Réouverture des lieux de culte le 30 octobre: Ali BONGO instruit le Gouvernement de dialoguer avec les confessions religieuses

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Chef de l’Exécutif, Ali BONGO ONDIMBA, en sa qualité de garant des libertés individuelles et collectives telles la liberté de culte, a fait instruction au Premier Ministre Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA, d’engager un dialogue avec les confessions religieuses. Ceci en vue d’«affiner» le protocole sanitaire conditionnant la réouverture prochaine des lieux de culte le 30 octobre 2020.

Si la réouverture des églises ne s’est pas faite comme redouté, les célébrations ont bel et bien eu lieu de par le pays, en dehors des églises, les fidèles aux abords des établissements et les forces de l’ordre postés dans leurs enceintes pour garder les lieux de culte fermés. Au lendemain de cette reprise prématurée de la célébration des messes pour les églises catholiques sur l’ensemble du territoire national, le sommet de l’Etat semble vouloir désormais regarder de l’avant. 

À cet effet, Ali BONGO s’est fendu d’un tweet ce jour dans lequel il a affirmé avoir instruit «au Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda et au Gouvernement de rencontrer les responsables des confessions religieuses présentes sur le territoire afin d’en affiner, de manière concertée et dans un esprit constructif, le protocole sanitaire». L’enjeu étant pour ce dernier de préserver cet «équilibre» qui conjugue la liberté de culte et la protection de la santé des citoyens. 

À noter que le Gouvernement avait édicté un certain nombre de conditions afin de procéder à la réouverture des lieux de culte dès le 30 octobre 2020. Entre autres, il s’agit de la limitation du nombre de fidèles à 30, ou encore le paiement exclusif de la dîme et autres offrandes par monnaie électronique. Des mesures jugées trop strictes et dénoncées par plusieurs leaders religieux, que l’appel au dialogue du numéro un gabonais permettra sûrement de réviser.

D’autre part, il faut également relever que toutes les confessions religieuses n’ont pas suivi le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par l’Eglise Catholique. Par exemple, l’Eglise Évangélique du Gabon (EEG), via son président, Révérend Augustin BOUENGOUNE s’était déjà exprimé en faveur d’une réouverture pour le 30 octobre 2020, tout en espérant que certaines conditionnalités soient toutefois élargies. Chose qui sera faite prochainement conformément à la volonté du sommet de l’Etat d’apaiser définitivement les tensions.

Share.

About Author

Comments are closed.