Se connecter avec nous
Banner

Politique

Gabon : Alia Maëva Bongo Ondimba prend officiellement les rênes de l’AGASA

Publié

sur

Loin d’un épilogue, c’est bien le début d’un défi, d’un challenge nouveau qui s’annonce dans la longue et fructueuse carrière d’Alia Maëva Bongo Ondimba. En prenant les commandes, au cours d’une cérémonie solennelle, ce vendredi 1er mars 2019, de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA), sise au quartier Batterie IV, dans le 1er arrondissement de Libreville, la jeune femme a ajouté une étoile de plus à sa tunique. Cette cérémonie fait suite aux mesures individuelles entérinées lors du dernier Conseil des ministres du 26 février dernier.

Banner

 

Sous la supervision du ministère de l’Agriculture et de l’élevage, chargé de la mise en œuvre du Programme GRAINE, ladite cérémonie solennelle de passation de service, présidé par le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Jean-Paul Eyebe Lendoye, s’est déroulée en présence du Président du conseil d’administration (PCA), Jean Alexis Bourobo, du Directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, Mesmin Ndong Biyoghe, des directeurs généraux adjoints, et du personnel de l’AGASA.

Dans son propos de circonstance, Directeur général sortant, le Dr Sylvain Patrick Enkoro, a assuré de sa disponibilité au nouveau Directeur général. Et par la même occasion, a remercié toute l’équipe de l’AGASSA pour son dynamisme et sa collaboration, et a souhaité que cette dernière accorde le même accompagnement à son successeur.

Prenant la parole à son tour, Madame le Directeur général, comme on se doit désormais de l’appeler, s’est dit prête à travailler, à être à la hauteur des échéances et prête pour les nouveaux challenges qui l’attendent. «Tout d’abord, je tiens à remercier le Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, pour la confiance placée en ma modeste personne. Mais également le ministre de l’Agriculture. Je suis pleinement consciente des défis que soulève la sécurité alimentaire au Gabon, par extension dans le monde. Pour les gabonais que nous sommes, il me paraît impérieux que chacun dans son assiette puisse avoir une alimentation de qualité, saine, hygiénique, nutritionnelle et une alimentation de quantité. Il n’y a pas de raison qu’on se retrouve à mal manger lorsqu’on est producteur de beaucoup d’aliments au Gabon. Ma volonté est donc, avec le soutien de tous mes collaborateurs, de faire bouger les lignes du secteur alimentaire, agricole», a-t-elle indiqué.

Malheureusement peu connu du grand public, l’AGASA créée en 2011 sous la tutelle technique du ministère en charge de l’Agriculture, est un dispositif institutionnel para-étatique mis en place par les plus hautes autorités de l’État, au terme de la réforme budgétaire et comptable. Celle-ci a pour rôle primordial de prévenir, évaluer, et gérer l’ensemble des risques sanitaires, nutritionnels et phytosanitaires tout au long de la chaîne alimentaire, tout en protégeant la santé des populations gabonaises par la sacralisation d’un produit noble. À titre d’exemple, l’AGASA, en mars 2017 a pu saisir, à titre conservatoire, 5 containers de 27 tonnes de viande avariée en provenance du Brésil.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

“Comptes gelés, factures impayées, cuisinier absent & restrictions téléphoniques”: le point sur la situation actuelle d’Ali BONGO 

Publié

sur

A chacun de leur passage, les personnalités politiques qui ont pu le voir dans le cadre de visites officielles sont unanimes «Ali BONGO se porte bien» du moins physiquement. Pour les témoins de son quotidien, il n’en est rien. Car, la luxueuse résidence d’Ali BONGO ONDIMBA ne serait en réalité  «qu’une prison dorée». 

Banner

«Il n’est pas du tout libre» a confié un proche de la famille du président déchu, à RFI. «Il y a des chars autour de sa résidence» et l’ex-chef d’État qui ne bénéficierait pas de sa retraite, ne disposerait d’aucun moyen de paiement. Car poursuit la source, en plus de ses comptes bancaires gelés, Ali BONGO qui cumulerait 3 mois de factures d’électricité impayées, verrait «ses chèques refusés». Il ne serait donc pas à l’abri «d’une coupure». 

À l’instar du téléphone auquel «il n’a pas accès», selon RFI, l’ex-président gabonais a été privé de son cuisinier principal, démissionnaire, «car il ne supportait plus de travailler dans ces conditions». Ce serait donc désormais «sa famille et notamment sa mère doivent lui amener à manger».

 Si «Ali BONGO se porte bien», il semble que le luxe de la résidence au sein de laquelle il est reclus, renferme de nombreux secrets. Mais, en plus du gel de ses comptes, ses restrictions téléphoniques, et chèques rejetés, les révélations de ses proches laissent à penser que les conditions actuelles de la vie de l’ex numéro un gabonais pourraient révéler d’autres secrets. Mais seule une communication des autorités de la Transition permettrait d’apporter des éclaircissements sur la situation de l’ancien Chef de l’État. 

Continuer La Lecture

Politique

Ali Bongo “prêt à prendre ses responsabilités” devant la justice à cette condition 

Publié

sur

En résidence surveillée depuis le putsch du 30 août 2023, Ali BONGO ONDIMBA semble principalement affecté par la détention de son épouse, Sylvia et de son fils, Noureddine BONGO. Tous les deux accusés de haute trahison et d’avoir “usurpé” la signature de l’ex-président de la République, alors que selon certaines langues, ce dernier n’était pas en pleine possession de ses facultés cognitives. 

Banner

Seulement, en dépit de son «handicap» et de son état de santé «fragile», Ali BONGO, pour qui l’armée avait apprêté un avion pour son exil, s’entête «il ne veut pas partir sans sa femme et son fils», a confié un proche de l’ex-famille présidentielle à RFI. Mieux encore, poursuit-il, «qu’il est prêt à prendre ses responsabilités».  Car sa femme et son fils «n’ont rien fait» et devraient être libérés.  

Mais si Ali BONGO est prêt à se livrer au sort de la justice, le président de l’Assemblée nationale, Jean François NDONGOU précise qu’il «ne peut pas passer devant un tribunal ordinaire». Car, «seule une juridiction spécialisée d’exception peut juger un ancien président». 

Continuer La Lecture

Politique

Gabon / Recrutement à la fonction publique: enfin le dégel!

Publié

sur

L’arrêté n°000009/PM/MFPRC signé le 24 novembre 2023 par le Premier ministre Raymond NDONG SIMA vient enfin légitimer le processus de candidatures enregistré au sein des différents ministères depuis le mois d’octobre dernier. En effet, précisé la décision, «le présent arrêté porte suppression des mesures de gel des recrutements, examens et concours, titularisations, avancements, stages et reclassements dans la Fonction publique». Un soulagement pour de nombreux gabonais qui espèrent ainsi rompre avec le chômage, et devenir “fonctionnaires”. Il n’appartient plus qu’aux directeurs centraux des ressources humaines (DCRH) de procéder à l’examen des 40 000 dossiers de candidatures soumis à leur attention. Le compte à rebours semble être lancé pour les prétendants à la fonction d’agents de l’État. 

Banner
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp


Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.