dimanche, février 23

Gabon : quand Quentin Ben MONGARYAS dezingue Guy NZOUBA NDAMA

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Droit de Réponse à M. Guy NZOUBA NDAMA

Nostalgique comme un chiroptère de la Forêt des abeilles, M. Guy NZOUBA NDAMA, Président du Parti les Démocrates (LD) et ses ouailles de la Coalition Démocratique de l’Opposition (CDO) ne se consolent toujours pas du départ du Front Démocratique et Culturel (FDC) de leur machin utopique dénommé PG41, soit de la chaîne et médaillon constitués par ce qui reste de la PG41 (une coquille vide en dépit du label) et de la CDO, groupement politique fantomatique !

Ainsi donc par : « Le changement de cap dans vos déclarations en faveur de l’exécutif et son chef, alors que vous nous reprochiez il y a quelques semaines de caresser le Pouvoir, lors de la déclaration avant laquelle vous avez claquez la porte à la PG41 », des termes provocateurs qui traduisent l’état d’esprit de l’ancien Président de l’Assemblée Nationale.

En effet, c’est dans ce trouble psychologique qu’il s’en est pris curieusement au Premier Ministre, Chef du Gouvernement lors de son adresse aux Partis Politiques au sein du Conseil National de la Démocratie (CND), le 17 mai 2019.

Les coryphées des micro-partis de la PG41 et les lèches-bottes de la CDO qui l’assistent dans leur ensemble ont enfin quitté la salle avec leur champion d’exception, susceptible d’inspirer un étonnant paradoxe avec le retour des moutons de Panurge dans le restaurant pour les agapes des opposants à Julien NKOGHE BEKALE. Lesquels plus tard, à savoir le 15 juin 2019, allaient revenir toute honte bue au CND toucher le perdiem octroyé par la Primature.

La sortie incongrue au CND du pseudo homme d’Etat dont la durée au perchoir s’est traduite par l’éléphant blanc de l’hôtel des parlementaires, le fameux projet de l’annexe de l’Assemblée Nationale, financé à coups de milliards pendant des décennies.

C’est pourquoi, il pourrait sembler bien vain de s’interroger sur le caractère moral ou immoral de M. Guy NZOUBA NDAMA qui va de trahison en trahison. Notamment, celle d’Ali BONGO ONDIMBA en 2016 suivie de celle de Jean PING en 2018. Car l’homme de l’Ogooué-Lolo caresse le rêve de devenir Président de la République Gabonaise. C’est en cela que le dépositaire et chantre du TOUT SAUF FANG (T.S.F.) a donné dans la tartufferie politique dans sa lettre au Président du FDC en date du 02 mai 2019 pour s’aplatir. Nous citons : « Recevez, Monsieur le Président, l’assurance de ma franche collaboration ». Autrement dit, le FDC est plus que surpris de la dimension politique que lui confère désormais M. Guy NZOUBA NDAMA le persifleur pour le hisser à la magistrature suprême du pays.

Questions de bon sens : par quel miracle le battu aux législatives de 2018 peut-il être élu Président de la République ? Lui, qui a prouvé aux yeux du monde que ses victoires d’antan relevaient de l’unique fait de son appartenance au PDG et que son aura politique ne dépassait pas son cercle familial ! Lui qui se prédispose à briguer la magistrature suprême comment compte-t-il gagner cette élection majeure quand on sait que le Gabon est majoritairement peuplé de Fang qu’il pourfendait au quotidien quand il régnait en seul maître à l’Assemblée Nationale ?

A ce stade des élucubrations nzouba-ndamiques, il importe de rappeler à la CDO/PG41 cet axiome d’Antoine de Rivarol que nous citons : « Ce qu’il y a d’horrible dans ce monde, c’est que nous cherchions avec une égale ardeur à nous rendre heureux, et à empêcher les autres de l’être ». Fin de citation.

Et pour finir, M. NZOUBA NDAMA, déjà doué pour la mélancolie, son chagrin désormais le poussa le 13 mai 2019 dans la nullité soudaine des mesquineries d’un philosophe hanté par la corneille, ce grand oiseau noir qui est fasciné par son ombre. Au point de la regarder constamment, la griffer, la gratter, jusqu’à l’érafler ; l’ombre s’éveille alors, s’avive et dévore la corneille. La corneille n’est plus que l’ombre d’elle-même !

En effet, pourquoi injurier et exclure définitivement de la CDO un citoyen qui s’affiche dans la démission de fait en s’identifiant au Cercle Réalités et Perspectives Gabonaises (CRPG) ?

Aussi convient-il pour conclure de nous permettre une digression pour dire que le CRPG est un espace de réflexion qui regroupe des hauts cadres de la Nation dont les états de service sont suffisamment connus. En outre, le CRPG s’inspirant du philosophe Confucius entend mener « la politique du juste milieu » en abandonnant les extrêmes consécutifs à la bipolarisation du débat politique Majorité/Opposition.

N’en déplaise à la néo-PG41 qui a un goût prononcé à s’opposer à la vision politique de Julien NKOGHE BEKALE et non au système politique qui a engraissé son mentor M. Guy NZOUBA NDAMA. Car disons le net : Ce roitelet des paillottes du Golfe de Guinée, brave primitif mégalomane a quitté le PDG mais nullement le système politique créé par le ruineux foccartisme qui a ensevelli à la misère le peuple Gabonais et engoncé le Gabon.

QUENTIN BEN MONGARYAS

Share.

About Author

Leave A Reply