Se connecter avec nous
Banner

Société

Gabon: Setrag, à l’heure du bilan et de la définition des objectifs prioritaires

Publié

sur

L‘année 2023 pointera dans quelques jours le bout de son nez. À la société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), l’heure est au bilan. Parmi les grands projets entamés, le plan de rénovation de la voie ferrée initié cinq ans plus tôt, en 2017, se poursuivra de plus belle en 2023. Apportant à l’occasion de nombreux changements dans l’activité ferroviaire nationale, qui ne cesse d’enregistrer une hausse de son des flux. D’autant que l’entreprise ambitionne de devenir une référence internationale du transport ferroviaire.

C’est par son chantier long de 7 ans que l’entreprise envisage atteindre. En effet, sur 648 km de voie, 150 km de rails ont déjà été remplacés entre Owendo et Ndjolé, tandis que 225 km de traverses en bois ont été remplacées par celles en béton. À l’origine des incidents sur la voie ferrée, les zones instables ont été traitées sur 7,4 km, sous la forêt tropicale, en dépit de conditions d’accès difficile pour les équipes et les engins. Après avoir diagnostiqué en 2021 les zones les plus urgentes à rénover, l’année 2022, a vu le lancement des ouvrages dans lesdites zones.

Mais en dépit de l’inexistence d’une voie secondaire alors que la demande voyageurs et fret est en augmentation constante, ce qui contraint les équipes à suivre les travaux entre le passage de deux trains, Christian MAGNI reste focalisé sur l’objectif. En effet, «délivrer un service de qualité est une préoccupation permanente pour la Setrag. Grâce aux travaux de rénovation de la voie, le remplacement du rail et fort d’une solide politique RSE, la Setrag entend bien parvenir à garantir le respect de la ponctualité des trains de voyageurs au départ comme à l’arrivée».

C’est la raison pour laquelle de nombreux changements seront opérés en 2023. Pour accroître la satisfaction des clients, le temps de parcours du train voyageurs (de 18h en raison des travaux) sera progressivement réduit d’ici à mars prochain. Des voitures passagers seront réhabilitées et 10 nouvelles locomotives viendront compléter l’équipement de serrage dès février, alors que lastourville accueillera une nouvelle gare. L’exploitant ferroviaire prévoit par ailleurs la rallonge d’une dizaine de voies de croisement et la création d’une 3e voie dans 4 gares pour permettre le stationnement des trains en cas de détresse. Ce qui permettra de maintenir un trafic fluide et le moins possible perturbé.

Lire aussi  Gabon: “merci Setrag”, le message des riverains après l'inauguration de la passerelle du PK2

Société

Gabon: garant du fonctionnement du trafic ferroviaire, l’ARTF assure la qualité des travaux de réhabilitation de la voie

Publié

sur

Voilà un mois déjà que le trafic ferroviaire a été interrompu, après l’incident naturel survenu entre les gares d’Offoué et Booué allant du Km 333+022 au Km 334+090, dans la nuit du 23 au 24 décembre 2022. Depuis lors, une commission permanente de contrôle mise en place par l’Autorité de régulation du transport ferroviaire (ARTF), en charge d’évaluer la qualité des travaux de réhabilitation de la voie ferrée sur la zone sinistrée travaille aux côtés des équipes de la Societé d’exploitation du Transgabonais (Setrag).

Présentes à chacune des étapes des ouvrages à exécuter, les équipes de la Direction technique et exploitation ferroviaire de l’ARTF, composées d’experts ferroviaires, assurent les travaux d’inspection des finitions avant la livraison de la voie. En outre, conformément à l’ambition du bras séculier de l’État, de disposer au Gabon d’un chemin de fer plus “vert”, elles s’emploient à examiner aussi bien l’impact environnemental desdits ouvrages afin d’observer les modifications des conditions naturelles, que le système de transbordement mis en place par la Setrag et la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

Toujours en cours, alors que des essais avec des wagons vides ont déjà eu lieu, les travaux de réhabilitation de la voie ont enregistré une belle avancée. Et la commission permanente de l’ARTF assure que les opérations à effectuer sur le chantier à ce jour sont, le complément de ballast, le nivellement par bourrage mécanique pour atteindre la hauteur définitive de la voie déterminée par les études topographiques, l’ajout des matériaux et compactage sur la plateforme côté Ogooué afin de garantir la pérennité de la voie, puis, la poursuite de la pose de cages à gabion au pied des talus afin de garantir la sécurité de la voie contre la chute des matériaux du sol.

Lire aussi  Gabon: Setrag honore les vainqueurs de locomotive FC

Engagée à participer à l’essor d’un chemin fer plus performant, l’ARTF qui s’emploie à assurer le fonctionnement correct de l’activité ferroviaire, préconise, la mise en place d’une cellule, chargée d’analyser, évaluer et de suivre les travaux de réparation, dans le prolongement de la livraison définitive de la voie. Et pour en assurer l’efficacité, celle-ci comprendrait des éléments du ministère des Transports, des Travaux publics, de l’Équipement et des Infrastructures, chargé de la connexion des territoires ; de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires ; de la Direction générale de l’Environnement de la protection de la nature ; de la SETRAG ainsi que d’un cabinet technique indépendant ou laboratoire du bâtiment et des travaux publics (LBTPG) pour l’évaluation de la qualité et la conformité des travaux effectués.

Une démarche, qui rappelle la volonté de l’Autorité de régulation du transport ferroviaire, de mettre en œuvre les recommandations du Président de la République, qui souhaite que les chantiers engagés rencontrent désormais la satisfaction des populations gabonaises. Ayant à cœur de réaliser les objectifs clairement définis par les hautes autorités, la hiérarchie de l’ARTF emmenée par son Secrétaire exécutif, Patrice Aboubakar NENDJOT, ne ménage aucun effort pour garantir la qualité des travaux exécutés sur les lieux du sinistre allant du Km 333+022 au Km 334+090

Continuer La Lecture

Société

Au Gabon, 83% des femmes sont victimes de violences économiques

Publié

sur

En matière de réduction des inégalités hommes-femmes, le Gabon ne cesse de réaliser des avancées, tant sur l’aspect social que juridique. Après l’ouverture du centre d’accueil pour les victimes de violences, la loi prévoit désormais des sanctions contre les auteurs de harcèlement, même si celui-ci reste encore difficile à prouver à certains égards. En effet, au Gabon, où 83% des femmes sont victimes de violences économiques, salon un rapport de la Fondation Sylvia BONGO ONDIMBA (FSBO) intitulé “stratégie de promotion des droits de la femme et de réduction des inégalités hommes-femmes ”, le harcèlement est puni d’un emprisonnement de deux ans au plus et d’une amende de 5 millions de FCFA au plus

Lire aussi  Gabon: 39 agents Setrag décorés de la médaille du travail
Continuer La Lecture

Société

Blaise LOUEMBÉ au CNPDCP pour commémorer la journée de la protection des données à caractère personnel

Publié

sur

Vendredi 27 janvier 2023, la Communauté internationale a célébré la 17e journée internationale de la protection des données à caractère personnel, denommée “Data Protection Day”, sous le thème de “la digitalisation de l’administration publique/privée”. Au Gabon, c’est l’auditorium de la maison Georges Rawiri (Gabon Télévision) qui a servi de cadre à la manifestation commémorative organisée par la Commission nationale pour la Protection des données à caractère personnel (CNPDCP). Un événement rehaussée par la présence du ministre d’Etat en charge du Développement industriel et des petites et moyennes industries (PMI), Blaise LOUEMBE, représentant le Premier Ministre, Chef du Gouvernement empêché. Le mot circonstanciel du président de la CNPDCP s’est articulé sur les missions assignées à l’institution dont il a la charge. Et de relever l’impérieuse nécessité, pour le Gabon aujourd’hui, à l’instar du reste du monde, de s’arrimer à la révolution informatique. «Dans un monde où la cybernétique ne fixe plus de limites entre l’espace public et privé, la digitalisation doit s’établir comme bréviaire pour mieux protéger aussi bien l’espace public que privé», a, du reste, commenté Blaise LOUEMBE sur ses réseaux sociaux.

MEZ

Lire aussi  Gabon: Setrag enregistre un nouveau deraillement et suspend le trafic
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.