mercredi, septembre 18

Gabon: Arnaud Calixte ENGANDJI déguerpit un parking anarchique à Awendjé

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 7 septembre écoulé (2019), le ministre des Travaux Publics, Arnaud Calixte ENGANDJI ALANDJI, accompagné de plusieurs éléments des forces de l’ordre, s’est rendu au quartier Awendjé, dans le 4e arrondissement de Libreville, pour une opération de déguerpissement de véhicules utilitaires stationnés anarchiquement sur un site appartenant au patrimoine routier.


Stationnés à quelques encablures de l’échangeur, ces véhicules utilitaires ont subi la pleine force de la loi, représentée en ce jour par le ministre des TP. Ce dernier, a expliqué que la décision de faire déguerpir les occupants a été motivée par la non-mise en conformité du site, rapporte “Gabonreview”.

« Ce terrain a été attribué il y a trois ans à peu près, pour la construction d’une station-service. Or, il n’y a toujours pas de telle infrastructure sur cet espace. Nous avons énormément communiqué pour informer que le patrimoine routier doit être protégé. Personne n’a réagi. Nous avons saisi officiellement le propriétaire du terrain pour lui demander de se rapprocher de nos services. Pendant deux mois, un représentant du ministère est venu sur le site chaque semaine. Toujours rien. L’on ne peut nous demander de faire plus », a déclaré le membre du Gouvernement.

À en croire nos confrères, le terrain aurait été attribué à un général de gendarmerie à la retraite, qui aurait agi aux dépens du ministère de tutelle. « Personne n’a voulu obtempérer et nous avons appris par d’autres canaux que des personnes se sont rapprochées d’autres administrations, pour se faire attribuer un terrain qui n’est pas le leur. Cela pose problème. Des plans de bornage, des papiers de l’ANUTTC, nous ont été présentés pour nous signifier qu’une procédure était engagée pour l’obtention un titre foncier. Mais le patrimoine routier national ne se cède pas», a affirmé le ministre.

Selon ce dernier, l’opération s’inscrit dans le cadre de la préservation du patrimoine routier. « Ces camions sont souvent chargés de gravier et autres matériaux de construction. Et lorsque ceux-ci tombent sur la chaussée, ils détériorent la voie avec la création de nids de poule. Tout cela doit être encadré et c’est ce que nous essayons de faire. Chacun pourra toujours entamer les recours qu’il juge utiles et nécessaires. Mais nous sommes sereins », a-t-il par ailleurs indiqué.

Un représentant du propriétaire du site a jugé la décision du ministère comme un abus d’autorité étant donné que le terrain est occupé de façon légale. Il affirme qu’ils n’avaient pas été notifiés au préalable. Sans doute, la décision a été précipitée du fait de l’occupation imminente de l’espace par “Gabon Oil Company”, pour la construction d’une station-service.

À l’heure où nous mettons sous presse, le sort des transporteurs qui occupaient ledit site reste inconnu. Nous ne pouvons qu’espérer qu’un espace leur aura été attribué pour continuer à exercer leurs activités. D’ailleurs, c’est ce problème de relocalisation qui constitue l’un des principaux griefs à l’endroit de la Mairie de Libreville, qui initie spontanément des opérations de déguerpissement, sous l’impulsion de son numéro un, Léandre NZUE.

Share.

About Author

Leave A Reply