Se connecter avec nous
Banner

Politique

12e congrès du PDG: le long bain de foule d’Ali BONGO douche le débat sur ses aptitudes physiques pour 2023

Publié

sur

C‘est par un long bain de foule d’un peu plus d’une (1) heure, qu’Ali BONGO ONDIMBA (ABO) a quitté stade de l’amitié sino-gabonaise, sis à Angondjé, au sortir du 12e congrès de son parti le PDG samedi 24 décembre dernier. Un bain de foule qui vient définitivement clore le débat sur les aptitudes physiques du Chef de l’État et sa capacité à gouverner le pays. Ali BONGO ONDIMBA est en forme. Il se porte mieux et est prêt à tenir la distance pour les prochaines échéances. C’est le message fort du distingué camarade président dans son mot de clôture du 12e congrès ordinaire de son parti tenu au stade de l’amitié sis à Angondjé du 23 au 24 décembre dernier. «Moi, je suis en forme. En forme olympique», s’est réjoui le Chef de l’État.

Depuis 5 ans, l’opposition gabonaise n’a eue pour seule et unique argumentaire, que les problèmes de santé du président de la République, suite à l’accident vasculaire cérébral (AVC) dont il fut victime en 2018 à Ryad en Arabie Saoudite. Le locataire du palais du bord de mer a fait la démonstration du plein retour de sa motricité, de sa capacité à continuer à présider. D’ailleurs, il a engagé les militants PDG à investir le terrain avec lui: «Allons à la rencontre de nos amis, de nos voisins, de nos concitoyens. Discutons avec eux, écoutons-les et transmettons-leur le seul vrai message : celui du PDG. Car, c’est sur le terrain, quartier par quartier, maison par maison que nous les convaincrons de voter pour notre parti, pour nos candidats», a-t-il clamé, non sans souligner que «une, deux trois, cela sonne comme jamais deux sans trois».

Or, si Ali BONGO ONDIMBA va mieux, ce n’est guère le cas pour l’opposition gabonaise en manque de repères et minée par des luttes intestines de leadership. Une opposition qui ignore derrière qui s’aligner à huit mois de la présidentielle de 2023. Aucun projet de société cohérent dévoilé à ce jour aux populations. Exit la question de l’acte de naissance et de la filiation du Chef de l’État. Exit son état de forme physique. Bref, plus rien à se mettre sous la dent. À bien y regarder, on a l’impression que l’opposition gabonaise n’a de projet de société que le départ d’Ali BONGO ONDIMBA du pouvoir. Autrement, un débat de personnes plutôt qu’un débat d’idées.

En dépit de ses pépins de santé d’Ali, son calendrier il est tout de même plus proche des populations que l’opposition. À titre illustratif, le président s’est porté aux côtés des familles victimes de l’éboulement du pk9. Tout le contraire de opposition qui s’est contenté de simples mots de compassion. Une opposition qui veut l’alternance sans connaître les gabonais et leur vécu quotidien. Comme on dit dans les milieux populaires, « on ne mange pas les discours, on mange les actes ». Ce que l’opposition ne sait manifestement pas faire.

Comment résumer la question du développement du pays au seul départ du président actuel du pouvoir ? Qu’est-ce qu’un notable du Gabon profond y comprend ? Rien! Il serait peut-être temps que l’opposition gabonaise se reprenne. Et engage le vrai débat : celui du développement du Gabon. Ce qui commence par la présentation d’un projet de société cohérent. Et non pas à des sorties de presse maladroites après d’interminables réunions dans des salons feutrés et autres bureaux. C’est sur le terrain qu’une élection se prépare et se gagne. Pas dans des unions de façades qui éclateront apres la publication des résultats des urnes. Ali BONGO ONDIMBA est prêt et attend de savoir qui sera face à lui en 2023.

MEZ

Continuer La Lecture

Politique

Libreville /PDG: les commerçantes d’Okala “réaffirment leur soutien à la politique d’ABO”

Publié

sur

L‘on peut dire que les rencontres de proximité initiées par le parti démocratique gabonais (PDG) portent leurs fruits. Du moins, dans le 1er arrondissement de Libreville, ce samedi 28 janvier 2023, elles n’ont pas été vaines. Car au passage des cadres dudit parti, des commerçantes exerçant au quartier Okala ont dit “oui” à la politique menée par le Chef de l’État, Ali BONGO ONDIMBA.

Ce weekend, l’honorable Gabriel MALONGA MOUELE, le premier Secrétaire d’arrondissement, Judes Pety DIBAKA, Patrice ABOUBAKAR NENDJOT ainsi que le Membre du Conseil consultatif, Hugues MBOUMBA NGUEMA quiaccompagnaient les fédéraux du premier siège du 1er arrondissement et de nombreux militants sont allés à la rencontre des jeunes et des femmes.

Dressant la liste des difficultés qu’elles rencontrent dans leur quotidien, les commerçantes de ce siège du 1er arrondissement de Libreville se sont dites satisfaites de la politique menée par Ali BONGO. Tant et si bien qu’elles lui ont réitéré leur soutien.

La rencontre au cours de laquelle régnait une ambiance festive, s’est achevée sur une note de satisfaction tant pour les populations que pour la délégation du parti de la majorité. Apportant ainsi la preuve de ce que la nouvelle méthode de travail qui consiste à réaliser des rencontres de proximité est bien efficace.

Continuer La Lecture

Politique

Gabon 2023 /PDG: plus de 100 nouvelles adhésions pour le 1er arrondissement de Libreville

Publié

sur

Samedi 28 janvier dernier, les cadres du Parti démocratique gabonais (PDG) du 1er arrondissement se sont déployés à Okala, dans deux rencontres de proximité et d’ échange avec les populations de ce quartier du premier arrondissement comptant pour la circonscription électorale du 1er siège. Ces rencontres de proximité entrent dans le cadre des rencontres de proximité axée dans le cadre du renforcement du processus d’enrôlement des électeurs de cette circonscription électorale. Il s’agit du nouveau style de travail initié par la fédération de la circonscription électorale du premier arrondissement 1er siège de Libreville du parti portant série de rencontre de proximité avec les populations.

Le PDG est déjà sur le terrain pour ratisser large, en perspective des élections présidentielles et deux autres échéances électorales prévues cette année (législatives et locales). La délégation était notamment constituée de l’honorable Gabriel MALONGA, le secrétaire adjoint 1Judes Pety DIBAKA, le camarade Patrice ABOUBAKAR NENDJOT, le membre du comité central Hugues MBOUMBA NGUEMA, les fédéraux du Premier Arrondissement et des nombreux militants. En tout, c’est un peu plus de 100 nouvelles adhésions de jeunes qui ont adhéré au Parti de masses. Les nouveaux jeunes pedegistes ont signés in situ leurs fiches d’adhésion au Parti donnant lieu à leur insertion de suite dans les structures de base.

Profitant de l’occasion ainsi offerte, les femmes commerçantes d’okala ont exposé leurs difficultés quotidiennes; difficultés que les cadres pedegistes du premier arrondissement entendent transmettre à qui de droit pour un règlement optimal dans les meilleurs délais. À l’unisson, les jeunes et les commerçantes d’ Okala ont réaffirmé leur Soutien total à la Politique d’Ali BONGO ONDIMBA. Déroulées dans une ambiance conviviale et citoyenne, les deux rencontres se sont achevées par une collation.

MEZ

Continuer La Lecture

Politique

L’ancien Démocrate, MOULENGUI MABENDE aurait rejoint le PDG “pour des prunes” selon MAGANGA MOUSSAVOU

Publié

sur

L‘ancien Démocrate Martin MOULENGUI MABENDE aurait rejoint le parti démocratique gabonais (PDG) pour «des prunes». C’est ce qu’affirme Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU, président du Parti social démocrate (PSD), au cours de l’entretien qu’il a dernièrement accordé à nos confrères de “Renaissance TV”. «Je suis sidéré de constater qu’il y’a des gens sans foi ni loi, qui quittent leur mission de député pour aller suivre une quelconque main tendue à quelques mois des élections présidentielles. Le cas de MOULENGUI MABENDE, quelqu’un pour qui j’avais beaucoup d’estime, qui quitte son parti pour des prunes« . Se muant en prophète de malheur, MAGANGA MOUSSAVOU prédit que l’ex Vice-président des Démocrates ne fera pas long feu au gouvernement: «Et je pense pas… connaissant le gouvernement, qu’il était nécessaire de quitter un parti qui a des difficultés parce-que le président a été mis en situation difficile, pour se retrouver ministre délégué dans un ministère où le poste qu’il va prendre était occupé par quelqu’un aimé de tous ses collaborateurs et qui l’ont ovationné. C’est la première fois qu’on voit une telle ovation. Ça veut dire qu’il va affronter une telle résistance. Non seulement son titulaire de poste n’est pas bien aimé dans ce ministère, mais il va dans un ministère difficile». Le président du PSD clos le sujet sur une note alarmiste «on aurait pu, étant un élu, un bon élu, faire de lui un ministre plein». Il faut vraiment être un Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU pour voir le malheur chez les autres, et de penser que l’herbe est toujours plus verte chez lui seul.

MEZ

Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner

Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.