e M5 du lycée Jean Stanislas MIGOLET de Koulamoutou, capitale provinciale de l’Ogooué-Lolo a trouvé la mort en plein cours d’Éducation physique et sportive(EPS). Soudainement été prise d’un malaise durant un exercice de sport, la lycéenne a été rapidement conduite dans la structure sanitaire la plus proche. Les médecins constateront simplement le décès de la fillette. Les causes du décès n’ont pas encore été révélées par les autorités compétentes.

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.