mercredi, juillet 15

Gabon /Homosexualité: vacances parlementaires à hauts risques ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après avoir voté la semaine dernière, en faveur du projet de loi portant retrait de l’alinéa 4 de l’article 402 du Code pénal, voté confirmé hier, lundi 29 juin 2020, par le Sénat, les députés et les sénateurs vont prendre ce jour, leurs vacances parlementaires, dans une atmosphère électrique, puisque déjà pour certains d’entre eux, notamment le président du Sénat, Lucie MILEBOU AUBUSSON, ils ont été interpellés officiellement par des citoyens pour expliquer le choix du vote en faveur du projet de loi aujourd’hui adopté.

Si l’on peut considérer que c’est un moment de repos bien mérité pour les Honorables, il n’en demeure pas moins que ces vacances parlementaires tombent au pire moment pour ces derniers, piégés dans l’œil du cyclone provoqué par les vagues d’indignation successives de leaders d’opinion d’horizons divers et même directement par les citoyens.

En effet, bon nombre de citoyens ont d’ores et déjà convoqué leurs élus afin qu’ils s’expliquent sur le choix du vote en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon. C’est le cas des populations du département de Lékoni-Lekori, qui ont adressé une demande d’explication à leurs députés, assortie d’ailleurs à une menace de déchéance du mandat de ces derniers, dans le cas où leurs explications seraient insatisfaisantes. Le président du Sénat, Lucie MILEBOU AUBUSSON, s’est également vu adresser une missive d’un certain “Collectif des Citoyens Gabonais” dont l’objet était d’opposer à ce dernier « le refus catégorique de la jeunesse Gabonaise dans sa plus grande majorité face au projet de loi sur la dépénalisation de l’homosexualité dans notre pays ». Une requête qui n’a visiblement pas été entendue.

Alors, nul doute que pendant ces deux mois de pause, les élus du peuple vont devoir rendre des comptes – pour ceux qui oseraient se livrer à l’exercice – aux citoyens de leurs circonscriptions électorales respectives. De quoi suspendre un épée de Damoclès au dessus de la tête des concernés, d’autant plus qu’il n’est pas sûr que d’autres citoyens ne leur emboîtent le pas. Une perspective qui laisse penser que ces vacances parlementaires ne seront pas tout à à fait de tout repos…

Share.

About Author

Leave A Reply