Se connecter avec nous

Société/Environnement

“Je sais que j’ai demandé qu’on appelle un médecin”: au bord des larmes, Ali BONGO se confie sur son AVC

Publié

sur

Dimanche 02 avril 2023, le Parti démocratique gabonais (PDG), a célébré en différé son 55e anniversaire. Occasion pour le président de la République, pr ailleurs président dudit parti, Ali BONGO ONDIMBA, d’évoquer pour la première fois publiquement, les circonstances de l’accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime le 24 octobre 2018, lors d’un voyage officiel en Arabie Saoudite. L’émotion qui l’a alors étreint s’est bien rapidement répandue à travers les travées du palais des sports de Libreville, cadre choisi pour la célébration de l’anniversaire du parti de masses.

Banner

Jusqu’alors seules les rumeurs en laissait entendre le déroulé. Aucun témoin, encore moins le concerné n’ ait encore évoqué cette journée qui aurait bien pu être fatale à Ali BONGO. Depuis lors seules ses capacité ou incapacité à gérer la chose publique font les grands titres, mais l’angoisse, la peur, l’incertitude de retrouver les siens étaient restées muettes jusqu’à ce 02 avril. Ce jour où il a décidé d’ouvrir cette page de sa vie et de la partager aux gabonais, malgré l’émotion qui l’en saisit encore.

«Je quitte de Londres et j’atterris en Arabie Saoudite. Et ce matin-là, j’ai eu des réunions avec des chefs d’État, tout s’est bien passé». C’est par ces mots qu’Ali BONGO ONDIMBA a entamé son récit de cet épisode sombre de son existence. Revenant sur l’agenda de ses activités ce jour-là, notamment l’émission télé à laquelle il devait participer en compagnie du président sénégalais Macky SALL, le Chef de l’État poursuit.

«Je me retrouvais seul à table parce que les autres étaient descendus dans la salle où je devais me rendre, retrouver le président du Sénégal, et là j’ai été victime d’un accident. Je ne me souviens plus tellement bien de ce qui s’est passé. Mais je sais que j’ai demandé qu’on appelle un médecin. Et dès qu’il est arrivé, je ne me souviens plus de rien jusqu’au dernier jour de mon séjour en Arabie saoudite. Pourtant entre temps, je m’étais réveillé, j’ai parlé avec ma famille qui est arrivée, ma femme. Mais je ne m’en souviens pas et c’est la vérité».

S’il a encore un peu de mal à raccorder toutes les pièces du puzzle, le président de la République se souvient néanmoins «du dernier jour où je suis allé un peu me promener dans l’hôpital pour me détendre et après nous sommes partis pour le Maroc». Ali BONGO est, en effet, très reconnaissant envers son ami et frère, le roi du Maroc, Mohamed VI qui n’a pas lésiné sur les moyens pour sa pleine récupération. «Le roi a tout fait pour moi ».

Ali BONGO ONDIMBA est tout autant reconnaissant envers le peuple gabonais qui lui a également témoigné son soutien durant cette dure épreuve. «C’était extraordinaire, il y avait un monde fou ! Ça m’a fait un bien fou. Vous ne pouvez pas vous rendre compte du bien que ça a pu faire. Enfin, je rentrais. Les Gabonais qui m’attendaient». Il remercie le bon Dieu de l’avoir préservé; «car, la maladie que j’ai eue, il y a à peine 10% qui revivent après cela». C’est tout simplement la grâce de Dieu, « parce que j’aurai pu très bien dire : bon c’est terminé, je m’en vais récupérer en douce. Mais, non ! non ! Ce n’était pas possible, pas comme ça. Dieu a voulu que nous restions ensemble et que je continue à porter la voix du Gabon partout». Tout simplement émouvant.

Continuer La Lecture

Société/Environnement

Lambaréné: 2,7 milliards de Fcfa pour la construction des dispensaire, école et cité de 100 logements

Publié

sur

Après avoir communié samedi avec ses compatriotes du département de
l’Abanga-binié, le Chef de l’état qui poursuit sa visite dans la province du
Moyen-Ogooué est allé ce jour à la rencontre des populations de l’Ogooué-aval et de l’Ogooué et des Lacs, plus précisément dans les Districts
d’Achouka, de Makouké et dans la commune de Lambaréné.

Banner

Dans le même format que celui des précédentes étapes, les populations des
différentes localités citées ont saisi ces instants uniques pour adresser leurs
remerciements au CTRI pour les actions menées et exprimer à leur tour leurs
besoins.

Ces attentes tournées essentiellement vers un manque criard d’infrastructures de base, et de personnel soignant et enseignant ont trouvé un début de solution auprès du Chef de l’Etat qui a octroyé une enveloppe de 300 000 000 de fcfa au bénéfice du canton, procédé à la mise en service d’une station radio-télévision ainsi qu’une dotation de 2 pirogues motorisées,
d’un futur centre de pêche et d’une future brigade de gendarmerie nautique
afin de lutter contre l’insécurité le long du fleuve.

Ces actions s’étendront à l’endroit des populations du district de Makouké
qui bénéficieront précisément d’un nouveau centre médical, d’un centre de formation professionnelle qui formera dans les métiers du bois, de la pisciculture et de la conduite d’engins, de la réouverture de l’usine d’huile de palme de la localité et de la création encadrée d’activités génératrices de revenus (AGR).

Pour boucler cette série d’échanges avec les populations migovéennes ce jour, le Président de la Transition s’est entretenu avec les populations de Lambaréné, capitale provinciale, qui lui ont réservé un accueil très spécial.

Outre les allocutions de circonstance, ces moments ont été agrémentés par une remise symbolique de présents au couple présidentiel. Il s’agit notamment de la clé de la ville par le délégué spécial de ladite commune, des attributs vestimentaires du pouvoir et de 4 parcelles d’une superficie totale de 4 hectares.

En réponse à leurs préoccupations, le Président de la Transition a annoncé l’octroi d’une enveloppe de 7 milliards fcfa pour la province et plus précisément 2 700 000 000 fcfa pour la commune de Lambaréné, la construction par la Société Maurel et Prom d’un dispensaire, d’une école primaire et d’une cité de 100 logements dans le cadre de la RSE.

Par ailleurs, la construction d’une série d’infrastructures a été annoncée par le Chef de l’État, notamment un centre aéronautique, une foire municipale, un
bureau de l’ANPI, un forage d’eau et une dotation de 2 groupes électrogènes, une université numérique afin d’en faire un hub scientifique et la relance des activités de la Zone Économique Spéciale d’Ikolo.

Honoré par cette marque de considération de ses compatriotes migovéens, le Chef de l’État a saisi ces instants pour appeler à l’unité, à l’esprit patriotique et à la cohésion.

Continuer La Lecture

Société/Environnement

Projet PIAEPAL: 12 quartiers du Grand Libreville privés d’eau ce lundi 24 Juin

Publié

sur

Le ministre des Ressources hydrauliques, Jeannot KALIMA, par l’entremise d’un communiqué, produit ce 22 juin 2024, informe les populations du Grand Libreville de l’interruption de la fourniture en eau potable. Une coupure d’eau qui, selon l’annonce, cadrerait avec «la poursuite des travaux de renforcement de l’alimentation en eau potable» lancé en mars 2021 dénommé projet « PIAEPAL ». Allant de 07h à 18h, cette interruption concerne notamment ces quartiers : Aéroport, Alibadeng, Ambowé, Batterie 4, Bel-Air, Camp de Gaulle, Charbonnages, Diba-diba, Kalikak, Nzeng-ayong, Okala carrière et Pont de Gué-Gué. Autant dire qu’un librevillois averti en vaut deux, à vos réservoirs toutes…

Continuer La Lecture

Faits Divers

Akanda /Viol en réunion d’une élève du lycée Mbélé: tout ne serait qu’un mensonge !

Publié

sur

On le dira jamais assez, la jeunesse se livre à des délits en tous genres dont ils ne soupçonnent ni la portée, encore moins les conséquences. Les internautes avaient été émus par l’affaire du viol d’une jeune lycéenne inscrite en classe de terminale, au lycée Mbélé d’Angondjé. Suivant des versions reprises de la famille de la prétendue victime, le forfait qui se serait produit dans la nuit du 30 au 31 mai 2024, aurait été commis par une bande de 10 garçons, qui ne seraient autres que ses condisciples de classe, menés par l’un d’eux, fils d’un haut gradé de l’armée.

Banner

C’est au terme d’une enquête menée par les services de forces de police nationale, et la pression exercée par sa mère, que la jeune fille de 16 ans va revenir sur sa version. Laquelle révèle que s’étant rendue à une fête avec ses condisciples de classe, la jeune adolescente aurait consommé de l’alcool et d’autres substances. Avant de passer la nuit chez l’hôte de la soirée, d’où elle sortira dès les premières lueurs du jour, pour se rendre chez un de ses beaux-frères, au lieu-dit Premier campement, révèle “L’Union”.

Retrouvée dans les environs, elle aurait alors «menti», selon un source judiciaire citée par le quotidien, à ses parents, qui ont immédiatement répandu la version de leur enfant sur la toile. Où, l’identité de l’officier supérieur avait même été réclamée, puis dévoilée, alors que les internautes exigeaient que son fils et ses complices soient arrêtés et incarcérés. Notamment à l’évocation des prétendues intimidations par lesquelles l’homme des corps habillés se serait illustré vis-à-vis de la famille de la jeune fille.

C’est donc la réputation d’un établissement, d’un jeune, d’une famille qui auraient été entachées par un individu, qui aurait simplement choisi de ne pas assumer la responsabilité de ses actes. Une affaire qui nous rappelle bien l’importance de se rapprocher des services compétents avant de choisir de rendre publiques les identités des personnes prétendument impliquées dans une affaire. Au risque de les exposer en vain.

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.