Se connecter avec nous

Politique

Gabon: Paulette MISSAMBO, présidente … du Sénat!

Publié

sur

Par décret du Président du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), Président de transition Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA en date du lundi 11 septembre 2023, Paulette MISSAMBO, ci-devant Présidente de l’Union nationale (UN), a été nommée présidente du Senat.

Banner

Paulette MISSAMBO , est née le 20 septembre 1954 à Lastoursville dans la province de l’Ogooué-Lolo. Plusieurs fois ministre sous Omar BONGO ONDIMBA, elle est d’ethnie Ndumu, une ethnie proche des Nzebi et des Teke. Paulette MISSAMBO commence ses études supérieures dans la section chimie-biologie-géologie de l’université nationale du Gabon, mais change de discipline ensuite et part en France en 1972 pour poursuivre ses études en linguistique à l’université Lille-III. Elle y obtient un diplôme d’études approfondies (DÉA).

Paulette MISSAMBO intègre alors le corps enseignant de l’université Omar-BONGO de Libreville dans le département de Lettres. Elle est ensuite nommée proviseur de plusieurs lycées du pays, à Port-Gentil et à Libreville.

Paulette MISSAMBO commence sa carrière politique en 1990 avec l’introduction du multipartisme suite à la Conférence nationale. Elle est rapporteure lors de la Conférence nationale. Dès cette date, elle rejoint le PDG est enchaine les postes ministériels : ministre de la Fonction publique de 1990 à 1991, ministre de l’Éducation nationale de 1991 à 1999, ministre de la Jeunesse, des Sports et des Affaires féminines de 1994 à 1999 (en parallèle avec sa fonction de ministre de l’Éducation nationale), ministre de l’Emploi de 1999 à 2004 et enfin, ministre de la Santé de 2004 à 2009.

Lire aussi  Élections générales 2023: l'opposition “soulagée” par la main tendue au dialogue d'Ali BONGO

Dans le même temps, elle est élue à plusieurs reprises (1990, 1996, 2001, 2006) députée dans sa province natale de l’Ogooué-Lolo dont elle devient une figure politique majeure. En 2008, Missambo est candidate à la présidence du PDG mais n’est pas élue. Elle est toutefois vice-présidente du parti. En 2009, Paulette MISSAMBO démissionne du Parti démocratique gabonais (PDG), le parti dominant la scène politique gabonaise depuis l’indépendance.

Elle proteste ainsi contre l’élection présidentielle de 2009, considérée comme truquée au profit du candidat du PDG Ali BONGO. Elle proteste aussi contre le choix « héréditaire » d’Ali BONGO, fils du président Omar BONGO ONDIMBA pour prendre la présidence du pays. Elle participe à la fondation de l’Union nationale, un parti d’opposition, avec André MBA OBAME. Après son départ du PDG, elle n’est plus élue dans l’Ogooué-Lolo. Paulette MISSAMBO est mariée à Casimir OYE MBA (1942-2021), Premier ministre et deux fois candidat à l’élection présidentielle.

Lors de l’élection présidentielle de 2016, elle soutient la candidature de Jean PING, dont elle est la directrice adjointe de campagne, face à Ali BONGO. Ce dernier est réélu dans une élection largement considérée comme frauduleuse. En 2021, elle est élue présidente de l’Union nationale face à Paul-Marie GONDJOUT, devenant la première femme gabonaise à diriger un parti politique. Elle succède à Zacharie MYBOTO.

Lire aussi  Gabon: Hermann IMMONGAULT auditionné au Sénat ce 17 mai

En mai 2023, Paulette MISSAMBO est investie candidate de l’Union nationale pour l’élection présidentielle de 2023. Toutefois, le collectif « Alternance 2023 », qui regroupe les principaux partis d’opposition, choisit de désigner un candidat unique, Albert ONDO OSSA, qui devient le principal candidat de l’opposition face à Ali BONGO. Paulette MISSAMBO retire alors sa candidature.

MEZ

Politique

Haut-Ogooué: gendarmerie, hôpital, école, OLIGUI NGUEMA réceptionne et lance les chantiers

Publié

sur

Poursuivant sa visite dans la province du Haut-Ogooué, le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA est allé ce samedi à la rencontre des populations des départements de Lekoni-Lekori, Plateaux, Djouori-Agnili et Lekabi-Lewolo.

Banner

Les populations d’Akieni dans le département de Lekoni-Lekori ont été écoutées et rassurées par le Chef de l’Etat de la prise en compte de leurs préoccupations ainsi que de la mise en œuvre de projets prioritaires par le CTRI et le gouvernement. À cet effet, un chèque de 424 millions a été mis à la disposition du département. Face au problème d’adduction en eau potable, la ville d’Akieni va bénéficier du programme national des pompes hydrauliques. Par ailleurs, le Président de la Transition a procédé au lancement des travaux de construction de la gendarmerie au quartier Ombegue.

L’étape de Leconi dans le département des Plateaux a également été l’occasion pour les populations locales d’exprimer leurs difficultés quotidiennes au Chef de l’Etat qui en a pris acte tout en s’engageant à y apporter des solutions. Aussi, afin de résoudre les problèmes les plus urgents, la ville de Leconi a bénéficié d’un chèque de 338 millions de FCFA. Le Chef de l’Etat a en outre annoncé la réhabilitation des voiries locales et procédé à l’inauguration de l’hôpital.

Lire aussi  Gabon / Révision constitutionnelle: après les députés, les sénateurs disent oui

Comme à Akieni et à Leconi, les populations de Bongoville n’ont pas manqué de faire savoir leurs préoccupations au Chef de l’Etat à travers des échanges francs. Aussi, à l’instar des précédentes localités, le département de Djouori-Agnili s’est vu octroyer un chèque de trois cent cinquante-quatre millions de FCFA.

À Ngouoni dans le département de Lekabi-Lewolo où il a bouclé sa visite, le Chef de l’Etat s’est rendu sur le chantier devant abriter la nouvelle école primaire de la
ville. Le Président de la République a tenu à rassurer les populations au sujet des ambitieux projets du CTRI. D’autre part, un chèque d’un montant de trois cent trente-cinq millions FCFA qui permettra la réalisation des projets principaux a été mis à la disposition du département.

Chaleureusement accueilli à chaque étape, le Chef de l’Etat a reçu des sages de chacune des localités les attributs du pouvoir et les clés des différentes villes. Ces rencontres fructueuses avec les populations ont été l’occasion pour le Président de la République de faire un état des lieux des difficultés rencontrées par ses
compatriotes de l’arrière-pays, mais également de les appeler à une prise de conscience collective, au changement de mentalité et à faire preuve de solidarité afin de travailler tous ensemble pour le développement du Gabon.

Continuer La Lecture

Politique

Nyanga: le Général OLIGUI NGUEMA rend hommage aux guerriers ninois

Publié

sur

La 7ème étape de la tournée républicaine du Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a été consacrée ce 12 juillet 2024 à la province de la Nyanga, où il a été chaleureusement accueilli par les populations.

Banner

À son arrivée, le Chef de l’État s’est rendu dans les départements de Mabanda et de Moabi et, a respectivement échangé avec les populations puis posé la première
pierre de la stèle consacrée à Feu Nyonda MAKITA. Ce guerrier du clan Punu décédé
en 1911 était reconnu pour ses qualités de stratège, lors des combats face aux colonisateurs français.

Après ces étapes, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a effectué le déplacement vers la Place de l’indépendance de Tchibanga pour une grande rencontre populaire. Les remerciements au Chef de l’État pour les chantiers entamés dans la province, l’évocation de certaines difficultés rencontrées dans l’ensemble des localités et la suggestion de projets de développement dans la commune de Tchibanga et de ses six départements sont autant de sujets évoqués au cours de ces moments d’échanges.

Et parmi les temps forts qui ont marqué cette rencontre, il y a eu la remise des attributs de pouvoir au Chef de l’État par les notables de la province. Au titre des annonces faites par le Président de la Transition, l’on note la construction de la stèle de Yanga à la place de l’indépendance. En effet, Gaspard
YANGA, originaire de la province de la Nyanga était le meneur d’une rébellion en
1570, contre les conditions de vie des esclaves africains au Mexique. Aussi, en
hommage à l’homme politique Antoine de Padoue MBOUMBOU MIYAKOU décédé le
20 avril 2024, l’aéroport de Tchibanga sera baptisé de son nom.

Lire aussi  Gabon: au Sénat, MILEBOU AUBUSSON passe le flambeau à Paulette MISSAMBO

Par ailleurs, pour la modernisation de la ville de Tchibanga, le Chef de l’État a évoqué le lancement de l’exploitation du marbre dans les prochaines heures afin de
lutter contre l’exode rural et créer des recrutements en faveur de la jeunesse. Et pour soulager l’administration centrale de la province, une dotation de 5 ambulances et 7 véhicules a été faite.

Sur le plan des infrastructures, Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a instruit au gouvernement la construction de routes urbaines et départementales ainsi que des ouvrages en béton armé et en acier dans la province de la Nyanga.

Autres annonces, la construction prochaine d’une Cité administrative de 30
logements destinée aux corps enseignants et d’une centrale thermique à Mayumba en 2025 ainsi que la construction d’un nouveau château d’eau pour améliorer la desserte dans la ville.

À noter que durant ce séjour de 72 heures dans la province de la Nyanga, le Chef de
l’État prévoit une série d’actions de terrain et de rencontres ; notamment le recueillement sur la tombe de l’ancien Commandant en Chef des Forces armées
Gabonaises, Feu le Général Nazaire BOULINGUI KOUMBA, le lancement du Grand Cross de Tchibanga, et entre autres, le lancement des travaux d’une caserne de
sapeurs -pompiers ainsi qu’une rencontre avec la notabilité.

Continuer La Lecture

Politique

Le Général OLIGUI NGUEMA lance les travaux du Comité des services de renseignements et de sécurité africains

Publié

sur

Le Président de la Transition, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA a ouvert ce mardi 09 juillet 2024, à l’hôtel Radisson Blu, la Conférence du Comité des Services de Renseignements et de Sécurité Africains en sa qualité de Président du Conseil National de Sécurité de la République Gabonaise.

Banner

La rencontre de ce jour intervient après l’ouverture le 6 juillet dernier de la 21ème session du groupe des experts au cours de laquelle les différents intervenants avaient planché sur les défis sécuritaires de l’Afrique.

Au nombre des participants à ce grand rendez-vous qui a réuni près d’une centaine de pays et de partenaires, on note le Vice-Président, le Premier ministre, les membres du gouvernement, les Officiers Généraux, Officiers, Sous-Officiers et militaires du rang du CTRI, la Communauté du Renseignement Africain et les services amis entre autres.

Ces assises ont été marquées par l’exécution des hymnes nationaux du Gabon et de l’Union Africaine, l’allocution du Directeur Général des Renseignements et de la Sécurité du Botswana, Représentant du Président de la République du Botswana, du discours d’ouverture de Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA, Président de la Transition, par ailleurs chef suprême des Forces de défense et de sécurité ainsi que de la remise solennelle du certificat de société dusiège du CISSA sise à Addis-Abeba en Ethiopie.

Lire aussi  UN: la Mairie d'Oyem au prix de la réconciliation entre MISSAMBO et GONDJOUT

Pour rappel, le Chef de l’Etat s’est entretenu en février dernier avec Zainab ALI KOTOKO, Secrétaire exécutif du Comité de renseignement et sécurité d’Afrique (CISSA). Un entretien qui avait permis d’aborder les questions relatives à la sécurité du continent d’une part ainsi que l’organisation de la rencontre de ce jour d’autre part.

Notons que le CISSA qui a pour missions l’élaboration d’une stratégie africaine en vue du maintien de la paix, la prévention, la gestion, la résolution des conflits et des questions socioéconomiques et sanitaires a été créé le 26 août 2004 à Abuja au Nigéria par les Directeurs des Services de
Renseignements et de Sécurité Africains, il est rattaché au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine et compte 54 pays membres.

Tout en saluant la tenue de ces assises, le Président de la République a par ailleurs appelé les pays africains à mutualiser leurs efforts, intensifier le partage du renseignement et mettre en œuvre une coopération opérationnelle en vue de parvenir à une réponse préventive plus
conséquente. «La sécurité de notre continent doit être une préoccupation
donnant lieu à un dispositif de vigilance pleinement intégré et opérationnellement mutualisé, le CISSA doit désormais s’affirmer comme un outil d’aide à la décision des Chefs d’Etat Africains que nous sommes» a-t-il déclaré avant d’annoncer l’ouverture desdits travaux.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.