Gabon: il faut sauver le soldat NEVEU

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le nouveau sélectionneur des Panthères du Gabon fraîchement nommé, fin mai dernier, Patrice NEVEU, attend toujours d’être secondé par un adjoint, qui sera nécessairement Gabonais. C’est à la Fédération Gabonaise de Football (Fegafoot) qu’il incombe de désigner un adjoint, de manière pour le coach français à pouvoir démarrer la reconstruction d’une équipe dissoute pour manque chronique de résultats.

Décidément, le Gabon reste le pays de toutes les curiosités. On est d’autant plus conforté dans ce triste constat lorsque l’on regarde le fonctionnement des institutions censées hisser haut les couleurs du drapeau gabonais. Comment comprendre que plusieurs jours après la nomination du sélectionneur de l’équipe de football nationale, l’on en soit à tergiverser sur la désignation de son adjoint, qui plus est supposé être d’office un Gabonais.

En effet, juste après sa nomination, Patrice Neveu déclarait déjà qu’ « Il reste à déterminer, avec la Fegafoot et le directeur technique national, qui sera mon adjoint gabonais », conscient était-il que « chaque pays a ses réalités. C’est pour cela que je tiens à être secondé par un Gabonais. Parce qu’il connaît mieux cet environnement ».

C’est dire que le retard accusé dans la nomination de l’adjoint de Patrice NEVEU interroge et témoigne encore une fois du chambardement caractériel de nos structures sportives nationales. On peut être d’autant plus outré de cette lourdeur indescriptible lorsque l’on sait que le sélectionneur et le directeur technique nationaux ont été nommés en même temps. Gabon, pays du verre à moitié vide.

Share.

About Author

Leave A Reply