Gabon /Cour militaire spéciale : 2 ans & 11 mois pour vol de munitions et viol de consignes militaires

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’adjudant gabonais Hugues Roland MANDOUKOU, a été condamné récemment à 2 ans et 11 mois de prison et une amende, soit 35 mois et 300 000 Fcfa d’amende. C’est à la faveur du jugement de son dossier par la Cour militaire spéciale de Libreville, pour fait de vol de munitions, commerce avec l’ennemi et violation des consignes militaires, qu’a été rendu ce verdict.

C’est en 2018, alors qu’il effectuait sa 5e mission à Bangui, en République Centrafricaine (RCA) qui se sont déroulés les faits. Après que le responsable des stocks de munitions et d’autres matériels militaires onusien, Victor MOUKETOU-MOUNGALA, a indiqué à l’adjudant gabonais qu’il y avait au moins 14 000 munitions non expertisées, celui-ci va s’empresser de trouver des acheteurs à la demande de l’adjudant MOUKETOU-MOUNGALA. 

Mais alors qu’il était sorti du camp pour effectuer une transaction avec lesdits acheteurs, l’indelicat a été neutralisé, et rapatrié au Gabon, pour y être jugé. Et durant son procès, sans pour autant nié les faits qui lui ont été reprochés, il est resté stoïque sur sa version des faits. Mensonge ou complot ourdi contre sa personne, l’interrogation demeure.

Banner

Toutefois, le procureur n’a pas reconnu le grief de commerce avec l’ennemi, mais a retenu les deux autres chefs d’accusation que sont le vol et le non-respect des consignes militaires. Au désarroi de l’avocat de la défense, Me Jean-Jacques DIBOUNDJE MINKO qui a dénoncé un vice de procédure, déclarant que «la Cour ne peut pas rendre un verdict en défaveur de mon client sur la simple base de ses aveux, alors que dans le dossier il ne se trouve aucune preuve matérielle l’attestant», a indiqué “L’Union” (N°13 651). À l’issue du procès la juridiction l’adjudant Hugues Roland MANDOUKOU, a été condamné à la peine la moins lourde, soit à 35 mois d’emprisonnement et 300 000 francs d’amende.

Share.

About Author

Comments are closed.