Se connecter avec nous

Éducation

Sensibilisation sur la sécurité ferroviaire : Setrag lance la campagne au Lycée technique de Franceville

Publié

sur

La SETRAG via le Coordination d’Exploitation 4 gérée par Georges Moundounga a procédé le 22 novembre 2023 au lancement officiel de la 5ème édition de la campagne de sensibilisation sur les risques ferroviaires, opération qui vise à informer les riverains du rail sur les comportements à adopter pour leur sécurité.

Banner

Le Lycée Technique Agathe Obendze de Franceville situé dans le 4ème arrondissement de la Commune de Franceville,Capitale provinciale du Haut-Ogooué a été le site choisi pour le lancement officiel de la campagne de sensibilisation sur la sécurité ferroviaire baptisée « Ne Te mesure Jamais au Train » qui s’adresse aux usagers de la voie ferrée, mais plus encore aux communautés établies le long du Chemin de fer ,des élèves des établissements voisins aux rails pour lesquels la SETRAG multiplie des stratégies pour prévenir le maximum d’accidents sur un périmètre de 200 mètres de chaque côté du rail.

La sensibilisation des élèves à qui des rudiments nécessaires ont commencé à être donné, notamment sur la dangerosité du train va se poursuivre pendant un mois, c’est-à-dire jusqu’au 20 décembre 2023.Pendant cette période,les agents sensibilisateurs ayant au préalable été formés pour relayer le message et les techniques de sécurité sillonneront les établissements scolaires retenus.

Lire aussi  Setrag sponsorise 4 cyclistes pour un “tour du Gabon à vélo”

Cette phase de lancement a eu lieu en présence de Youma Abdoul Rabman,maire du 4ème arrondissement de la Commune de Franceville, Emile Nzatsi ,Proviseur du Lycée Technique Agathe Obendze de Franceville, et bien sûr les élèves, principaux concernés par cette opération.
Toutes ces personnalités ont salué cette initiative, remerciant la SETRAG pour sa responsabilité sociétale et son caractère d’entreprise citoyenne qui place le bien-être et la sécurité des populations au cœur de ses actions.

Quant aux élèves, ils ont manifesté leur intérêt face aux informations reçues, promettant eux aussi, de les relayer auprès de leurs familles respectives et proches, répétant en chœurs : « il ne faut jamais se mesurer au train ».

Éducation

Libreville/ Lycée privé Ba OUMAR: surpris par un contrôle de police, plusieurs élèves interpellés

Publié

sur

Les premières heures de cette journée du 13 février 2024, laissaient présager que ne serait pas comme les autres. Et pour cause, dès 6 heures du matin, sur le parking jouxtant le lycée privé Ba OUMAR sis au quartier Bas de Gué-Gué, des véhicules neufs de l’unité spécial d’intervention de la Police de Libreville annonçaient la couleur d’une matinée spéciale. 

Banner

Postés à l’entrée de l’établissement, des agents en tenue procèdent à la fouille minutieuse des sacs de tous les élèves qui accèdent à l’établissement. En file indienne, les apprenants présentent leurs affaires et regagnent leurs salles de classes si le contenu de leurs effets est jugé convenable pour l’activité scolaire. 

D’autres par contre, sont interpellés , dévêtus de leurs chemises scolaires et regagnent le véhicule de police. Car, explique un agent de l’USI, «nous avons procédé à la fouille des élèves ce matin et interpellé des élèves qui avaient dans leurs sacs des couteaux et des paires de ciseaux à une manche». Précisant que ces objets n’étaient absolument pas compatibles avec les activités effectuées à l’école. 

Si le sort des apprenants n’est pas encore connu, l’opération saluée par les passants curieux, gagnerait à être répandue au sein de l’ensemble des établissements du pays, où les faits d’extrême violence sont régulièrement dénoncés. Et pour lesquels l’instauration d’une police scolaire avait été sollicitée. Et si les établissements du Gabon disposaient d’éléments de forces de l’ordre aux abords, comme c’est le cas pour le Complexe scolaire Les Bérets verts de Nzeng-ayong,  la violence à l’école serait peut-être revue à la baisse. 

Lire aussi  Gabon: les mères du chemin de fer célébrées dans la joie
Continuer La Lecture

Éducation

Gabon / Bourse synergie: l’OPRAG et ses partenaires donnent le top départ

Publié

sur

Une opportunité en or, c’est cela que vient d’offrir l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), porteur du projet de la bourse synergie, attribuée à une cinquantaine d’étudiants gabonais. De l’or brut, raffiné au cours des deux prochaines années, au Centre international multisectoriel pour l’enseignement et la formation professionnelle (CIMEFP), pour garantir d’une main-d’oeuvre qualifiée aux secteurs portuaire et maritime. La rencontre de ce 09 février 2024, qui rassemblait les représentants des différentes parties, dont l’Oprag, l’Agence nationale des Bourses du Gabon (ANBG)et le CIMEFP, donnait le coup d’envoi de ce programme de formation.

Banner

Au coeur de ce partenariat d’envergure, initié par l’OPRAG et la communauté portuaire, les étudiants «triés sur le volet», après avoir répondu à «une batterie d’exigences», ont été appelés par le Président du Conseil d’administration de l’ANBG, Guy Martial NKIET, à faire preuve de «détermination, du respect des exigences», mais par-dessus tout «à prendre conscience des réalités de ce projet», dont les cours débuteront dès le 12 février 2024. Et qui répond au besoin essentiel «d’enrichir» la communauté portuaire et marine d’une main-d’oeuvre locale, qualifiée et compétente.

Marquant une avancée dans le programme d’adéquation formation – emploi mis en place pour réduire le chômage chez les jeunes et faciliter leur insertion professionnelle, le Directeur général du CIMEFP, a dit son adhésion immédiate au projet de l’OPRAG. «Pour les jeunes, c’est vraiment un opportunité à saisir, parce que vous allez être formés à votre poste de travail à venir», a adressé Jean Fidèle KOUMBA aux bénéficiaires du programme. Non, sans leur dire son vif espoir de les voir intégrer la communauté portuaire et maritime à l’issue de leur formation.

Lire aussi  Gabon: Setrag enregistre un nouveau deraillement et suspend le trafic

Un espoir partagé, par les apprenants, qui ont adressé une «salve de remerciements» aux parties prenantes du programme de «bourse synergie». Ainsi, prenant la parole au nom de ses camarades de promotion, Juste Constant LIBIYA, 21 ans, prétendant au BTS Maintenance des équipements nautiques, a rassuré les autorités administratives présente de leur volonté à réussir. Ainsi, a-t-il déclaré, «voudrai-je vous rassurer de la détermination qui est la nôtre et que nous attendons démontrer tout au long de cette formation qui je le sais sera d’excellence».

Pour les étudiants qui ont été gratifiés par l’OPRAG du paiement de la moitié des frais annexes liés à leur inscription au CIMEFP, les mots semblent faibles pour dire leur reconnaissance. Non seulement pour leur formation, mais également pour la porte ouverte à un emploi de qualité, qui leur permettra, pour les meilleurs, de s’assurer d’un avenir stable. Mais pour l’heure, ce n’est que courage, abnégation et excellence, que nous souhaitons à cette jeunesse, qui devra à son tour, relever le niveau de compétence de leurs métiers respectifs.

Continuer La Lecture

Éducation

Gabon / Bourse synergie: la communauté portuaire accompagne 8 jeunes en maintenance des équipements nautiques

Publié

sur

Quoique de manière timide, le Gabon intègre la notion de l’adéquation formation-emploi. Former la main-d’œuvre locale pour disposer d’une compétence nationale pour des métiers qui nécessitent très souvent une expertise extérieure. Après le secteur de l’aviation civile, c’est au tour de la communauté portuaire de solliciter l’intérêt des jeunes au métier de la maintenance des équipements nautiques. 

Banner

À cet effet, en partenariat avec l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG), les entreprises de la communauté portuaire du Gabon ont initié la “Bourse synergie”. Qui, permettra à 8 jeunes bacheliers gabonais de suivre cette formation, au Centre international multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel (CIMFEP) de Nkok.  

Les intéressés disposent de quelques jours seulement pour se manifester, s’ils répondent aux critères imposés que sont: être de nationalité gabonaise, bachelier session 2023 de séries C,D,S et techniques, avoir obtenu une moyenne annuelle d’au moins 10/20, être âgé de 22 à 27 ans, ne pas avoir été retenu dans un concours ou programme similaire et enfin avoir fait sa demande de bourse sur le site dédié à cet effet. 

Le 29 janvier au plus tard, les candidats devront déposer leurs dossiers constitués d’un formulaire de candidature, d’une copie du bulletin annuel de la classe de terminale, les copies d’admission au baccalauréat et relevé de notes, ainsi qu’une photo d’identité, au service courrier de l’ANBG. 

Lire aussi  Gabon /Tournois interentreprises: Locomotive FC de Setrag prend part aux Corporate championship et Corporate Challenge Élite
Continuer La Lecture

S’inscrire à notre liste de diffusion WhatsApp

Banner

Banner
Banner
Banner

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut 👋
Nous sommes ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de mail.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Copyright © 2019 - 2023 Vox Populi. Tout droits réservés.