Se connecter avec nous

Société

Viol à l’église: silence complice ou impuissance des autorités religieuses ? 

Publié

sur

L’on ne finit d’évoquer dans l’actualité des faits de viol sur mineurs. Un crime, qui témoigne du niveau de l’immoralité de certains individus, que l’on serait tentés d’emmener à l’église pour «chasser les mauvais esprits», qui les tourmenteraient. Mais quelle solution, quand le «mauvais esprit» réside au sein de la maison dite «De Dieu»? Que disent les autorités religieuses, alors que le viol souvent de «délivrance» est commis au sein du lieu “saint” et par les «bergers» sur leurs plus fidèles brebis. 

Banner

À Libreville, un père de famille ne sait plus à quel saint se vouer, encore moins vers quelles autorités se tourner. Après le viol de sa fille, âgée de 7 ans au moment des faits et autiste, sieur ONANGA aurait déposé une plainte auprès des autorités compétentes, contre son frère en Christ, auteur présumé de l’agression sexuelle subie par l’enfant et confirmée par le corps médical. Entre “le carburant» de «50 000 FCFA» qui lui a été exigé et l’influence du “prophète” d’origine ghanéenne, qui l’aurait accusé de vouloir soutirer de l’argent à son frère en Christ parce qu’il a «faim», le père de la victime, malmené subit dans sa chair, la banalisation du crime commis sur sa progéniture. 

Lire aussi  Oyem: armé d’une paire de ciseaux, il viole une étudiante sur le parvis d’une église

Alors que le viol est puni au Gabon de quinze ans de réclusion criminelle et d’une amende de 50.000.000 de francs au plus, ce père dévasté, qui ne demande que réparation pour sa fille, marquée par ce traumatisme, aurait été appelé à régler cette situation à l’amiable. D’autant que son “frère en Christ” est «malade». Cela ne servirait à rien d’engager des poursuites à son endroit car, la justice «l’enverrait d’abord se faire soigner», a-t-il déclaré à nos confrères de “News life”. Une douche froide pour ce père qui n’aurait reçu aucune compassion de son ministère plutôt une suspension et du dédain. 

Si dans le cas de M. ONANGA, le forfait n’a pas été commis par le “prophète”, le viol à l’église prend de plus en plus de terrain, il serait souhaitable que les autorités religieuses fassent entendre leurs voix sur cette problématique, qui brise la vie de nombreuse jeunes filles. Qui elles n’ont de péché que d’avoir placé leur confiance en un «faux prophète », un mauvais “berger”. La Bible a pourtant prédit «gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs», que l’État devrait encadrer et les forces de l’ordre freiner leur élan. Hélas! 

Société

Publié

sur

Garantir l’employabilité des jeunes, c’est aussi s’assurer de leurs capacités à s’intégrer, persévérer et se maintenir au sein d’une entreprise. Ce 20 février 2024, 15 jeunes diplômés de niveau master, sélectionnés dans le cadre du programme “Jeunes talents”, initié par la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), ont reçu leurs attestations de participation à l’atelier soft skills, qui leur garantit des savoir-être et savoir-faire indispensable en milieu professionnel. 

Banner

En présence du ministre du Travail, et de la lutte contre le chômage, Adrien NGUEMA MBA, du secrétaire général de Setrag, Jérôme CANTIANT des opérateurs économiques partenaires et des bénéficiaires du programme, le Directeur Général du Pôle national pour la promotion de l’emploi (PNPE), Puanne Paulin MOUSSOUNDA s’est satisfait de ce que cette initiative, soit en cohérence avec la nouvelle vision stratégique du PNPE intitulée “Réinventons l’emploi”. 

Figurant aux nombre des axes prioritaires de l’action du gouvernement de Transition, la lutte contre le chômage, notamment chez les jeunes, a été au centre du programme présenté ce jour. Pour ce qu’il a pour objectif d’anticiper les futurs départs à la retraite et garantir la relève par l’intégration et le développement de “jeunes talents”. 

Saluant l’engagement de l’entreprise citoyenne, Setrag, pour ses actions sociales, Adrien NGUEMA MBA, notamment «quant à son engagement dans l’amélioration de l’employabilité des jeunes». Dont plus de 500 ont bénéficié entre 2020 et 2023 de contrats à durée déterminée (CDD) et indéterminé (CDI), selon le Secrétaire général de Setrag. Un exemple à suivre selon le ministre qui n’a pas manqué de le faire savoir à l’endroit des opérateurs économiques «je vous invite à emboîter le pas de Setrag ». Non sans avoir adressé aux récipiendaires ses encouragements pour la suite. 

Lire aussi  Mouila: une malade mentale de 16 ans violée par un jeune adepte de vin de palme

En effet, après avoir satisfaits aux exigences du PNPE qui avait la lourde tâche de sélectionner les “jeunes talents”, au terme de l’examen de 3 781 CV, 171 entretiens, les 15 candidats retenus ont passer haut la main les tests pratiques, au terme desquels 43 ont été admis. Il leur appartiendra désormais de satisfaire aux exigences duonde du travail et de leur employeur en particulier, et de briller par leur capacité à se maintenir au sein de la société qui va les accueillir. 

Continuer La Lecture

Société

Programme jeunes talents: Setrag et le PNPE gratifient 15 jeunes gabonais

Publié

sur

Garantir l’employabilité des jeunes, c’est aussi s’assurer de leurs capacités à s’intégrer, persévérer et se maintenir au sein d’une entreprise. Ce 20 février 2024, 15 jeunes diplômés de niveau master, sélectionnés dans le cadre du programme “Jeunes talents”, initié par la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), ont reçu leurs attestations de participation à l’atelier soft skills, qui leur garantit des savoir-être et savoir-faire indispensable en milieu professionnel. 

Banner

En présence du ministre du Travail, et de la lutte contre le chômage, Adrien NGUEMA MBA, du secrétaire général de Setrag, Jérôme CANTIANT des opérateurs économiques partenaires et des bénéficiaires du programme, le Directeur Général du Pôle national pour la promotion de l’emploi (PNPE), Puanne Paulin MOUSSOUNDA s’est satisfait de ce que cette initiative, soit en cohérence avec la nouvelle vision stratégique du PNPE intitulée “Réinventons l’emploi”. 

Figurant aux nombre des axes prioritaires de l’action du gouvernement de Transition, la lutte contre le chômage, notamment chez les jeunes, a été au centre du programme présenté ce jour. Pour ce qu’il a pour objectif d’anticiper les futurs départs à la retraite et garantir la relève par l’intégration et le développement de “jeunes talents”. 

Saluant l’engagement de l’entreprise citoyenne, Setrag, pour ses actions sociales, Adrien NGUEMA MBA, notamment «quant à son engagement dans l’amélioration de l’employabilité des jeunes». Dont plus de 500 ont bénéficié entre 2020 et 2023 de contrats à durée déterminée (CDD) et indéterminé (CDI), selon le Secrétaire général de Setrag. Un exemple à suivre selon le ministre qui n’a pas manqué de le faire savoir à l’endroit des opérateurs économiques «je vous invite à emboîter le pas de Setrag ». Non sans avoir adressé aux récipiendaires ses encouragements pour la suite. 

Lire aussi  Kinguélé: il viole, tue et mutile un garçon de 7 ans

En effet, après avoir satisfaits aux exigences du PNPE qui avait la lourde tâche de sélectionner les “jeunes talents”, au terme de l’examen de 3 781 CV, 171 entretiens, les 15 candidats retenus ont passer haut la main les tests pratiques, au terme desquels 43 ont été admis. Il leur appartiendra désormais de satisfaire aux exigences duonde du travail et de leur employeur en particulier, et de briller par leur capacité à se maintenir au sein de la société qui va les accueillir. 

Continuer La Lecture

Société

Inclusion financière : Moov Africa Gabon Telecom lance la carte “Momovisa”

Publié

sur

Leader du secteur des télécommunications au Gabon, Moov Africa Gabon Telecom n’est pas à court d’idées novatrices. En effet, pour améliorer le flux des transactions financières de ses abonnés, l’entreprise a initié la carte Visa dénommée “Momovisa”. Un outil sécurisé et à portée de bourses, qui vient révolutionner les habitudes des abonnés. 

Banner

Disponible au prix unique de 7 900 Fcfa au sein des agences Moov Africa Gabon Telecom, l’utilisation la carte “Momovisa” requiert de l’utilisateur, l’ouverture préalable d’un compte Moov money. Fruit d’une collaboration avec UBA Gabon, “Momovisa” permettra à ses détenteurs d’effectuer des opérations de retraits sur les distributeurs de billets, paiement sur les terminaux de paiement électronique (TPE), au Gabon et partout dans le monde, et même d’effectuer des achats et cela en toute sécurité. 

Faut-il le dire, cette nouveauté selon le Directeur général de Moov Africa Gabon Telecom, Jorio ZOUHEIR, «va révolutionner et simplifier les usages de nos abonnés Moov Money en encore appelé MOMO. Une carte qui va également être une avancée significative dans le processus d’accélération de l‘inclusion financière au Gabon ». En plus d’être «une solution de paiement digitale qui viendra une fois encore faciliter la vie des populations», soutient la directrice générale de UBA Gabon, Eugénie ONYEKWELU.

Lire aussi  Mouila: un ancien gendarme écroué pour viol sur mineure

Voilà un outil, qui viendra soulager les usagers qui ne disposent pas de comptes bancaires. Avec cet outil, ils ne seront plus en marge de l’évolution du système financier. Ils pourront désormais disposer de leurs revenus sur leur carte “Momovisa”, qu’ils recharger ont directement via Moov money. 

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.